AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Notre nouveau Forum Coup de Coeur !!
Changement de design en Cours ~ Nouveau postes vacants en écriture ~ Nouveau contexte en ligne ~ A venir : Un recensement & un recrutement de modérateurs.

Dictator's Circus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Hey, Look ! It's Saku Harushige
& Noble art ~ Geisha

avatar
•• Messages : 102

MessageSujet: Dictator's Circus Sam 10 Avr - 18:52

Dictator's Circus
Feat. Saku & Akira




    A la manière d’un saltimbanque pieds nus dans les champs de bohème, Saku lui, marchait gaiment dans les couloirs de l’école. Une image occidentale, juste pour vous montrer qu’il était complètement à l’aise dans ses baskets. Cet endroit était presque devenu sa seconde maison tellement il y avait passé de temps. Chaque couloir avait sa mélodie et ses anecdotes. Aussi bien qu’il avait mémorisé au moins plus de la moitié des visages des élèves.
    Les vacances n’étaient plus très loin et l’idée de devoir quitter ce merveilleux endroit pour quelques temps lui fendait le cœur. Pour sa peine il chantonnait l’une de ses compositions, chacun de ses pas formaient le rythme. Qu’est ce qu’était l’école sans cet agitateur ? Et une fois chez lui, il n’aura plus personne à aller embêter ni plus personne pour l’admirer, quel triste sort... Un petit sourire en coin, fier de lui comme toujours et ce sans la moindre modestie.

    Pour une fois il n’avait pas abusé sur la tenue du jour ! Un simple jean usé et troué, un t-shirt imprimé et manches longues qui dévoilait négligemment ses épaules et ses longues mèches colorées tombant sur celles-ci. En réalité il avait été pris d’une grande fainéantise au lever qu’il n’avait pas pris garde à ce qu’il avait enfilé. En revanche le maquillage était toujours impeccable. Ne vous méprenez pas, il ne met pas la dose ! Au naturel on le reconnaît totalement. C’était juste une touche de couleur comme une autre.

    Il était de bonne humeur ce jour-ci mais c’était inutile de le préciser : l’humeur maussade ne rentrait pas dans son vocabulaire. Il remarquait qu’il était rare de voir des gens aussi optimistes que lui ! La plupart de ceux qu’il croisait se prenaient beaucoup trop en sérieux avec leur sourire à l’envers. Ce genre de personne le faisait rire, a peine entré dans l’université ils se prenaient déjà pour des salaryman... Dans sa pensée, Saku était loin de se prendre pour un adulte responsable.
    Le nippon en prit un au hasard qui arrivait dans le sens contraire. Un de ceux qui avaient la mine la plus concentré et la chemise boutonnée jusqu’en haut. Une fois le dos tourné, le jeune homme lui claqua les fesses et dans un grand éclat de rire il admirait le regard outré de sa victime du jour. Au lieu d’essayer d’aller lui coller son poing dans la figure, il reconnu Saku et ses mauvaises blagues. Alors il se contenta d’exprimer sa colère d’un ton fort impoli :

    « Va te faire Saku ! »
    « Ah ! avec plaisir ma sœur ! »

    Quel coincé du cul celui-là.

    Il fit mine de s’incliner pour s’excuser dans la plus grande hypocrisie. Un dernier sourire moqueur et il tourna les talons. Il se faisait souvent insulter pour ce genre de farces, mais aucune ne l’avait atteinte, il prenait toujours tout avec le sourire et même lorsque l’on tentait de blesser sa fierté. Mais même là en le comparant à une bonne sœur, ce pauvre étudiant n’avait pas cherché à remettre Saku en place. Justement parce que c’était perdu d’avance et que ça ne ferait que lui faire perdre son précieux temps. Vite, vite ! Courrez au savoir ! Vous n’apprendrez rien de la vie par vous-même n’est ce pas ?

    La seule chose qui pouvait faire baisser son humeur à ce moment là, c’est ce surveillant qui arrivait dans sa direction en le fixant droit dans les yeux, la mine grave. Oh zut ! Saku regarda furtivement derrière lui - Eh non ! C’était bien lui qui était visé par ce regard plein de haine qui lui rappelait celui de sa mère lorsqu’il faisait des bêtises. Et le jeune homme se doutait déjà de ce qu’avait ce surveillant contre lui. Il s’arrêta face à lui. Certes plus petit de taille que Saku mais hargneux dans sa façon de parler. Un petit caniche.

    « Saku Harushige. »
    « En personne ! »
    « Ne faites pas le malin, votre professeur de musique a fait des pieds et des mains pour faire venir un professionnel réputé et vous avez le culot de ne pas vous y pointer ! »
    « Noooon, ne me prive pas de Soleil ! »
    « C’est important pour vos examens, vous êtes loin de lui arriver à la cheville! »
    « Ouai on verra bien quand je serai une star ! »
    « Suivez moi, je veux être sûr de ne plus recevoir de plaintes. »

    Saku soupira tel un gamin. C’était vraiment dur d’être réclamé ! Lui qui aurait voulu jouer tranquillement au Soleil, le voilà condamné à de barbants cours théoriques par un vieil espagnol de la musique flamenco.
    Il le suivit en trainant des pieds, les bras ballants dans une démarche négligée. Un vrai clown. C’était quoi son problème ? Ca le regardait s’il séchait ces cours, il n’était pas allé à l’université pour se faire traiter comme un lycéen. Le surveillant ouvrit alors la porte de la selle de classe.

    « Eeeeeh mais y’a personne encore ! »
    « Faites bonne impression en y étant à l’avance ! »

    Saku forma son visage d’une grimace - oui un vrai caniche ce mec... Il referma la porte derrière lui en le laissant seul dans un silence de mort. Le jeune homme prit donc place vers le fond de la salle, les pieds sur la table en train de feuilleter un magazine de mode oublié ici.

    Au bout d’une dizaine de minutes, les premiers élèvent arrivèrent et prenaient place. Saku s’étira bruyamment, la tête basculée en arrière en attendant qu’on le tue. Le vent de l’extérieur pénétrant dans la salle lui donnait envie de courir et sauter par la fenêtre pour aller se rouler dans l’herbe. Quel ennui... Le cours n’avait même pas commencé qu’il était en plein désespoir. Agité par un manque d’impatience, il bougeait dans tous les sens, changeant à chaque fois de position jusqu'à laisser son front se taper contre le bureau. Et là il ne bougeait plus.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Akira Hayaki
&

avatar
•• Messages : 137

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Lun 12 Avr - 19:47

    On pourrait croire qu'avec le temps les souvenirs les plus douloureux s'estompent. On pourrait le croire.
    Après tout, n'oublions pas certaines des choses qui nous tiennent le plus à cœur ?
    Alors, pourquoi ne pourrait-on pas supprimer de nos mémoires ce qui y est le plus déplaisant ?
    Parce que l'être humain est ainsi fait. Tout simplement.
    Oublier notre passé, c'est oublier notre histoire, oublier un bout de nous-mêmes. C'est oublier ce qui a servi à façonner notre existence. Oublier ce que l'on sait. Oublier ce que peuvent être les Hommes. Oublier comment, oublier pourquoi.
    Au fond, le veut-on seulement, oublier les seules choses qui nous sont acquises ?
    Oublier d'oublier. Pour ne pas pardonner. Jamais.

    Ce n'est pas le son strident et désagréable de son réveil qui réveilla Akira ce matin-là. Mais un cauchemar.
    Encore. Et sûrement pour toujours, ou du moins jusqu'à ce qu'il perde la raison. Un cauchemar, le même depuis tant de temps...
    Cet homme. Un ami venu le mettre en garde contre son futur. Contre son père.
    Il ne l'avait pas écouté. Il n'avait pas pris en compte ses propos absurdes. Préférant nier ce qu'il savait pourtant être inévitable, quelque part au fond de lui. Malgré son jeune âge.
    Cet homme, qui avait parlé pour lui. Pour son bien. Sans aucune arrière-pensées néfastes. Juste son propre bonheur, son propre bien-être.
    « J't'avais prévenu, gamin. Tout ça, c'est de ta seule faute... » Résonnant dans sa tête, dans son rêve. Incessante litanie ayant perdue tout son sens. Victime et pourtant coupable de sa propre naïveté.
    Et le reste de son songe s'enchaînait très vite.
    Un homme qui aurait l'âge d'être son père. Non, pas exactement. Un homme : son père. Ses mains sales parcourant son corps blanc. Couleur et symbole de l'innocence. De la pureté. Akira, souillé... A jamais.
    Et une seconde silhouette. Prenant exemple sur la première. Copiant ses gestes. Sans se soucier du garçon aux joues ruisselantes de larmes coulées, se frayant un chemin sur sa peau pâle. Sentence pour une erreur incommise.
    Sa dignité, suivant le sillon laissé par les perles au goût salé. Remplies de promesses vaines.
    Bruit minime. Assourdissant.

    Quand Morphée l'avait emporté, la nuit était déjà bien avancée. Ce qui ne l'empêcha pas de se lever avant que le tintement fait de notes dissonantes de son réveil ne retentisse dans la pièce sombre. Il ne pourrait plus retrouver le sommeil, de toute façon. Et il avait besoin d'une douche. Comme si l'eau coulant sur son corps pouvait effacer les traces laissées bien des années auparavant. Comme si cela pouvait lui rendre ce qui avait été perdu il y a si longtemps déjà...
    Sans faire de bruit il attrapa de quoi s'habiller, un tee-shirt bleu ciel et un jean, et se dirigea vers les douches.
    Après une douche qui traîna en longueur, il noua une serviette autour de sa taille et s'observa un instant dans un miroir. Taille normale. Mince. Maigre, plutôt. Fine musculature, certes pas comme tous ces sportifs, mais en beaucoup plus sexy qu'un gros tas de muscles. Qui n'a que cela... Lui au moins, sa tête était pleine.
    Il sécha son corps et ses cheveux avant d'enfiler les habits qu'il avait sortis de son armoire un peu auparavant.

    Il était tôt. Et il n'avait pas grand-chose à faire.
    Juste l'envie d'écrire musiques et chansons.

    Il pris son sac dans lequel il était certain de trouver feuilles et stylos et sort du dortoir encore plongé dans la pénombre, les rideaux étant resté fermés.

    Akira traversa des couloirs, descendit des escaliers, traversa des endroits en ne s'arrêtant dans aucun. Il croisa plusieurs personnes auxquelles il ne prêta aucune attention, continuant son chemin, la tête haute, le regard hautain et arrogant. Protection.

    Il gribouilla des suites de notes et quelques paroles qui pourraient convenir sur une page. Recommença. Encore. Et encore. Jusqu'à ce que son poignet commence à lui faire mal. Alors, il rangea le stylo dans son sac et plia les feuilles avant de les arracher et de les mettre à la poubelle.
    Ce qui était bon, il le retiendrait, s'en souviendrait. Le reste... Et bien, le reste était à sa place, à présent.

    Il consulta sa montre. Il ferait mieux de se dépêcher s'il voulait arriver à l'heure à son cours de musique.
    Quel dommage de s'enfermer par un temps pareil...
    Il y alla lentement, profitant un peu plus du soleil et de sa douceur bienfaisante.
    Il devait y avoir un vieil espagnol. Ils n'avaient rien trouvé de plus captivant ? Il pressentait qu'il allait s'ennuyer. Déjà.

    Il poussa la porte. Soupira. Il n'aimait pas les gens, il en était sûr. Tous discutaient gaiment. Bruyamment, surtout. Ne pouvaient-ils pas se taire ? Faire comme l'autre aux mèches colorées là-bas ? Rester tranquille ?

    Bon et bien, sa place était toute choisie. A côté de ce jeune-homme, pour le moment silencieux.
    Pourvu qu'il ne se réveille pas ou ne soit pas le genre de personne curieuse, bruyante et, il faut le dire, plutôt chiante.

    Il alla s'asseoir, sans faire de bruit. Pas par respect pour son voisin, non, loin de là.
    Juste pour lui-même.


Dernière édition par Akira Hayaki le Sam 17 Avr - 0:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Saku Harushige
& Noble art ~ Geisha

avatar
•• Messages : 102

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Ven 16 Avr - 20:42

    Il y avait tellement de bruit dans cette salle qu’il ne parvenait plus à différencier celles qui venaient de loin et celles qui étaient proches. Après tout un bruit est un bruit, le bavardage est du bruit, tout est du bruit. Saku déprimait ? Non il se demandait juste ce qu’il pouvait bien foutre ici alors qu’un jardin l’appelait. Il voulait que la nature lui tende la main pour qu’il puisse s’échapper d’ici oh oui comme dans un doux rêve. Malheureusement il ne pouvait fuir devant ses obligations et la nature ça ne pouvait pas faire ça... S’il avait encore le cul sur sa chaise c’est uniquement parce qu’il voulait avoir un diplôme et rendre sa famille fière de lui.

    Il ne restait pas longtemps avant sa sortie définitive de cette université. Deux ou trois ans ? Il regarda ses doigts. Si c’était long. Il aimait cette école mais pas lorsqu’il était contraint à rester en cage. Saku est un animal sauvage, on ne peut le retirer de son milieu naturel sasn qu’il ait une réaction comme un coup de blues. Il releva la tête, sa mine abrutie regardant les autres discuter tranquillement en attendant le prof et l’intervenant. Quelques uns lui firent un signe de main pour le saluer. Signes auxquels il ne répondit que par un sourire crispé.

    C’était du moins ceux qui pouvaient le supporter qui lui disaient bonjour. Les autres se contentaient de le regarder avec leur air hautain ou l’ignoraient totalement. Tant pis pour eux, ils ne savent pas ce qu’ils ratent.

    Saku tourna la tête, lorsqu’il se rendit compte qu’il avait un voisin. Il le dévisagea un instant.

    « .... »

    Non, il n’avait pas l’air commode lui là...Un genre de Kaizuke qui cultivait une aura d’asocial tellement pas drôle. Mais après tout, n’était-ce pas ce genre de personnes qui éveillait tant sa curiosité ? Il s’empêcha de rire rien qu’en pensant à cette grosse brute de Kaizuke et se redressa en regardant son camarade.
    Il lui semblait bien l’avoir vu après réflexion, au moins juste sa tête, mais il ne lui avait jamais adressé la parole, ça il en était certain.

    « Si t’as cru pouvoir trouver le silence à côté de moi tu rêves ! »

    Son sourire s’était agrandit rien qu’en pensant à ce qu’il pouvait lui faire. L’envie de le taquiner le démangeait. Mais il ne voulait pas lui faire peur tout de suite !

    « Non je plaisante... A moins que tu me connaisses ?! »

    Il plissa les yeux, l’air suspicieux. Saku était le genre d’agitateur que beaucoup de gens avaient au moins entendu parler. Dans ce cas il ne pouvait atténuer ses propos en faisant croire qu’il était un gentil garçon tout mignon tout sage. Zut !

    « Faut pas écouter les ragots ! Je suis gentil moi ! »

    Ta gueule Saku, tu t’enfonces et il va t’envoyer chier et s’asseoir ailleurs si tu prends cet air de cocker . Mais en même temps...La salle n’était pas si grande que ça et ils se trouvaient déjà dans le coin le plus silencieux...Sourire malicieux intérieur. En plus il ne lui avait même pas laissé le temps de parler qu’il lui avait déjà parlé de lui. Vive l’égocentrisme. Il papillonna des paupières, la fatigue sans doute. Il cherchait ce qu’il pouvait dire qui ne ferait pas détaler son nouvel ami (sisi xD)

    « Saku Harushige. Et toi ? »

    Voilà, maintenant il n’avait plus qu’à la fermer et à espérer qu’il ne s’était fait pas passer pour un taré plus qu’il ne l’était déjà. Il n’y avait qu’à voir comment il était sapé, la couleur de ses cheveux, ses multiples tatouages et la façon dont il était affalé sur sa chaise pour savoir quel type de mec il est. Pas la peine d’essayer de faire croire qu’on est sage quand on a une allure de junkie. Bah tant pis pour lui, qu’il se casse. Hey mais, il délirait là ou quoi ? Depuis quand ça le préoccupait d’avoir l’air sage ? Il fronça les sourcils et se tapa le front et sans se soucier qu’on le regardait surement il posa son front contre sa table.

    « Pitié libérez moi ! »

    Oui oui comme on aurait pu s’en douter, c’est surtout le fait d’être enfermé ici qui le rendait fou. Un oiseau en cage se cognant contre les barreaux. Il se redressa et regarda sa montre. Le cours allait peut être bientôt commencer...
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Akira Hayaki
&

avatar
•• Messages : 137

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Sam 17 Avr - 18:40

    L'autre garçon ne remarqua pas tout de suite qu'il avait un nouveau voisin à sa table. C'était compréhensible, au vu du bruit que faisait les autres, Akira avait été presque d'une discrétion absolue en prenant place à cette table.
    Akira eut le temps d'observer plusieurs choses avant qu'il ne remarque sa présence. D'abord, il le vit calculer quelque chose qu'il ignorait sur ses mains en pliant et dépliant deux, puis trois doigts. Il sembla désemparé par ce que cela représentait. Ensuite il tourna la tête du côté où Akira ne se trouvait pas et ce dernier put voir les réactions qu'il suscitait. Plusieurs lui firent de joyeux signes de la main tout en souriant et certain le regardait d'un air qu'ils voulaient être supérieur. Les autres l'ignorait, tout simplement. La meilleure des réactions, selon Akira.
    Akira ne put pas voir si son voisin leur souriait, jouait la carte de l'ignorance ou autre, puisqu'il lui tournait la tête.

    Il finit enfin par se rendre compte qu'il n'était plus seul et dévisagea de haut en bas son nouveau camarade. Il sembla à Akira qu'il contenait un rire. Qu'est-ce qu'il y avait de drôle ?! Qu'est-ce qui clochait chez Akira ? Il lui lança un regard mauvais. Et recommença une nouvelle fois lorsque le jeune-homme eut dit :
    « Si t'as cru pouvoir trouver le silence à côté de moi tu rêves ! »

    Son sourire c'était agrandi. Celui d'Akira était toujours inexistant. Cela sembla ne pas plaire au garçon qui apparemment souhaitait une réaction. Il ne devait pas être habitué à être ignoré. Tant pis pour lui. Il ne lui répondrait pas. De toutes façons, il avait à-peine finit sa phrase qu'il reprenait déjà :
    « Non je plaisante... A moins que tu me connaisses ?! »

    Cinglé. Vraiment.
    Akira le vit plisser les yeux ce qui fit se froncer ses sourcils. Que cherchait-il à faire ou à voir ? Ce n'est pas comme cela qu'il saurait si Akira le connaissait. Et non, il ne le connaissait pas. Et il n'avait jamais entendu parler de lui non plus. Les gens ne l'intéressaient pas, il ne prenait donc pas la peine de s'informer sur eux. Rares étaient ceux à réussir à attirer son attention. Seulement les plus intéressants.
    Il n'était pas du genre commère et ne passait jamais beaucoup de temps en compagnie des autres. De plus, il ne se fiait jamais à ce que tout le monde disait sur tout le monde. Il préférait se forger sa propre opinion.
    Mais encore une fois, il n'eut pas le temps de répondre que déjà il reprenait la parole.
    « Faut pas écouter les ragots ! Je suis gentil moi ! »

    Cinglé, donc.
    S'il ne doutait pas de sa gentillesse, il se posait cependant des questions sur sa santé mentale. Il était dans son droit, non ?
    Akira remarqua que son camarade avait l'air fatigué. Pauvre de lui... Et s'il se reposait un peu ? Juste pour qu'il soit en pleine forme par la suite, bien sûr. Pas pour qu'il se taise, non, bien sûr que non. Ce n'était pas son genre...
    « Saku Harushige. Et toi ? »
    Se présenta-il.
    Quelle était l'attitude à adopter maintenant ? Se présenter à son tour ? Ou pas ? S'il se présentait, est-ce que ce Saku lui ficherait la paix ensuite ? Sûrement pas, vu la personne qu'il avait l'air d'être. Tant pis, il tenta quand même et se présenta d'une voix à la fois ennuyée et glaciale.
    « Akira Hayaki. Je ne dirais pas que je suis enchanté. Puisque ce n'est pas le cas. »

    Voilà. Maintenant, il savait à quel genre de personne il avait à faire. Est-ce que cela le découragerait ? Akira n'en avait aucune idée. Il n'avait cependant pas l'air simple de pouvoir le décourager. Il avait l'air d'être de ces gens toujours souriants. Pour un oui ou pour un non, peu leur importait, ils se contentaient de sourire et d'essayer de communiquer leur joie de vivre aux autres. Sauf que Akira n'avait pas la moindre envie d'être contaminé par son enthousiasme. Lui, son truc c'était la froideur, la distance et la méchanceté. Pas le reste.
    Il vit le dénommé Saku Harushige se frapper le front du plat de la main avant de poser sa tête sur la table et de dire d'une voix claire :
    « Pitié libérez-moi ! »

    Il en était à ce point-là ?
    Et il le vit se redresser pour regarder sa montre. Akira en profita pour regarder l'heure. Le cours ne devrait pas tarder à débuter... Heureusement ou malheureusement, puisqu'il n'était pas sûr du tout que Saku s'intéresserait au cours.
    « Sors avant que le cours ne débute... »

    Et il ne disait pas seulement cela pour avoir la paix... Enfin si, peut-être.
    Mais puisque le professeur venait d'entrer accompagné d'un vieil homme d'origine espagnole, son voisin ne pouvait plus sortir.
    Qu'avait-il fait pour mériter cela ?!
    Et pourquoi c'était-il assis à cette place déjà ? Ah oui ! Il paraissait endormi et donc calme... Ne plus jamais se fier aux apparences... Plus jamais.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Saku Harushige
& Noble art ~ Geisha

avatar
•• Messages : 102

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Lun 19 Avr - 11:34

    Saku observait son voisin lorsqu’il entendit les premières paroles de son voisin. C’est toujours par les premiers mots que l’on peut découvrir la personnalité de quelqu’un et comme il s’en doutait il n’était pas très amical...Il se retint de rire au moment où il avoua ne pas être enchanté de le rencontrer. Non décidément il ne comprenait pas ses gens dont les seuls mots qui sortaient de la bouche étaient crées pour blesser les autres ou les envoyer sur les roses. Malheureusement Cet Akira était très mal tombé puisque ce genre de réplique lui donnait envie d’être doublement envahissant. Regardez un peu son comportement avec Kaizuke ! Et bien, il l’a cherché et ne peut plus se débarrasser du koala Saku maintenant et je suppose qu’il le regrette amèrement.

    « Hey mais ne sois pas si froid je ne vais pas te manger ! »

    Un petit sourire discret tira ses lèvres. C’était mignon nan ? Peut être qu’il était juste timide ! En même temps c’était à côté de Saku qu’il était assis, y’avait de quoi être intimidé ! Non ? Ah okay j’me tais...
    BREF ! Akira ne devait alors pas être d’humeur à supporter les clowneries d’un agitateur tel que Saku. Et bien la prochaine fois, il ira se renseigner sur la personne à côté de qui il s’assied, ça lui fera les pieds. Il passa les doigts dans ses longues mèches colorées et leva le nez de manière hautaine. Pff ! Un petit coucou à un ami au loin et il l’ignorait totalement. Non il n’avait pas du tout envie de l’embêter....

    Au moment où désespéré, il appela à l’aide, son voisin éleva la voix d’une façon anormalement calme. Trop calme pour être sincère. Il semblait vouloir l’aider mais Saku n’était pas né de la dernière pluie et comprenait tout à fait ce qu’il avait voulu dire par « Sors avant que le cours débute ».

    Il tourna donc la tête en direction de son voisin, les yeux plissés et affalé sur sa table. S’il voulait qu’il se casse il n’avait qu’à le dire clairement au lieu d’essayer de le sous-entendre. Rien de tel que la franchise. Même si Saku ne comptait pas lever son cul pour le bonheur de cet asocial, juste le dire c’était plus poli au lieu de le prendre pour un idiot.
    Mais il était trop tard pour penser à une évasion car le cours allait débuter. Il vit le professeur se pointer accompagné par le fameux vieil espagnol pro dans la guitare flamenco. Les yeux de Saku se grossirent en quelques secondes en voyant cet invité...

    « La vaaaache ! Le nez !! Une péninsule ! »

    Ces occidentaux avaient beau être considérés comme une « race » tout à fait noble avec leurs cheveux et leurs yeux colorés mais en matière de nez parfois... Certains élèves qui avaient entendu sa remarque se retournèrent pour regarder Saku et pouffer de rire. Un vrai pitre.
    Il disait ça en se moquant mais ça ne voulait pas dire qu’il ne respectait pas cette personnalité espagnole. Bien au contraire. C’était un pro à la gratte et rien que pour ça s’il pouvait il se mettrait à genoux devant lui. Mais merde, un peu de rigolade ne tuait pas.

    Saku se cacha, étouffant ses rires mais il ne put résister à parler encore une fois à son voisin pour se rendre contagieux. En oubliant volontairement ses propos qui avaient été fais pour le blesser méchamment. Comme quoi ! Il était intouchable ! Saku se rapprocha de lui et capta son attention en tirant doucement sur son t-shirt. Le nippon se redressa et lui murmura en essayant d’arrêter de façon à que ce qu’il dise soit compréhensible

    « Hey t’as vu ! J’suis sûr qu’il n’a pas besoin de capodastre ! Trop fort ! »

    Il s’écarta de lui et sa cacha encore une fois pour éviter le regard suspect du prof. Ce n’est pas sans étonnement qu’il le surveillait et ce dès le moment où il avait vu qu’il était présent. Il était fiché par plusieurs profs. Mais s’il s’était écarté d’Akira c’était surtout pour ne pas lui attirer des emmerdes. Lui au moins, il ne le prenait pas pour un con. Quoi que si Akira retentait de le vexer il allait être moins clément. Il oublie mais peut tout à fait agir pour son honneur ~ Le remettre à ça place. Et je vous promets qu’un Saku sournois fait peur à voir, au risque de se faire détester, lorsqu’il décidait de se venger il frappait fort. Avec une imagination aussi débordante que celle de ce fou mieux valait faire attention.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Akira Hayaki
&

avatar
•• Messages : 137

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Ven 30 Avr - 23:54

    « Hey mais ne soit pas si froid je ne vais pas te manger ! »
    Raconta son voisin en dessinant un sourire sur son visage entouré de mèches colorées.
    Vraiment ? Honnêtement, Akira doutait tout de même un peu de cette affirmation et il était tout à fait disposé à remettre sa parole en doute. Ce sourire léger et innocent qu’il arborait ne le rassurait absolument pas. Bien au contraire… Il avait du mal à croire ses propos avec ce genre de sourire scotché sur son visage trop joyeux.

    Apparemment Saku avait compris ce qu’Akira avait derrière la tête en lui proposant de quitter la salle, en témoignait son regard plissé en sa direction. Tant mieux, maintenant il savait qu’Akira n’avait vraiment pas l’intention de le supporter pendant tout le cours. En même temps, il ne lui avait pas caché le fait que le voir partir lui ferait plaisir… Il s’était simplement dit, que peut-être, en lui proposant au lieu de le lui ordonner, cela fonctionnerait mieux. Mais il semblait clair que non, ce n‘était en fait pas le cas. Tant pis. Il faudrait simplement qu’il redouble d’efforts pour le faire fuir.
    Ou au moins pour qu’il se taise ! Aimait-il autant que cela le son de sa propre voix ?!
    « La vaaaache ! Le nez !! Une péninsule ! »
    Bon… Ce n’était pas très respectueux, mais Akira devait bien l’avouer, ce type avait un de ces nez ! Le silence s’était fait un bref instant dans la classe. L’instant de calme avait été bref, parce que cela avait duré juste le temps de trouver quoi dire de ce… ça, un nez, vraiment, vous en êtes sûr ?
    Cet espagnol n’était pas très beau, non, vraiment pas. Mais tous ses autres défauts physique étaient éclipsés par la taille anormale de cette chose au milieu de son visage qui était ridé par les années écoulées.
    Akira se permit un léger sourire à la remarque de son voisin, sans pour autant le regarder. Plusieurs élèves se retournèrent vers leur table, pouffant puérilement de rire à la remarque de Saku. Il ne leur en fallait décidément pas beaucoup pour réagir aussi excessivement…
    « Hey t’as vu ! J’suis sûr qu’il n’a pas besoin de capodastre ! Trop fort ! »
    Reprit, en murmurant, son voisin tout en tirant sur son haut pour réussir à attirer son attention.
    La première phrase était inutile… Non, mais qui n’avait pas vu, franchement ?! Ce genre de truc, on ne pouvait pas le louper. Ou alors, il fallait ne plus posséder la faculté de voir.
    Simultanément, le professeur posa son regard sur Saku et ce dernier s’écarta d’Akira pour étouffer son rire dans ses bras.
    Ce Saku devait probablement être irrécupérable. Akira en avait bien peur.
    Et à chaque parole de l’autre jeune-homme, il hésitait sur l’attitude à adopter. Lui répondre ou ne pas le faire ? Peut-être que s’il ne lui répondait pas, il se lasserait et finirait par se taire, en colère d’être le centre d’attention d’autant d’ignorance. Peut-être. Mais peut-être pas, aussi. Il ne connaissait pas le garçon, et ainsi il ne pouvait pas tenter d’anticiper ses réactions.
    Il fallait tester. Avec et sans réponse.
    Il ne voyait pas quoi répondre à sa précédente tirade, ainsi il se contenta de hocher la tête en signe d’approbation.
    Finalement, il se décida à simplement lui poser une question simple.
    « Qu’est-ce qu’il faut que je fasse pour que tu te taises ? »
    Interrogea Akira, en se tournant enfin vers son camarade de classe.
    Contrairement à l’autre fois, il avait essayé de ne pas être trop agressif dans sa demande, voulant récolter une réponse et non un coup d’œil désapprobateur.
    Il lui avait demandé cela comme on aurait demandé une recette de cuisine ou une tactique pour pouvoir passer un passage difficile dans un jeu vidéo, c’est-à-dire sur le ton de la conversation.
    Il pris un crayon de papier qu’il fit tourner entre ses doigts, pour passer le temps et s‘occuper.
    Il observait son voisin, voulant connaître la réponse à sa question qui n’était pas loin d’être existentielle et dont la réponse serait sûrement d’une grande aide pour pleins d’autres gens dans le même cas que lui : confrontaient à ce grand gamin, ne cessant pas de parler. De lui et pour lui. Ou pour critiquer les autres… qui avaient quand même, soyons honnêtes, bien des raisons de l’être.
    Et, de temps en temps, il tournait son regard vers le professeur et l’intervenant à l’appendice gigantesque…
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Saku Harushige
& Noble art ~ Geisha

avatar
•• Messages : 102

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Sam 1 Mai - 11:50

    Le cours commençait doucement, Saku ne pouvait détacher les yeux du nez de l’occidental. Même lorsqu’il jouait – divinement bien soit dit en passant – Il avait du mal à se concentrer uniquement sur ses mains comme il était censé le faire. Son voisin ne semblait pas vouloir parler. Il ne répondait pas à ses petites vannes mais il était calme et ça c’était plutôt bon signe pour lui.

    Ça ne le dérangeait pas de parler à un mur, il aimait beaucoup le faire d’ailleurs ! A force d’aller squatter auprès de gars comme Kaizuke il avait prit l’habitude de faire conversation seul. Donc ce n’était pas là le problème. Toutefois il cru apercevoir l’esquisse d’un sourire et ça le satisfaisait déjà beaucoup. Même s’il était discret et qu’il n’était pas adressé à lui, c’était déjà quelque chose vu qu’il ne lui avait pas adressé la parole. Au moins il n’aurait pas à aller faire un coup foireux, il avait encore un peu d’espoir. Du moins pour l’instant...Mais Akira restait quand même imprévisible ! Comme s’il pouvait lui sauter à la gorge à tout moment tel une bête enragée. Le nippon déglutit et garda une distance de sécurité.


    C’est au bout d’un certain temps que son voisin éleva à nouveau la voix, d’une façon plus calme et plus agréable. Sauf que le genre de question qu’il avait posé n’allait pas du tout avec le ton utilisé, mais ce n’était que secondaire. Comment faire taire Saku ? En avait il déjà marre ? Saku lâcha un petit rire, sa patience ne devait vraiment pas être grande s’il demandait déjà ça car le cours venait juste de commencer ! Il n’était nullement vexé puisque lui-même ne savait jamais de quelle manière on pouvait le faire taire. Ca dépendait du contexte. Mais ce qui l’intéressait là c’est que comme il le lui posait la question, Saku pouvait répondre n’importe quoi ~

    C’était aussi pas très malin de sa part de lui avouer qu’il en avait marre d’entendre sa voix. Car maintenant Saku savait comment l’énerver plus et pouvait en profiter plus tard. Pour le moment, Saku le trouvait assez sympathique ! Il faut dire qu’il lui en faut peu pour trouver quelqu’un de sympathique mais pourquoi ne pas s’en faire un ami plutôt que de rajouter une personne à embêter sur sa liste déjà longue ! Ca pouvait être assez intéressant ! Donc Saku n’avait pas l’envie de le foutre au bout tout de suite, la situation était bien assez marrante pour lui et il s’en contentait.

    Oh que oui il aimait ça !

    Un large sourire sournois naissait sur ses lèvres, s’agrandissant progressivement, les yeux pétillants et braqués sur son voisin. Il n’aurait pas dû poser cette question, car la réponse était déjà toute faite dans sa tête et n’avait pas pour but d’attirer sa sympathie. A moins qu’il veuille bien rentrer dans son jeu. Mais avec un type comme lui mieux valait pas s’attendre à grand-chose. Il haussa les sourcils et lui répondit avec un large sourire d’une perversion mal placée.

    « Ce que tu dois faire ...? »

    Il laissa un moment de silence, où il l’observait de manière à lui faire comprendre que c’était une très mauvaise idée de demander à quelqu’un comme Saku ce qu’on doit faire pour tirer quelque chose de lui. Ses réponses pouvaient être tout à fait loufoques comme simples mais il fallait quand même se méfier. Le jeune homme haussa les sourcils, comme si c’était une évidence.

    « Un bisou ! »

    Chose qu’il ne lui donnerait certainement pas, c’est justement ça qu’il trouvait drôle. Il ne voyait vraiment pas Akira lui obéir pour quelque chose de ce genre. Les gens ayant autant de présence qu’une armoire à glace ne pouvaient pas se permettre ce type de futilités sous peine d’être décrédibilisé. Et après on dit que c’est la fierté de Saku la plus mal placée ! Nan mais ! Il n’empêche que c’est un gars de parole, c'est-à-dire qu’il lui révélait vraiment la façon de le faire taire sur le moment et il tiendrait parole à coup sûr ! S’il se donnait la peine de le faire! Dommage que cet Akira ne connaisse pas Saku, sinon il aurait été plus vite sauvé !

    Il hocha la tête, un petit sourire sympathique lancé à son interlocuteur et il jetait quelques coups d’œil en direction du prof. Ce vieux débris le surveillait déjà bien assez mais l’élève était assez malin pour ne pas se faire prendre et Akira par la même occasion. Heureusement qu’ils étaient au fond de la salle, il pouvait lui parler sans trop chuchoter.

    « Sinon je vais avoir du mal à m’arrêter ! »

    C’est con hein ? Surtout qu’il aurait beau essayer n’importe quoi pour le faire taire ça ne marcherait pas, car c’est une vraie tête de mule qui ne s’arrête que quand lui et seulement lui l’a décidé. Eventuellement lorsqu’il obtient ce qu’il désire mais ça c’était peine perdue. En conclusion c’était bien parti pour durer toute l’heure.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Akira Hayaki
&

avatar
•• Messages : 137

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Sam 1 Mai - 14:21

    Lorsque l’espagnol avait commencé à jouer, certains chuchotements s’étaient arrêtés, des regards s’étaient focalisés sur ses mains et semblaient avoir oublié son nez et quelques bouches c‘étaient ouvertes. Il jouait vraiment très bien…
    Mais d’autres, pas intéressés le moins du monde par le cours, discutaient encore entre eux, se moquant du pauvre homme, continuant ce que Saku avait débuté. D’ailleurs, l’homme avait-il entendu les critiques proférées par l’élève ? Entendait-il celles circulant à-présent ? Si c’était le cas, alors il n’en laissait rien transparaître, continuant à jouer, s’enfermant dans un autre univers. Où son nez aurait peut-être une taille normale…
    Akira, lui, écoutait la musique bien plus qu’il n’observait l’homme. Il entendait et imaginait les gestes qui allaient avec la mélodie.

    Quand il lui eut demandé de quelle façon le faire taire, Saku eut un rire léger qui ne laissait rien présager de bon. Akira, de son côté ne trouvait pas vraiment sa question drôle. Mais plus ou moins nécessaire. Pas à sa survie, non, tout de même pas, mais quand même... Si le jeune-homme arrêtait de parler, alors peut-être qu’ils pourraient commencer à bien s’entendre ? Sans être dans le besoin d’avoir recours à la parole.
    Tout le monde devrait être muet, selon Akira. Surtout ceux qui prenaient la parole lorsque ce n’était pas nécessaire, pour ne rien dire qui vaille la peine d’être écouté.
    Effectivement, la patiente n’était pas une des qualités d’Akira… Il était assis à côté de Saku depuis seulement quelques minutes et déjà, il en avait assez. En même temps, Saku lui avait déjà dit autant de choses qu’un autre lui aurait dit dans une année entière. Et encore…
    Il aimait le silence reposant. Il n’aimait pas parler ni écouter parler. Ou alors, il fallait qu’il apprécie un tant soit peu la personne avait qui il était. Et il n’appréciait pas Saku. Enfin… Ce n’était pas vraiment ça. Disons qu’il ne le connaissait pas, le devinant seulement, mais il n’avait encore aucune envie de faire connaissance avec lui.

    Akira se dit qu’il aurait mieux fait de se taire, lui aussi, lorsqu’il aperçut quel genre de sourire naissait sur les lèvres de l‘autre garçon. Sournois et pervers. Il faisait presque peur… Et un instant, Akira se demanda si finalement, ce ne serait pas lui qui quitterait la classe, pour éviter d’avoir à faire à cet énergumène. Il lui suffirait de trouver une excuse acceptable pour pouvoir quitter le cours. Et s’il tombait subitement malade ? Le professeur serait capable de demander à Saku de l’accompagner jusqu’à l’infirmerie… Mauvaise idée, donc. Il ne souhaitait pas partir pour être à nouveau avec lui. Mais pour fuir sa perversité, qu’il ne semblait même pas chercher à cacher. Pas que cela le dérangeait tant que cela, finalement. Mais il ne paraissait pas net, et ça, c’était dérangeant.
    « Ce que tu dois faire… ? »
    Oui, c’était bien là ce qu’il voulait savoir… ou pas, finalement, après réflexion.
    L’autre garda le silence un court instant en le regardant comme si ce qu’il lui demandait était vraiment stupide. Oui, lui aussi en était arrivé à cette conclusion, il n’avait pas besoin de ce regard pour le lui faire savoir…
    Alors, il haussa les sourcils et, sur le ton de l’évidence, il lui lança :
    « Un bisou ! »
    Saku hocha la tête, comme pour confirmer ses propres dires et il lui sourit à nouveau.
    Allait-il le faire ? Bonne question… En fait, il s’était attendu à bien pire, en voyant son sourire de pervers psychopathe. Mais il avait seulement quémandé un bisou. Si ça pouvait lui apporter la paix… pourquoi pas ? Ce n’était pas comme s’il était repoussant ou autre. Non, loin de là, même.
    « Sinon je vais avoir du mal à m’arrêter ! »
    Crut-il bon d’ajouter à l’intention d’Akira.
    Non, sans blague ? Il ne l’aurait pas deviné. Il savait que maintenant qu’il lui avait dit quoi faire pour avoir ce qu’il voulait, maintenant qu’il connaissait la solution, s’il voulait le silence, ce serait à lui de faire ce qu’il fallait pour l’obtenir. Saku ne se tairait plus à-présent, Akira en était conscient…
    Quand son voisin se retourna une autre fois vers le musicien, Akira en profita pour déposer une légère bise sur sa joue, et il se retira ensuite rapidement.
    « T’as juste dis que tu voulais un bisou. T’as pas précisé… »
    Et il lui offrit un sourire narquois.
    Ils étaient installés au fond de la classe, ainsi personne ne semblait avoir remarqué ce qui s’était passé. Le professeur, pour une fois, avait lâché Saku des yeux, donc, ce bisou était passé inaperçu…
    Cependant, il serait étonnant que Saku laisse Akira tranquille.
    Ce dernier, le sourire toujours aux lèvres, se retourna vers le cours, écoutant la musique et observant les mains du musicien.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Saku Harushige
& Noble art ~ Geisha

avatar
•• Messages : 102

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Sam 1 Mai - 18:45

    Il restait encore un long moment avant la fin du cours, et pour Saku c’était déjà gagné d’avance, il allait pouvoir taquiner son voisin. Pas une seule seconde il ne se doutait que son voisin n’avait pas trouvé sa requête ni compliquée ni impossible. Comme quoi il devait arrêter de ne se fier aux apparences car il allait tomber de haut...

    Sans hésitation Akira s’approcha de lui pour lui faire une légère bise sur la joue. Il avait oublié e préciser qu’il aurait bien voulu un bisou sur la bouche mais comme c’était fait il ne pouvait pas revenir à ses conditions. Saku plissa les yeux, ça lui apprendra à ne pas réfléchir avant de parler ! Il était comme on dit si bien "sur le cul" à cet instant... Car d’une il ne s’était pas du tout attendu à ce que celui là lui obéisse et de deux il s’était bien fait avoir. Il n’empêche qu’il avait apprécié son sourire narquois, Saku trouvait la situation assez comique dans un sens même si ce n’était que pour lui... Il se faisait toujours avoir mais le prenait tout le temps avec le plus beaux des sourires, étonnant non ? C'est un masochiste refoulé. frustré d’avoir perdu çà ce jeu, il se tapa le front et dans un petit rire il lui lança

    « Ah tu fais l’sournois là ! »

    Bien joué sur ce coup là, il l’avait mis ko et en bon perdant il allait se taire. C’était la moindre des choses. Mais comme on dit, il gagne une bataille et pas la guerre. Car une précision lui vint à l’esprit. Il fit mine de s’incliner devant le vainqueur. Il pouvait toujours se parler à lui-même en messes basses...Il afficha un petit sourire taquin, se disant que ce n’était pas trop grave... Il ne perdit pas de temps pour annoncer la prochaine bataille :

    « Tant pis on parlera ce soir dans notre beau dortoir numéro 8 ne ? »

    Comme vous l’aurez peut être deviné, il se trouve que le nom d’Akira avait buté dans sa tête. Les dortoirs avaient été récemment organisés et il se trouvait que ce voisin de table serait également un voisin de lit puisqu’ils étaient dans le même dortoir. Il avait vu la liste. Autant dire qu’il jubilait d’avance rien qu’à l’idée qu’Akira verrait sa tête de psychopathe dès le réveil avec sa tronche de fou et ses cheveux en bataille. Je précise également que Saku est très agité dès le matin! De quoi désespérer, il plaignait déjà ses camarades de chambre !

    « On fera nuit blanche et on papotera et on se fera tout plein de bisous ! »

    Sur ses mots d’un ton très gamin et exagéré, il imita une seconde révérence avant de lui céder le terrain. Un chaste baiser soufflé dans la direction d'Akira et il baissa définitivement la tête sur son cahier de brouillon. Comme promis il se taisait, silencieux comme jamais, il se contentait de caricaturer cet espagnol tout en étant attentif à sa musique. Il n'allait même plus regadrer son voisin. Du moins pour l’instant, peut être qu’au bout d’un moment ce silence allait le faire craquer ?

    Parce qu’il n’avait même pas gardé le silence dix secondes qu’il recommençait déjà à pouffer de rire tout seul. Il s’imaginait la tête de ses camarades de chambre dès le matin et surtout celui d’Akira alors qu’il allait le voir tous les jours à partir d’aujourd’hui. Ils allaient supporter ou pas ses coups de speed matinaux. Dommage qu’il n’y avait plus moyen de changer de dortoir ! De toute façon Akira était déjà fiché dans son esprit, autant vous dire que dès qu’il le croisera il ne restera pas en faisant comme si c’était un étranger !



hj: désolée un peu court ><
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Akira Hayaki
&

avatar
•• Messages : 137

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Dim 2 Mai - 0:33

    [HJ : Un peu court ?! Non, mais, t'as pas vu ce que j'écris ? x)]

    Il ne semblait pas s‘être attendu à ce qu‘Akira accomplisse sa demande. Bon, il est vrai qu’il avait retourné la chose à son avantage, mais Saku semblait tout de même être étonné. Vu la première impression qu’il avait eu d’Akira ce n’avait rien d'anormal…
    Il se tapa le front du plat de la main, et dis, dans un rire :
    « Ah tu fais l’sournois là ! »
    Exact. Ça ne lui plaisait pas ? Il jurerait que si.
    Saku fit mine de s’incliner devant lui, avant d’ajouter, avec un sourire taquin :
    « Tant pis on parlera ce soir dans notre beau dortoir numéro 8 ne ? »
    Comment ça ? Il allait devoir partager son dortoir avec… lui ? Impossible. Il ne le supporterait pas. Pas toute l’année, tous les soirs, tous les matins, tous les… On ne dirait pas, mais ça représentait quand même pas mal de temps, tout ça. Et s’il rentrait dans le dortoir très tard et se levait très tôt ? Ça pourrait fonctionnert, non ? Ainsi, il ne serait pas obligé de côtoyer sa perversité et sa trop bonne humeur. Et tant pis s’il ne dormait pas assez, il pourrait se reposer pendant son temps libre de la journée ou durant les cours. Cours dans lesquels il s’assiérait le plus loin possible de Saku.
    D’accord, ce serait une réaction un peu excessive, je l’admet. Mais quand même…
    « C’est pas vrai… »
    Murmura-t-il dans un souffle, tout en fermant les yeux.
    Pourquoi fallait-il que ça tombe sur lui ? Combien étaient-ils d’élèves ? Combien seraient ravis d’échanger leurs places avec lui ? Sûrement beaucoup. Alors, pourquoi était-ce lui qui devrait se le coltiner ?! Quelle injustice…
    En plus, il devait être comme ça dès son réveil. Ou pas longtemps après.
    Et, ne lui a-t-on jamais dit qu’à force de sourire il deviendrait ridé prématurément ? Aucun rapport, certes. Mais c’était vrai. S’il ne s’arrêtait pas immédiatement de sourire et de rire il serait aussi ridé que… l’intervenant espagnol, dans pas très longtemps.
    Sans se soucier des réflexions d’Akira qui commençaient à divaguer, Saku continua :
    « On fera nuit blanche et on papotera et on se fera tout plein de bisous ! »
    Seconde révérence.
    Il avait déjà tout prévu, en plus.
    Pas que ce serait déplaisant, en fait… Quitte à être dans le même dortoir, au moins que ça serve à quelque chose.
    « Pourquoi pas… »
    Dit-il alors, d’un ton sérieux, en faisant face au jeune-homme.
    Il haussa les épaules. Non, finalement, s’adonner à ce genre d’activités avec le jeune-homme n’était pas une idée repoussante, loin s’en fallait.
    Il lui adressa à nouveau un sourire railleur.
    Saku devait ne rien comprendre à Akira…

    Le temps passe.
    Silence.
    Le temps continu de défiler, les aiguilles avancent, petit à petit, se rapprochant inexorablement de l‘heure de la fin du cours.
    Silence, encore.

    C’était vraiment silencieux maintenant. Peut-être un peu trop ?
    « Attends… Tu te tais vraiment ? »
    Demanda-t-il après plusieurs minutes de silence de la part de Saku. Il se permit même un rire léger, un brin moqueur.
    « Étonnant. »
    Ajouta-il, en l’observant attentivement, comme s’il était une créature fascinante en train de faire quelque chose dont on ne la pensait pas capable.
    Ce n’était pas méchant, comme comportement, pas du tout. Il était juste stupéfait que son voisin tienne parole et garde le silence aussi longtemps. A part les rires étouffés dans ses bras, Akira devait avouer qu’il était très silencieux. Il ne l’en aurait pas cru capable.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Saku Harushige
& Noble art ~ Geisha

avatar
•• Messages : 102

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Sam 8 Mai - 11:38

    Au départ, après avoir entendu le petit soufflement d’Akira, Saku jeta un coup d’œil sur le côté. Dans sa direction, avec un large sourire. Ainsi c’est l’effet qu’il lui avait fait en lui apprenant qu’ils étaient camarades de chambre ? C’était plutôt comique, Saku se disait qu’il allait surement éviter le dortoir pendant un moment avant de s’habituer à la présence d'un agitateur pareil.

    Mais Akira continuait de le surprendre, faisant mine que ça ne le dérangeait pas d’avoir Saku dans les pattes dès l’aurore alors qu'il lui avait fait clairement le contraire. Il passait d'un extrême à l'autre et il avait eu du mal à suivre ce changement si brusque. Il devait surement prendre sur lui...C'est un bon comédien...Mais Saku ne tomberait pas dans le piège, ouioui... Beaucoup agissaient comme si ça ne les touchait pas afin que Saku ne fasse rien. Sauf que ce genre de tactique était vaine, il la connaissait à force mais il ne fit aucune remarque. Akira avait simplement haussé les épaules avec un sourire sarcastique. Il essayait vraiment de l’embobiner ? Saku l’observa un moment perplexe et finalement il hocha la tête avec un sourire content. Alors lui il n’allait pas le lâcher.

    Le temps était passé, dans un funeste silence, seul l’espagnol qui jouait perturbait ce vide. Le professeur gardait toujours un œil sur Saku. Il se sentait observé comme s'il était accusé de quelque chose. Ce professeur savait pertinemment qu’avec ce spécimen humain il fallait s’attendre à tout. Et justement, son silence devait grandement l’étonner lui aussi, au point qu’il le surveillait d’avantage. L’élève se permettait de lui envoyer des sourires, juste pour le perturber, comme s’il préparait un mauvais coup alors qu’il ne ferait vraiment rien. Il le voyait légèrement stresser, ses regards noirs et inquiets le lui faisaient clairement comprendre. Même s’il ne pouvait plus taquiner son voisin, il avait au moins quelqu’un d’autre avec qui s’amuser.

    Akira avait élevé la voix dans sa direction, témoignant de son étonnement. C’est là qu’il se rendait compte qu’il n’était pas facilement cernable et que ses actes n’étaient pas aussi prévisibles qu’on le pensait. Il arqua les sourcils, fier.

    Ce qui étonnait son voisin, c’est que Saku avait vraiment tenu parole et s’était abandonné au silence. Contrairement à ce qu’il en avait l’air. Comme quoi lui aussi se trompait sur son compte. Derrière ses allures coloréesc d’égocentrique, c’était un jeune homme honnête et de confiance. Il ne faisait rien de bien méchant à part s’amuser et c’est là qu’il devait le comprendre. Saku releva le nez de sa feuille, laissant de côté son dessin et regarda Akira en mimant une fermeture éclair qu’il fermait sur ses lèvres. Muet comme jamais. Non vraiment il ne dirait rien, même face à ces remarques qui l’avaient, je vous l’avoue, tenté à répliquer. Il ne réagirait pas oralement, seules ses expressions faciales pouvaient dire tout haut ce qu’il pensait tout bas. Prends-en de la graine. Le seul moment où il allait lui adresser à nouveau la parole ce serait à la fin du cours ou s’il l’autorisait à ouvrir la bouche.

    Qu’il en profite, qu’il en profite.

    C’est mal connaître Saku de penser qu’on peut facilement se débarrasser de lui. Il n’avait aucune rancune envers lui, juste du jeu. Il avait l'air d'être un adversaire très potentiel et ça l'amusait. Après tout il était le premier à avoir obtenu son silence si facilement et en plus il avait l’air d’une bonne personne. Rajoutez à cela qu'il serait dommage de créer un conflit entre eux alors qu’ils allaient passer toute leur année dans la même chambre alors qu'ils venaient tout juste de se rencontrer.
    En attendant, il fallait bien se divertir tout seul. En plus de jeter des regards amusés en direction du professeur inquiet, il essayait de faire tenir un stylo entre sa bouche et son nez et en même temps entre sa bouche et son menton. Chose dure à faire ! En plus il avait l’air bien bête à grimacer pour les faire tenir. Sauf qu’il n’arrivait pas à faire les deux en même temps et ça l’exaspérait un peu. Têtu. Le bruit des stylos tombant sur son bureau ne passaient pas trop inaperçus. Mais il s'en foutait, il se marrait tout seul. Il en faut peu pour être heureux.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Akira Hayaki
&

avatar
•• Messages : 137

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Dim 9 Mai - 17:30

    [HJ : Ca, c'est court... Désolée. ><']

    Akira était plutôt fier de lui. Il avait eu ce qu'il voulait. Et il aimait lorsque les choses se passaient ainsi.
    Il souriait, observant son voisin qui cherchait à faire tenir plusieurs crayons sur son visage. Il n'avait que cela à faire, s'adonnait à ce genre d'activités que l'on pouvait qualifier de puériles ?
    Il soupira. Saku ne parvenait pas à faire tenir les crayons qu'il laissait s'écraser dans un grand bruit sur leur table. Et il en riait...
    Quel âge pouvait-il bien penser avoir pour pouvoir s'amuser de cela ? Il lui en fallait définitivement vraiment très peu pour être heureux.



    D'accord, il préférait peut-être lorsqu'il parlait, finalement. Au moins il savait vaguement pourquoi il se marrait. Même s'il semblait ne pas avoir de raison particulière à ses fous rires.
    Akira observait l'échange sans retour qu'entretenait Saku avec le professeur. L'élève lui envoyait des sourires provocateurs qui restaient sans réponses.
    Il semblait aussi fier d'avoir réussi à étonner son voisin. Il est vrai que sur ce coup-là, on ne savait plus vraiment qui s'était joué de l'autre... Il mima comme une fermeture éclair sur ses lèvres, lui faisant comprendre que s'il le voulait, il pouvait garder le silence encore longtemps. Soit ! Ou pas... Parce que, maintenant, c'était ennuyant. Ce n'est pas qu'à la longue regarder, entendre et écouter le musicien était emmerdant. Non, ce n'était pas cela du tout, mais en fait, si, ça l'était. C'était quelque peu répétitif, il faut bien se l'avouer. Et la répétition ne plaisait pas à Akira.
    Et les stylos tombaient à nouveau sur le bureau. Et à nouveau, un rire s'échappait de la bouche de Saku. A nouveau aussi, c'est un soupir qui sorti d'entre les lèvres d'Akira... Cercle vicieux.
    Alors que Saku plaçait une fois de plus les crayons dans les plis de son visage, Akira les attrapa, ne redoutant pas le cri indigné qu'il ne manquerait sûrement pas de pousser...
    « Je pense qu'il y en a qui préféreraient écouter la musique plutôt que le vacarme que tu fais... »

    S'expliqua-t-il.
    Lui préférerait partir, mais bon... Il n'était pas tout le monde. Heureusement.
    Il reposa les stylos sur la table, les poussant vers son voisin, espérant qu'il les rangerait seulement dans sa trousse. Bien qu'il en doutait : ce serait trop simple. Après tout, il faisait ce qu'il voulait. Son rire avait au moins le mérite de le distraire.

    Akira croisa ses bras sur son bureau et posa son menton dessus. Il se souvenait pourquoi il séchait plus de la moitié des cours. Il n'arrivait pas à rester concentré. Alors, si en plus il s'asseyait aux côtés de quelqu'un comme Saku... ce n'était même plus la peine.
    « Je m'ennuie... »
    Murmura-t-il, en tournant la tête vers Saku, comme s'il pouvait le soustraire à son ennui.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Saku Harushige
& Noble art ~ Geisha

avatar
•• Messages : 102

MessageSujet: Re: Dictator's Circus Sam 15 Mai - 15:46

[hj: en même temps Saku ne dit rien alors c'est compréhensible xD]


    Le silence régnait à présent dans la classe. Même le bruit des stylos de Saku tombant sur la table ne perturbait plus le silence. Car par impatience, Akira les lui avait confisqués lors de ses tentatives de les coincer avec ses lèvres et justifia son geste en parlant au nom de la classe. Comme quoi certains seraient surement dérangés par son vacarme. Qui est dérangé ?Curieux, mais surtout parce qu’il n’y avait pas pensé, Saku parcouru du regard la classe et effectivement il y en avait quelques uns qui avaient légèrement soupiré. Oups ! Saku leur envoya un baiser dans un geste gracieux en guise de pardon. La fin du cours n’était plus très loin, même si le temps semblait s’être ralenti, la partie ou Saku avait fait le pitre avait au contraire accéléré le temps et du coup la fin était proche.
    Akira avait gagné plein de point en supportant Saku jusqu’ici ! Ca mériterait un bonus ça ! S’il le pouvait il l’encouragerait mais dommage, il ne le pouvait pas ! Tant pis, il était quand même fier de son camarade.

    Le guitariste pouffa de rire une énième fois suite à la plainte de son voisin. Ce n’est pas étonnant qu’il s’ennuie après avoir eu affaire avec un bonhomme tel que Saku. En réalité son silence est toujours pesant car il n’est pas naturel - Saku est toujours en train de parler et de s’agiter ou à vouloir faire le malin. Une vraie pile électrique, à se demander d’où il puise son énergie.
    Il tourna alors le regard vers son voisin, presque moqueur à son égard. Regrettait-il de lui avoir fermé le clapet si hâtivement ? Non ce serait trop beau ! Tout ce qu’il devait penser à cet instant c’est que Saku était un très bon bouffon, qui savait occuper les foules. Soit, si ce n’est ce qu’il pensait il s’en foutait un peu...

    Son regard était brillant et le sourire d’un clown tirait ses lèvres rosées. Mais tant qu’il ne l’autoriserait pas clairement à parler il ne dirait rien du tout ! Saku s’était même décidé à rester muet lorsque ses camarades de classent lui demandaient quelque chose. Certains pensaient même qu’il était malade, le silence dans cette classe était tellement inhabituel qu’inquiets, ils pensaient vraiment que Saku avait un problème. Le jeune homme haussa les épaules pour répondre à l’aveu d’Akira, comme pour dire qu’il ne pouvait rien y faire s’il s’ennuyait. Dommage hein mon cœur ?

    A moins qu’il se joigne à lui et essaye de faire tenir les stylos comme lui ! Il ne pouvait pas faire grand-chose pour l’occuper maintenant qu’il était privé de sa voix. Mais non ! Il ne pouvait plus essayer ses acrobaties s’il dérangeait !! L’expression faciale de Saku se décomposa alors qu’il avait voulu retenter le coup. Il relâcha alors ses stylos et les rangea sagement dans sa trousse, une mine boudeuse. Puis il tourna le regard vers le musicien espagnol et ses rythmes continus. Ca devenait chiant, c’était certain ! Il avait bien envie de réveiller tout ça mais il ne pouvait pas...Il posa son coude sur la table et sa tête calée entre ses paumes. Il se déformait le visage, grimaçait en faisant glisser sa tête entre ses mains. Il n’était pas beau comme ça, mais le rendu était plutôt comique !

    Que pouvait-il faire de pas bruyant pour s’occuper ?

    Une idée lumineuse lui traversa l’esprit, il retourna sa casquette sur la tête, de telle façon à avoir la visière derrière. Comme Sacha de pokémon ! Quand il faisait ça, ça voulait dire que ça allait chier ! De plus, vu l’expression de son visage, on pouvait s’attendre à une grosse gaminerie de sa part. Saku s’empara de l’un de ses stylos et se recula sur sa chaise pour se baisser un petit peu. Comme s’il se cachait ou se protégeait avec sa table. Les yeux plissés et l’air sérieux, il amena son stylo près du visage, en direction du vieil espagnol...Puis il mimait une mitraillette...

    Il visa le prof au moment où il le regardait pas, quelques camarades, qui, quand ils le voyant faisaient semblant de mourir. A un moment il gonfla les joues pour s’empêcher d’éclater de rire, la main devant la bouche. Puis il se retourna vers son voisin et prit un air méchant, il le visa mais ne tirait pas. Il aurait ben voulu lui dire « haut les mains, peau de lapin ! » mais il ne pouvait pas... Il était prêt à lui tirer dessus, alors qu’il serre les fesses et fasse ses prières...
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Contenu sponsorisé
&



MessageSujet: Re: Dictator's Circus

Revenir en haut Aller en bas

Dictator's Circus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu ♦ オフサイドで :: 2010-