Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Notre nouveau Forum Coup de Coeur !! Sakura Blossoms. O9r3tk
Changement de design en Cours ~ Nouveau postes vacants en écriture ~ Nouveau contexte en ligne ~ A venir : Un recensement & un recrutement de modérateurs.

Sakura Blossoms.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Hey, Look ! It's Reino Ueki
& under a slow fever.

Reino Ueki
•• Messages : 99

Sakura Blossoms. Vide
MessageSujet: Sakura Blossoms. Sakura Blossoms. Icon_minitimeMer 14 Avr - 16:36

    Sakura Blossoms.


    Blooming cherry tree, lit by the daylight moon, as dusk is coming. A sunset that looks more like a sunrise, colors invading the setting nightsky.


    Du rose, partout, magnifique. Une petite brise annonçant le commencement des douces journées printanières : le début d'Avril. Les premiers temps où on pique-nique dehors, où on ose se découvrir, se déshabiller. Plus de manteaux ni d'écharpes, et les lycéennes qui ressortent leurs uniformes estivaux. Une saison où tout change, un peu comme une transition. Une Renaissance.

    Quel magnifique ciel, d'un bleu tirant à peine sur le violet, envahi de pétales de fleurs déchus, virevoltant sous l'effet de la lente brise. C'est beau, mais tellement triste. C'est beau. Le cœur au repos mais l'esprit au travail, Reino effectuait son devoir de professeur, qui était ce jour là de corriger une vingtaine de copies issues de la dernière interrogation. Toutes plus médiocres les unes que les autres ! Pourtant, le sujet n'était pas difficile, et même si Reino admettait volontiers que tout le monde n'appréciait pas autant que lui la tragédie grecque, en énoncer les caractéristiques en une feuille double ne relevait certainement pas de l'impossible. Mais visiblement, ce n'était pas un avis partagé par les étudiants. Presque tous s'acharnaient à coucher sur le papier un ramassis de règles toutes plus farfelues les unes que les autres, empruntées au classique français ou à la tragédie Shakespearienne. Mauvais. Jamais de sa carrière le professeur n'avait eu affaire à de tels incapables. Malheur. Et ils se disaient acteurs, hein ? Désespoir. Ces idiots ne comprenaient même pas qu'en dehors du jeu, il y a la théorie, et que les arts dramatiques eux aussi nécessitent une étude profonde.

    Heureusement, il y avait les magnifiques sakura, pleuvant par milliers.

    Quel bonheur que d'admirer ces petits bouts de fleurs nager dans le ciel, jusqu'à se noyer dans la capeline du professeur – celui ci ajusta de l'index ses lunettes à la monture dorée, et se redressa un peu contre le cerisier, peignant une copie de plus à l'encre rouge. C'était déjà la treizième, et la meilleure note restait à quatre et demi. Reino n'en pouvait plus. Pourquoi étaient-ils si nuls ? Etait-il un mauvais prof ? Non ! Le reste du temps, ils arrivaient à s'en sortir, et presque tout le monde avait la moyenne. Peut-être que c'était le contrôle qui était trop difficile, alors. Bien sûr que non ! Quand même, c'est pas dur de dire que toutes sont écrites en ionien-attique Athénien pour le parlé, en dorien pour le chanté, et que souvent un prologue était présent !

    D'un geste vif, Reino se leva, et balança les copies qu'il avait dans la main en l'air, dans un bruit que l'on aurait pu qualifier de grognement. Les feuilles de papier allèrent se poser tout autour de l'homme, dans l'herbe humide. Ce dernier continua de grogner lamentablement, en effectuant une série d'indescriptibles mouvements de colère. Tellement qu'il finit même par détacher le ruban qui retenait ses belles boucles dorées.

    « J'en ai marre ! J'en ai marre !! » Il lança en l'air les devoirs restants, exagérant excessivement chaque mouvement, déclamant ses phrase dans un ton plus que dramatique, digne de Camille, dans Horace de Pierre Corneille. « J'abandonne ! Ils sont trop mauvais ! Tous des râtés ! Mais qu'est-ce qu'ils font dans mon cours ! Moi qui suis un si bon professeur, moi qui suis si clément ! Aucune reconnaissance ! Aucune ! Ahaaaaaah ! »

    Et puis ce fut la chute. L'acteur se laissa tomber au sol, allongé entre les mauvaises notes des étudiants et les pétales de sakura. Inspirant, expirant. Il observait le magnifique spectacle de la lumière du soleil tombant entre les branches couvertes de rose pâle. La lumière se faisait de moins en moins intense, mais il dut quand même se faire de l'ombre avec sa main, afin de ne pas plisser les yeux. Et puis, en fin de compte, il les ferma. Le blond se laissa aller à l'odeur de cerise envahissant ses narines, à celle de l'herbe humide dans laquelle il reposait. Tout était calme. Pas un bruit. Juste cette sensation étrange, cette impression de s'enfoncer dans le sol. D'être bien, d'être chez soi. Le Japon. Hanami.



    ( à peine 700 mots, j'ai honte... Vraiment désolé ;__; )
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Lysander Mizushima
&

Lysander Mizushima
•• Messages : 87

Sakura Blossoms. Vide
MessageSujet: Re: Sakura Blossoms. Sakura Blossoms. Icon_minitimeMer 14 Avr - 22:58

    Lysander n'aimait pas qu'on le manipule. Pourtant, c'était sa principale activité. Etre manipulé, et part tout le monde. Le petit insecte qu'il était était parvenu à s'enfoncer dans plusieurs toiles à la fois. Celles de tout ceux qui étaient au cours d'arts dramatiques ce jour-là. Ils étaient tous venus, se déplaçant tels des larves, pleurer à ses pieds. " Je ne vois pas ce que je peux faire pour vous ..." mais eux, manifestement, savaient. Mieux que personne d'ailleurs. Et Lys avait trop vite compris le rapprochement entre les notes et l'attirance immodérée du professeur pour tout ce qui était blond et occidental. Il avait d'abord tenté de les fâcher, de se défaire d'eux. Mais leurs regards -faussement- larmoyants, leurs voix - hypocritement - douces et leurs gestes - exagérement - doux l'avaient poussé à baisser les bras. Ils n'étaient pas en cours de théâtre pour rien.

    Et le voilà qui avançait dans les couloirs une boule au ventre. Le stress ? Peut-être. Après tout, il avait beau n'être ni vierge ni prude, il avait des principes. L'un d'eux était de ne pas se prostituer. Oui, mais là, c'était pour les autres. Et qui parlait de sexe ? Reino, bien entendu, mais sinon ? Rien ne servait de s'auto convaincre sur ce point-là, le dramaturge était de loin bien plus physique qu'intellectuel lorsqu'il s'agissait des jambes kilométriques du russe. Il soupira et s'arrêta, le coeur un peu serré. Il s'approcha près de la fenêtre et y déposa sa main, pâle. Dérrière, les cerisiers en fleur laissaient glisser au sol leurs fleurs par millier, déposant une fine couche de rose pâle sur l'herbe fraiche. Le Japon était beau. Mais peut-être pas autant que l'homme qui s'énervait au pied d'un de ses arbres. Probablement grâce à la tribue d'acteurs en herbe qui avaient réussi à convaincre le jeune homme d'aller l'approcher. Lui qui d'habitude fuyait le blond professeur telle une biche effrayée.

    Il ne pouvait s'empêcher de sourire, voyant voler de part et d'autres les feuilles de cours autour de Reino. Exaspéré. Lassé. Il y avait beaucoup d'adjectifs pour qualifier son attitude. Ce que Lysander aimait avec sa section était sa sincérité. En mathématiques, il était difficile d'écrire des énormités qui laissaient penser au prof qu'il était lui-même incompétent. Non. Tout était question de méthode. Soit on l'avait, soit on l'avait pas. Soit on réussissait, soit on échouait. Et si les élèves échouaient, c'était tant pis pour eux, ils n'avaient pas appris, ou mal appliqué. Il n'y avait pas de sentiment à offrir, ni d'intensité, non, rien de toutes ces choses étranges qui faisaient aussi les détails et les reliefs de l'éxistence humaine. Car Reino leur apprenait un extrait de vie, une vie antérieure, pour mieux comprendre celle qu'ils vivaient maintenant. Reino avait une mission, un message à faire passer. Et Reino n'avait pas réussi ce coup-ci, il était en train de gesticuler sous un arbre en jetant des papiers partout.

    Reino n'était donc pas de bonne humeur. Esprit de synthèse. Cause : Les élèves; Conséquences : Professeur énervé; Conclusion : Lysander Mizushima était envoyé en patûre à la bête. Voilà une version moins poétique de la chose, mais bien plus terre à terre. Le blond ôta sa fine main de la vitre et la regarda, hésitant un instant à sortir. Il songea au facteur jambes : Si la situation dégénérait, il n'avait qu'à les prendre à son cou, au lieu de les offrir au regard du professeur.

    C'est avec cette certitude bancale que la petite biche s'approcha du loup. Monsieur loup comme vous avez de grandes mains - pour mettre de mauvaises notes- comme vous avez de grands yeux - pour regarder mes jambes - comme vous avez une grande bouche - pour discuter avec moi et vous apaiser - comme vous avez une grande qu...

    Il y était presque. Plus quelques pas et il était près de lui. Il s'était plus ou moins calmé. Etalé entre herbe, feuilles et pétales, le blond semblait avoir trouvé un compromis avec la nature, une trève de quelques minutes. Après analyse de la situation, Lysander en conclut que c'était une brêche. Mais la nature humaine de se décortiquait pas aussi facilement. Tant pis. Il se pencha très lentement, une fois arrivé à la hauteur de Reino.

    - Bonjour monsieur ... Je vous ai vu remuer dans tout les sens avant de tomber en arrière ... Ca va ? Vous n'êtes pas malade ?

    Et Lysander de s'avancer légèrement, laissant une vue extraordinaire sur sa culotte en dentelle au beau blond. Et aller. Pas de pitié, il fallait qu'il gagne maintenant. Offensive de la part du parti Russe.

    - Quel paysage magnifique, non?

    Il tenta un léger sourire et se pencha vaguement en avant pour regarder l'expression de ce très cher professeur de théâtre. Pas la peine d'être adulte pour jouer de ses charmes. 17 ans et encore bourré de phéromones, il n'hésitait pas à se montrer sous son meilleur angle auprès de lui, tâtant le terrain avant d'entamer les négociations. Le problème majeur restait le fait qu'il risquait d'être tâté tout court sans négociations de la part de Reino, mais Lys était courageux, ou presque, aussi ne s'effrayait-il pas trop de l'attitude de dramaturge. De toutes façons, et une fois encore, il comptait sur ses jambes pour courrir loin. Même si plus il s'enfonçait vers le dialogue, moins il avait de chances de s'en sortir.

    De toutes façons, depuis le temps qu'ils se tournaient autour. Enfin, que Reino lui tournait autour, en cercles de plus en plus rapproché d'ailleurs, il était sans doute temps de lâcher du lest et de se faire avoir, histoire d'avoir la paix, et, pourquoi pas non plus, un bon moment avec un très bel homme.
Revenir en haut Aller en bas

Sakura Blossoms.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu ♦ オフサイドで :: 2010-