AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Notre nouveau Forum Coup de Coeur !!
Changement de design en Cours ~ Nouveau postes vacants en écriture ~ Nouveau contexte en ligne ~ A venir : Un recensement & un recrutement de modérateurs.

Reino Ueki - in a lucid dream.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Hey, Look ! It's Reino Ueki
& under a slow fever.

avatar
•• Messages : 99

MessageSujet: Reino Ueki - in a lucid dream. Sam 10 Avr - 1:48


Majesty of God,
You can break my shield.



------q u a l i t é s :

d é f a u t s : ----

.
D i s m o i q u i t u e s . . .

Who Are You ?

Nom : Ueki.
Prénom : Reino.
Age : 34 ans.
Date de Naissance : 7/04/1978
Nationalité : Japonaise.
Fonction : Professeur.
Section : Arts dramatiques.
Statut : Seme.

And... In Reality ?

Ton surnom :
Moon.
Ton age : 秘密.
Ta moyenne de connexion : 7/7
Ton niveau RP : Je ne puis m'auto-évaluer !
Multicompte : Non.
Comment as-tu trouvé le forum ? Je ne sais plus vraiment
Comment le trouves-tu ? L'idée est intéressante.
Avatar Pris : KAMIJO (ex. LAREINE, Versailles.)
As-tu bien lu le règlement ? Code Okay par Kami ♥️


AWAKENING TO MOONLIGHT.

Ton Caractère . . . « Maintenant, nous allons accueillir quelqu'un dont l'excentricité est reconnue partout dans le monde, quelqu'un qui n'a laissé personne indifférent dans des films comme Tainted World's Wonderland, ou Roses : Reino Ueki. »

Une musique d'ambiance un peu lugubre se déclencha, tandis qu'un homme à l'allure assez singulière pénétra sur le plateau télé. La présentatrice s'empourpra un peu lorsqu'il vint s'assoir en face d'elle, de sa démarche pleine de manières extrêmement exagérées.

« Ueki-san, c'est vraiment un honneur que de vous avoir sur le plateau de Brightest!. Ces temps-ci, vous ne donnez pas grand signe de vie. Avez-vous un quelconque projet en préparation ? »
« Outre la composition de mon album qui avance à grands pas, j'ai décidé de devenir professeur. Je travaille dans un lycée de Kyôtô, où j'enseigne les arts dramatiques. C'est un métier passionnant, à vrai dire ! »

« Vous ne comptez quand même pas arrêtez le cinéma ? »
« Je souhaite seulement me retirer quelques temps, histoire d'améliorer mon jeu... »
« Si c'est encore possible ! » coupa la présentatrice, Meiko Uehara, visiblement touchée par un fangirlisme aigu. Reino répondit par un petit rire, visiblement le compliment était spontané, et assez inattendu.

« La rédaction a vraiment a-do-ré Roses, votre dernier film. Hiroki Matsuyama a dit à ce sujet, qu'il pensait que vous étiez aussi doué devant que derrière la caméra. »
« C'était une expérience très enrichissante que de se mettre à la place d'un réalisateur le temps d'un film ! Maintenant je pense que mon grand amour reste le jeu et non la réalisation. »
« Je vois. »

Meiko sortit une petite fiche de son carnet de notes, et la relut le temps d'un instant.

« Un sondage a été lancé sur le web, et nous avons sélectionné quelques questions qui nous semblaient pertinentes. Souhaiteriez-vous y répondre ? »
« J'en serais ravi. »

« Première question, elle vient de Misato, dans la région de Chiba. Elle aimerait savoir quel est votre type de gastronomie préférée ! »
« Ah, les questions sont de ce genre là... ! » remarqua le blond en riant un peu. « Bon, et bien, j'adore la cuisine française, géorgienne, ainsi que les natto ! »
« J'ai d'assez mauvais souvenirs de natto. » plaisanta la jeune animatrice.
« Moi aussi, mais cela ne m'empêche pas de les aimer, à vrai dire ! » répondit l'acteur.

« La seconde question vient de Satoko, qui nous vient de Tôkyô. Elle dit : décrivez votre appartement, votre lieu de vie. »
« Oh, quelle question intéressante. Je vis dans un petit appartement très coquet, mais tout juste assez spacieux pour moi. Je l'ai décoré avec des tas d'accessoires baroques, de miroirs et de peintures sur les murs. Je suis un ferru de peinture, en fait ! Et il y a une magnifique baignoire à pattes de lion dans ma salle de bains. C'est très agréable de s'y relaxer, lorsqu'elle est remplie de pétales de roses. Il m'arrive même d'y boire du thé, haha. Je passe vraiment énormément de temps dans ma salle de bains. »
« Ehh, vous prenez des bains de pétales de roses ? Honto ? »
« Oui ! Vous devriez essayer. C'est très bon lorsqu'on est stressé. »
« Et est-ce que votre appartement est en désordre ? »
« Non. A vrai dire, j'ai du engager une femme de ménage, à ce sujet ! Je pense qu'un appartement en désordre reflète un esprit en désordre, et le mien ne l'est pas. (Du moins, je pense ?) Donc non, mon appartement est parfaitement rangé, et je veille à ce qu'il le soit toujours. »

« Olivia d'Okinawa aimerait savoir quel serait le rendez-vous idéal, pour vous. »
« Eh, un rendez-vous ? Avec une femme ? Eh... Je pense que je l'emmènerais au salon de thé, si c'est en journée, ou alors au restaurant en soirée, après être allés au cinéma. Nous mangerions des natto ensemble haha ! Et puis nous finirions chez moi, dans ma magnifique baignoire, remplie de pétales de roses. Avec deux grands verres de vin rouge. Qui sait ce qui pourrait se passer ensuite ? »
« Ah, beaucoup de femmes n'aiment pas les natto, vous savez ? Vous avez un type particulier de femme ? »
« J'aime les femmes à l'aspect juvénile. Celles qui ont de beaux cheveux, de beaux yeux, une belle peau. Mais les yeux sont le plus important. Et je pense qu'une femme qui ne sait pas faire de soupe miso n'est pas une vraie femme, haha. J'ai aussi tendance à préférer les filles maigres, les grosses poitrines ce n'est pas vraiment ma tasse de thé ! Pamela Anderson n'est pas vraiment une princesse. »
« Alors vous êtes plutôt princesse que prince ? »
« Eh, il n'est que 21h30, il y a encore beaucoup d'enfants devant la télé, haha. N'abordons pas ce point maintenant. »

« Allez, une petite question de la part de Meiko, en face de vous, haha. Comment êtes vous, caractériellement, dans la vraie vie ? »
« Et bien, je n'aime pas vraiment parler de moi ! Mais je vais faire un effort pour vous, petite. Je suis quelqu'un de très soigné, perfectionniste. C'est un de mes traits de caractère principaux. On me considère souvent comme quelqu'un de snob, mais je ne partage pas cette opinion, je pense que j'aime juste les bonnes choses ~ L'un de mes plus grands défauts est le fait que je parle très fort, et on me le reproche assez fréquemment. Je ne m'entends pas ! C'est fou ! Je pense que je devrais voir un docteur à ce sujet. Vous avez quelqu'un à me recommander ? Haha. Hmm, pour continuer, je mange beaucoup. J'adore les natto ! J'en mange presque tous les jours. Et des tonnes... J'ai besoin d'énormément manger, sinon mon estomac crie encore plus fort que je ne parle ! Et... J'ai un peu honte de l'avouer mais, l'argent me brûle les doigts, et je suis accro à tout un tas de choses. »
« Comme ? »
« Les natto. Haha. »
« Vraiment ? »
« Oui, et d'autres choses, mais je ne pense pas qu'on m'autorise à en parler maintenant, à vrai dire. »
« Oh, je vois. Dites toujours, on n'aura qu'à couper au montage. »
« Mais nous sommes en direct ! »
« Oh, alors avertissons les gens ! Les enfants, veuillez couper le son de votre téléviseur merci 3.. 2.. 1 ! »
« Je suis accro au sexe. »
« Quoi ? Tout ça pour ça ? »
« Oui ! »

Meiko rit d'un rire cristallin, tandis qu'un petit message s'affichait en bas du poste, signalant que les enfants pouvaient remonter le son. Reino rit aussi, et la jeune animatrice enchaîna sur une bande annonce de Roses, le film de l'artiste.


Ton Physique . . . Seulement la jeune femme ne pouvait s'empêcher d'être captivée par la beauté de l'homme en face d'elle, et même si elle s'efforçait de paraître aussi naturelle qu'à son habitude, cela se sentait rien qu'à son visage qu'elle était impressionnée. Reino était fascinant. L'avoir comme ça, à quelques dizaines de centimètres d'elle l'aurait presque rendue folle. Le japonais empestait la rose. Tellement que finalement, une fois accoutumée, ce parfum sucré avait l'effet d'une drogue douce. C'était apaisant et un peu sédatif. Il devait porter plusieurs kilos de tissu, sur lui, en ce moment même. Elle détailla brièvement sa tenue; une chemise à jabot blanche, recouverte d'une capeline en tissu brillant noir, brodé de doré, qu'elle ne sut identifier. Il portait évidemment de magnifiques lentilles qui faisaient briller ses yeux d'un bleu glacé; et on pouvait voir dès qu'il ouvrait la bouche qu'il portait des canines de vampire. Ses cheveux étaient blonds, ondulés, et somptueusement longs. Il portait un pantalon de cuir étrange noir, ainsi que des bottes aux semelles faramineuses. Et pourtant, paradoxalement, il ressemblait toujours à un prince. Puisque tout se jouait dans ses manières. Sa façon d'onduler des mains, sa façon de marcher, de rire, sa voix suave et ses mouvements de cheveux, tout semblait être calculé au millimètre près. Même les pores de sa peau parfaite semblaient régulièrement alignés. Tellement que c'en devenait effrayant, on aurait presque dit un robot. Une beauté purement artificielle. Meiko aurait payé cher pour le voir démaquillé, au réveil, et avec dix bons centimètres de racines noires – mais c'était impossible, l'acteur prodige était bien trop soigné pour se laisser aller. D'ailleurs, ce fut elle qui se laissa aller à l'odeur des roses. Mais un instant après, elle reprit le contrôle de ses sens, et lança le reportage sur la vie de l'artiste, jusqu'à ce qu'elle ait à reprendre la parole. Il admira la vidéo silencieusement, souriant lorsqu'il reconnaissait une personne familière, ou une connaissance, puis reprenant cet air neutre et arrogant qui le seyait tant. Elle se demanda à ce moment si Reino avait un quelconque tatouage, ou quelque chose d'insolite du genre. Un piercing peut-être ? Quelque chose qu'on ne pouvait voir sous les mètres de tissu qu'il portait. Seulement Reino remarqua son regard qui le détaillait de haut en bas, et elle fut obligée de le détourner pour ne pas s'empourprer plus qu'elle ne l'était déjà.


Ton Histoire . . . « Vous savez, c'est pas parce qu'il porte des trucs à paillettes que sa vie est pareille. Ne jamais se fier aux apparences, qu'on disait. » le champ se libéra, faisant disparaitre le visage de la vieille femme de l'écran. Reino eut un petit rire, c'était évident qu'il ne fallait pas se fier aux apparences, et encore moins aux siennes. La journaliste pensant sûrement que le sourire lui était destiné, rougit un peu puis continua. 

« On dit que Mme Malbernard était votre professeur de français au lycée, et que vous aviez l'habitude de lui donner des surnoms pas très gentils. C'est vrai ? »

Reino répondit à nouveau par un sourire, et demanda simplement à la jeune journaliste si ils avaient encore beaucoup d'anecdotes croustillantes ou de témoignages exclusifs à diffuser. La petite Meiko ne sut quoi dire, puisque évidemment elle avait mené une enquête assez poussée au sujet de l'acteur. Elle farfouilla dans ses notes, et commença à lire une page griffonnée. 

« Vous êtes né en France de deux parents japonais : Toshiro Yagami et Sachiko Ueki. » Reino acquiesça d'un mouvement de la tête. « Vous êtes fils unique, mais votre mère a fait une fausse couche deux ans avant de tomber enceinte de vous. » Le blond confirma une fois de plus, mais avec un air un peu triste. Sachiko parlait souvent de Manami. Elle répétait à Toshiro qu'elle ne voulait qu'une petite fille, une seule et elle serait comblée à tout jamais. « à l'école primaire on ne vous appréciait pas trop car vous n'aviez pas d'excellents résultats, et ce n'est qu'au collège que votre cote de popularité a follement augmenté. » Reino eut un petit rire, c'était bien évidemment vrai ! À vrai dire, à l'école primaire, tout le monde le fuyait, préférant nettement Mathieu et Victor, les deux casse cou qui étaient de vrais rugbyman par rapport à l'attitude petite fille fragile de Reino. Et au collège, tout changea ! La mode n'était plus aux bad boys mais aux petits princes, et le garçon excellait dans ce rôle. « Lorsque vous aviez treize ans, Sachiko vous a inscrit à un concours de beauté que vous remportez haut la main. C'est ici que débute votre carrière d'acteur. » Encore une vérité ! Sachiko avait insisté pour que son enfant participe à un casting pour un magasin de vêtements pour enfants, ce qui fut un véritable tremplin pour sa carrière. C'est grâce à ce casting qu'il avait pu tourner dans quelques publicités, puis dans des épisodes de petites séries et enfin dans des films au budget modeste. « Lors du divorce de vos parents, vous décidez de garder le nom de votre mère et devenez donc Reino Ueki. » C'était vrai. Reino avait toujours detesté  porter le nom de son père, le divorce fut donc l'occasion idéale pour s'en débarrasser totalement. Toshiro avait toujours été un père absent, négligeant, et aux penchants assez prononcés pour l'alcool et l'argent. C'était d'ailleurs lui qui s'occupait de tout le managing de la carrière de son fils, et surtout de la trésorerie. « Vous êtes reparti au Japon avec Sachiko trois moi après le divorce. Ça n'a pas été trop dur pour vous ? »

Reino fut surpris de la question. Il n'avait pas encore eu l'occasion de s'exprimer depuis que la seconde partie du reportage avait été diffusée, et la journaliste le prenait un peu de court. « Pas vraiment. » expliqua-t-il. « Sachiko m'a toujours enseigné la culture et les traditions japonaises. C'était ça, le plus dur en fait ! Mais à la maison, elle parlait souvent en japonais, au téléphone etc, alors j'ai vite appris les deux langues. D'ailleurs je pense que j'ai beaucoup perdu en français, depuis le temps ! ... Mais je pense que Sachiko ne se plaisait pas à Paris. Elle avait le mal du pays, en quelque sorte. » La journaliste rit doucement, d'un air un peu gêné. L'acteur avait une prestance telle qu'aux premiers mots prononcés, on se sentait oppressé par une telle personnalité. Rien que se beauté fascinait. Elle était artificielle, certes, mais on voyait sous ses kilos de maquillage que ses traits étaient beaux, magnifiquement dessinés, comme s'il était l'œuvre d'un grand peintre français. On comprenait aussi bien vite que ce n'était qu'un personnage, mais qu'attendre d'autre d'un acteur ? Il jouait son rôle à la perfection. Tout, absolument tout était parfait. Les manières, la façon d'être assis, la façon de prononcer les mots, tout était absolument irréprochable. Tellement irréprochable qu'on criait au cabotin. Mais ce que la plupart des gens ne comprenaient pas, c'est que Reino ne faisait que surjouer tout le temps, et qu'au lieu d'attirer l'attention sur lui même, il l'attirait directement sur le personnage qu'il s'était créé au fil du temps. Astucieux, hein ?

« Je vois. J'ai moi même passé une partie de mon enfance à l'étranger ! » conclut Meiko. Reino prit de suite un air intéressé, et lui répondit avec une question. « Ah, dans quel pays ? » « Russie. » « La Russie est un magnifique pays. » « Il y fait froid, en fait. » « C'est évident. » « Ne nous égarons pas trop ! »

Et on ne s'égara plus. Le reste ne fut plus qu'un inintéressant blabla au sujet de l'interminable filmographie de l'acteur. Lassant. Il s'ennuyait plus qu'autre chose, et ça se lisait sur son visage. Il bailla même à un moment ! Sachiko éteignit le poste de télévision, plongeant la maison dans le silence. Il était évident que son fils, son amour avait réussi sa vie. Il avait beaucoup de succès, il réussissait tout ce qu'il entreprenait avec plus de brillo que n'importe qui tout ce qu'il entreprenait. Et ce depuis tout petit ! C'était définitivement un enfant prodige. Elle aurait tant aimé le revoir, juste une fois...

Mais quelque chose la perturba dès que le poste fut éteint. On n'avait même pas mentionné dans cette interview la période sombre de la vie de son fils. D'ailleurs, on n'en parlait jamais. On ne racontait pas que pendant de longues années, le petit Prince avait sombré dans l'alcool, la drogue, la décadence. Qu'il passait ses nuits ivre mort, et que la seule personne qui avait toujours été là pour le tirer des mauvaises situations était Sachiko. Que c'était elle qui allait le récupérer à la limite du coma éthylique étalé sur un trottoir. Non, on ne le disait jamais. Pas de mérite pour une pauvre mère délaissée par son fils chéri. Personne n'en avait plus rien à faire d'elle. Et c'est sur cette pensée que ses paupières se fermèrent, et qu'elle plongea dans un profond sommeil de vieille dame.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Invité
& Invité



MessageSujet: Re: Reino Ueki - in a lucid dream. Sam 10 Avr - 2:22

    Bienvenue ♥️
    Je suis achevé là <3

    Je te valide sans problème très cher professeur <3
    *J'aime beaucoup le style utilisé pour la présentation *.* Non sérieux ♥️*
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Kaizuke Ogawa
&

avatar
•• Messages : 368

MessageSujet: Re: Reino Ueki - in a lucid dream. Sam 10 Avr - 15:22

Bienvenue ♥️
J'adore ton avatar *-*
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Ren Kiryuuin
& Psychotic Kitten

avatar
•• Messages : 124

MessageSujet: Re: Reino Ueki - in a lucid dream. Sam 10 Avr - 16:15

Bienvenue ♥️
Comme Kami, j'aime le style utilisé ♥️
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Contenu sponsorisé
&



MessageSujet: Re: Reino Ueki - in a lucid dream.

Revenir en haut Aller en bas

Reino Ueki - in a lucid dream.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The beginning ♦ 始まり :: Registration-