AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Notre nouveau Forum Coup de Coeur !!
Changement de design en Cours ~ Nouveau postes vacants en écriture ~ Nouveau contexte en ligne ~ A venir : Un recensement & un recrutement de modérateurs.

Douce expiation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Douce expiation Sam 22 Mai - 22:11


« Tu me manques, il faut qu'on parle, demain à 18h au temple. Too. »

Mon réveil venait juste de sonner. J'émergeai lentement quand je sentis un froissement de papier pendant que je m'étirais sous mes draps. Je tatonai un peu avant de poser les doigts sur ce qui semblait être une feuille de papier. Je me redressai, allumai ma petite lampe et me tournai sur le ventre pour rapprocher la feuille de la source de lumière. Quelques mots seulement étaient griffonnés, je reconnu immédiatement l'écriture rapide et vive de mon ami. Ami qui d'ailleurs avait agi comme un connard depuis quelques semaines. Et je ne comprenais même pas pourquoi...c'était peut-être plus ça qui me mettait en rogne que tout ce qu'il avait pu me dire de blessant. Parce-que ça, on se connaissait, les mots blessants on s'en disait à longueur de journée dès que l'un était stressé. Mais au final, on se racontait pourquoi on était autant énervé. Sauf que là...j'attendais, j'attendais...mais rien ne venait. Il ne voulait pas me parler de ses problèmes ? Soit ! Je n'étais peut-être pas assez bien pour avoir sa confiance ?!

...Je lui manquais. Je souris légèrement de manière inconsciente et bête avant de me rendre compte et d'opter pour une expression plus en colère. Je serrais le papier dans ma main, le froissant presque rageusement avant de me lever pour me préparer. Une tenue simple : un mini-short rose, des collants violets et un débardeur qui m'arrivait à la moitié du torse violet également. J'enfilai ensuite une veste en faux cuir rose et mes compensées de la même couleur, mon sac en vinyl noir allait avec toute mes tenues, je n'en changeai donc pas. Je me maquillai soigneusement et ajoutai des extension de scoubidou rose sur ma couleur violette. Avec ça, impossible de me rater, mais c'était ce que j'aimais dans mes tenues, je prenais autant de plaisir à choisir mes vêtements qu'à m'habiller et sentir les regards choqués sur mon passage. Je finis par sortir du dortoir, le premier, mes cours commençaient tôt ce jour-là. J'avais fait attention à ne pas faire de bruits, plus pour ne pas réveiller Tooru que pour Sakki que je haïssais de plus en plus et je me rendis enfin à mon premier cours de la journée.

Journée qui me parut d'ailleurs incroyablement longue. Je ne comptai plus le nombre de fois où j'avais ressorti le papier de ma poche pour le défroisser, l'aplatir, le lisser et le relire avant de le plier correctement, le déplier, le froisser à nouveau et le ranger. 17h arriva enfin à ma montre et je n'attendis pas que le prof nous dise de partir pour emballer mes affaires et sortir du cours. Les regards se tournèrent vers moi, rien à faire. C'était Tooru. Et je voulais avoir l'air correct devant lui, ce qui impliquait une petite escale par les toilettes avant de filer prendre le bus. J'arrivais donc devant la glace des toilettes de l'université, toujours impeccable ce qui était plutôt agréable. Je sortis tout mon attirail de maquillage, eyeliner noir, mascara noir, fard à paupières violet et gris. Je passai une lingette sur les traces noires infimes (parce-que je surveille régulièrement mon maquillage, au moins pour les coulées de crayons sous les yeux !) et je repassai le contour de mes yeux au noir avant d'agrémenter mes paupières de couleur. Je me regardai une dernière fois, c'était peut-être too much pour certains, mais ça me faisait des yeux de biche. C'était plutôt discret en plus, comparé à ce que je pouvais faire pour certaines soirées.

17h30 ! Il fallait que je file au plus vite, j'allai être en retard c'est certain. Le bus ne passa qu'à 45, je montai dedans et m'installai sans faire attention aux chuchotements me concernant qui s'élevaient autour de moi. A pile, j'arrivai à l'entrée des temples, ça va. Pas besoin de courir, de toute façon c'était impossible avec mes compensées. Je rejoignis donc le temple en peu de temps. Personne devant. Je soupirai légèrement. S'il m'avait posé un lapin, il allait avoir de mes nouvelles et pas plus tard que ce soir ! Je rageai. En plus de me traiter comme un chien en ce moment, il se permettait de ne pas être à l'heure ? Je n'eus même pas le réflexe de faire le tour du temple, je m'approchai de l'autel et m'inclinai pour présenter mes respects. J'étais peut-être excentrique, c'est pas pour autant que je dénigrais ce genre de choses pour lesquelles j'avais un profond respect. Je renouvelai plusieurs fois l'expérience. Je joignis mes mains, inclinai la tête avant de m'agenouiller sur le parquet et m'incliner encore plus bas puis me relever encore. Au fond de moi, je priai pour que rien ne soit arrivé à Tooru.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Sam 22 Mai - 23:12

  • Lorsque Tooru se réveilla, le soleil était déjà haut, et la chambre déserte, ce qui eut le don de le rassurer. Il ne supportait plus de voir Sakki, il rageait seulement d'avoir louper le réveil de Satsuki, est ce qu'il avait trouvé son mot ? Est ce qu'il l'avait lu ? Et surtout, est ce qu'il allait venir ? Tooru avait repris confiance en lui, ces derniers temps il s'était montré exécrable, plus encore avec son ami, qu'avec les autres. Il avait eut tellement honte, et il avait refusé de partager son douloureux secret avec lui. C'était sans doute stupide, mais il craignait d'être rejeté, ou de lire la pitié dans ses yeux. Mais son absence se faisait cruellement ressentir.

    S'il alla en cours, ce n'était que par dépits, les heures ne passaient pas, il songea que le temps s'écoulerait plus vite en écoutant les élucubrations d'un professeur. Force était de constatée que ce n'était pas le cas. La journée passa avec une lenteur accablante, et il ne croisa pas Satsuki. Il sécha son dernier cours pour se rendre en avance aux temples. Tooru adressa une prière à tous les Kamis pour que son ami ne lui pose pas un lapin. Il s'assit sur un côté du temple, la tête entre les mains, il avait peur, il ne savait ce qu'il craignait le plus, qu'il ne vienne pas, ou qu'il vienne et réclame des explications. Il releva la tête, perdus dans ses pensées il n'avait pas vu l'heure tourner, et Satsuki se trouvait pile dans son champ de vision, de là où il était il ne pouvait pas voir son expression. Pendant quelques minutes il ne fit rien d'autres que de l'observer., tout de rose et de violet vêtu il détonnait dans un environnement comme celui-ci. En fait il détonnait tout court.

    Tooru prit une inspiration et se redressa. Il pouvait encore faire marche arrière. Et ruiner par cela leur amitié, non c'était hors de question. Il se dirigea vers lui, son cœur battait la chamade comme jamais auparavant. Pourquoi était-il si stressé ? Les mains dans les poches et le regard fuyant il s'arrêta devant lui. Il ne savait même pas quoi dire, et commença par un maladroit.

    « Hey... »

    Et rien d'autre, pas un autre mot ne vint, cela faisait combien de temps qu'ils n'avaient pas échangé un mot; En tout cas sans que lui même se montre sur la défensive. Il se sentait penaud, et s'attendait à ce que son ami l'accable de reproches, tous justifiés. Il s'était conduit comme un parfait idiot. Il releva ses yeux vers Satsuki, il se sentait vraiment mal, presque intimidé, lui qui ne baissait les yeux devant personne, et qui ne montrait en général rien de ses sentiments, il se sentait si stupide, il avait rejeté sa colère et sa honte sur lui, au lieu de chercher du réconfort, et de rester proche du seul ami qu'il avait au final.

    Machinalement il sorti l'une de ses mains de sa poches pour réajuster sa casquette. Sa tenue le faisait ressembler à un gamin, mais il ne se souçiait jamais outre mesure de ses tenues. Une casquette clair orné d'un quelconque motif, un tee shirt blanc, et un baggy dans lequel il flottait, seul ses tatouages laissait deviner qu'il n'avait pas quatorze ans. Et aux regards que les passants leur jetait, ils devaient avoir l'air particulièrement bizarre tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Dim 23 Mai - 1:16


Fatigué de me baisser sans arrêt, je finis par rester au sol. Quelques secondes à peine, peut-être une minute à tout casser. J'entendis une petite voix derrière moi, assez faible...ça ne ressemblait pas à Tooru...et pourtant c'était bien le timbre de sa voix. Je me redressai vivement pour faire face à la personne qui m'avait accosté et mes lèvres s'entrouvrirent en un son muet. Tooru. Le seul et l'unique. Aussi blond et ébouriffé que dans mes souvenirs. Aussi renfrogné et sauvagement habillé que dans mes souvenirs. Pourtant...il baissait la tête. Certes, j'étais différent des autres mais même devant moi, il n'avait pas cette habitude. Ma bouche se referma doucement, il ne disait rien. Et je ne savais pas quoi dire non plus. Est-ce que je devais l'engueuler de tout ce qu'il m'avait subir ces quelques jours ? Ça...il semblait déjà le savoir et regretter, on ne serait pas à cet endroit sinon je supposai.

Il portait un baggy simple mais cent fois trop large pour lui, un débardeur blanc qui laissait voir les tatouages de ses bras et une casquette qu'il ne portait pas comme ces jeunes des banlieues mais plutôt comme le rebelle qu'il était. Il avait l'air d'une grosse brute avec une expression enfantine, l'image était touchante et je le trouvais encore plus beau comme ça. Quoi qu'il dise sur son physique, j'étais loin de l'approuver. Il avait son charme, sa avantages et ses défauts qui le rendaient tant séduisant. Finalement...et inconsciemment, je ne pus que légèrement sourire et une fois que j'eus retrouvé l'usage de mon corps, je lui sautais dans les bras par simple soulagement. Je fermai les yeux et enfoui mon nez dans le creux de son cou.

« 'Spece d'idiot...j'ai bien cru qu'tu m'avais posé un lapin ! » Je soupirai doucement « Et si tu m'envoies chier, j'te frappe...sans la moindre hésitation. »

Mes mains enveloppaient légèrement ses épaules. J'étais guère plus grand que lui en tant normal mais avec mes compensées je le dépassais d'une bonne vingtaines de centimètres. Je savais pertinemment qu'il n'appréciait pas mais je n'y avais pas forcément pensé et c'était plus moi qui me sentait gêné qu'autre chose. En fait, j'aimais particulièrement me sentir protégé par lui alors ces chaussures là, c'est moi qu'elles gênaient. Je ne bougeai pas pour autant. J'avais trop peur qu'il ne s'échappe si j'ôtais mes chaussures maintenant...et j'avais besoin de lui. Qu'il s'explique. Qu'il me dise ce qui n'allait pas. Ce qui a changé.

Je finis tout de même par le relâcher, ma raison m'y obligeant bien que l'envie de rester contre lui restait forte. Je levais les yeux vers lui pour le regarder et je mordis la lèvre. Je ne savais pas vraiment pourquoi. Je savais juste que je voulais être près de lui et qu'il m'avait fuit ou engueulé depuis presque un mois sans raison apparente. Enfin si. Bien évidemment qu'il lui était arrivé quelque chose mais il ne m'avait rien dit et je me doutai pertinemment que quelque chose avait changé maintenant et je n'en savais pas plus long non plus.

« Il s'est passé quelque chose ?... »


Ce n'était pas l'heure de faire des sarcasmes en demandant si sa culpabilité le rongeait à tel point qu'il devait absolument s'excuser. Je ne voulais pas d'excuses, je n'en avais même rien à fiche. Je voulais juste sa franchise et son honnêteté. J'étais là pour l'écouter. Il était mon ami. Peut-être même le seul qui ait un tant soit peu d'importance, alors je voulais jouer mon rôle de façon pleine et entière.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Dim 23 Mai - 2:34

  • Tooru s'attendait à des remontrances, à une crise qui aurait été parfaitement justifié. A la place Satsuki lui sauta dessus, non pour le frapper, mais pour le serrer dans ses bras. Si grand avec ses plates formes qu'il était plié pour venir déposer sa tête contre son cou. Tooru se senti plus soulager, il soupira doucement, et referma ses bras que le dos de son ami, indifférent aux regards réprobateurs. Il n'avait pas la moindre intention de le repousser, c'était trop agréable de le retrouver, de voir, que même après s'être comporter comme un parfait idiot, Satsuki ne le haïssait pas. Ça aurait été trop dur.

    Lorsque Satsuki le relâcha il senti que le moment était venus des explications. Le moment qu'il redoutait par dessus tout. Il croisa son regard et le détourna. La question tomba, il n'avait aucune envie de lui mentir, mais il n'avait pas non plus envie de lui dire la vérité. Pourtant ça lui ferait tellement de bien, et puis il avait le droit à une explication, aussi minime soit-elle.

    « Oui. »

    Ca aurait pu en rester là. Est ce qu'il s'était passé quelque chose ? Oui. Point final, on clôt le débat, mais Satsuki ne s'en conterait pas. Il soupira, à nouveau il se sentait nerveux. Il n'arrivait même pas à formuler cela, c'était trop dur d'y mettre des mots. Il refusait d'y penser, et maintenant il devrait en parler. Il n'avait jamais parler à personne, il ne s'était jamais confier, ses parents l'avaient envoyé chez des psy qui y avaient vu une forme d'autisme. Parler était trop douloureux, il avait toujours tout garder. D'où venait sa haine des femmes, des médecins, des psychologues par dessus tout. Satsuki était le premier à lui demander vraiment, à se faire du soucis il paraissait en tout cas.

    Il se mordit la lèvre, le regard résolument fuyant. La honte revenait, les flashs de cette matinée par vagues douloureuse, il se crispa, le teint légèrement plus blême. Il ne voulait pas ne parler, il voulait résoudre ses problèmes tout seul. Le meurtre lui paraissait une solution envisageable. Mais il le tuerait lentement, il voulait le voir souffrir. Tooru chercha son paquet de cigarette, il l'alluma et tira une bouffée qui eut le don de légèrement le calmer. Pas assez pour que sa voix ne soit pas blanche lorsqu'il dit simplement.

    « C'est Sakki. »

    Ce nom. Le prononcer lui donnait la nausée. Ah si il avait écouter Satsuki, ce type était effrayant, comment ne l'avait-il pas remarquer avant. Tooru se rendait compte maintenant, qu'il avait été manipuler comme un vulgaire pantin, il avait crut se décharger de ses pulsions, alors qu'il ne faisait que jouer le jeu sadique de se déranger. Il reprit une bouffée, ce qui allait suivre allait s'avérer douloureux, il leva la main pour empêcher son ami de parler. Si il l'interrompait, il ne parlerait pas.

    « Il m'a attacher et violer. »

    C'était des mots, de simples mots qui lui faisaient revivre la scène, la chair à vif de ses poignets, la douleur dans ses reins, le sang entre ses cuisses, les morsures, les griffures, et puis le couteau pour le marqué comme s'il était à lui. Il avait envie de vomir.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Dim 23 Mai - 22:01


Son regard fuyait. Il n'avait jamais fuit devant moi et une inquiétude que je ne me connaissais pas me submergea avec force. La sensation ne dura pas longtemps, juste quelques secondes, le temps de sentir son cœur serré comme dans un étau, le temps qu'il envoi un spasme douloureux dans le reste du corps pour atteindre le cerveau, le temps d'une inspiration douloureuse pour les poumons, le temps d'avoir l'impression de mourir étouffé. Je n'étais tellement pas habitué à ce genre de sensation que j'en eu le tournis un instant avant de reprendre mes esprits. En fait, le comportement de Tooru m'avait inquiété avant de me mettre en colère. Bien sûr que je lui en voulais, mais le soulagement de le voir là était plus fort encore. Il voulait me parler, me dire enfin ce qu'il s'était passé. « Oui. » Sa réponse avait été simple et claire. Fidèle à lui-même. Je le regardais toujours, un oui était loin de m'être suffisant, surtout après tout ce qu'il m'avait fait subir.

Tooru refusait littéralement de me regarder. Il se mordit la lèvre. Une étrange impression me retenait et me disait que je n'allais pas aimer ce qu'il allait dire. Je retenais presque ma respiration, pendu à ses lèvres, sans vouloir le brusquer mais voulant savoir ce qu'il me cachait depuis autant de temps.

« C'est Sakki. » Mon sang se glaça. « Il m'a attaché et violé. » Mes poings se serrèrent.

Je regardais toujours Tooru. Je ne savais pas vraiment si je réalisais mais mon regard s'était durci, il était noir, mon souffle ralentit et devint presque imperceptible. Je me sentais mal. Pas un mal de mauviette comme j'avais d'habitude. Un mal plus profond, j'avais mal pour Tooru. Sakki. Ce Sakki. Celui que je détestais. Il avait touché...il avait fait du mal à Tooru. MON Tooru. Une vague de haine profonde m'envahit. Une vraie haine. Pas celle d'une hystérique qui frappe avec ongles manucurés. Celle d'un fou, d'un passionné. Peut-être même celle d'un psychopathe.

Je sortis une tétine de mon sac. Violette. Je la glissais à un de mes doigts et me retournais vers l'autel du temple pour faire une prière. Une seule suffisait largement. Une pour Sakki à qui je souhaitais une morte lente et douloureuse. Je finis par me relever et regardai l'encens disposé qui brûlait lentement. Je serrais soudain avec rage la tétine dans ma main.

« Il est mort. » répondis-je simplement.

J'avais l'impression que tout mon corps s'était mis à trembler de colère et de rage. Je comprenais maintenant le comportement de mon ami pendant tout ce temps. Je comprenais ce qu'il avait subit. Je comprenais et je savais aussi qu'il détestait la pitié. Et il savait très bien (ou peut-être pas) que je n'aimais pas ça non plus. La pitié, c'était pour les faibles. Ceux qui ne savent pas se défendre. Des mots et rien d'autre. De l'hypocrisie et rien d'autre, car la pitié ce n'est que des mots. Mais je tenais plus à Tooru que je ne l'imaginais peut-être et je me sentais vraiment près à tuer pour lui. Qu'il me le demande ou pas, Sakki avait signé son arrêt de mort. Je tournai légèrement la tête vers mon petit blond pour le regardait, allait-il me fuir longtemps comme ça ?

« C'était une raison pour me traiter comme tu l'as fait ? »

Certainement. Mais je ne voulais pas l'admettre, ma colère enflait de secondes en secondes, pas forcément pour Tooru mais j'étais incapable d'un moindre geste affectueux en cet instant là. Il me fallait un peu de temps. Le temps de planifier une vengeance froide et horrible pour Sakki. En fait, j'aurais juste aimer me blottir contre lui maintenant qu'il m'en avait parlé, il n'y avait aucun raison d'en rajouter, il fallait tourner la page et ne gardait que la haine pour cet être immonde que constituait Sakki. N'empêche que j'avais eu peur qu'il me délaisse en me traitant de cette façon. C'était justifié non ? Je me tournai vivement vers lui en ôtant mes plateformes. Je n'avais plus l'envie d'être stylé pour aujourd'hui, j'avais envie d'un bain. De Tooru. De rire avec lui.

« Il est mort. »
répétais-je dans une certaine obsession.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Lun 24 Mai - 3:01

  • Le visage de Satsuki se durcit, Tooru ne lui connaissait pas cette expression et il en fut surpris. Son visage d'habitude joviale devint haineux. Tooru comprit très bien ce qu'il se passait, mais il n'avait pas imaginer que son ami tienne autant à lui. D'un côté il était soulagé, il ne le prenait pas en pitié rien ne semblait changer, mais de l'autre il craignait qu'il fasse une bêtise, et il confirma ses craintes. Il n'avait pas envie qu'il s'en mêle, c'était son problème à lui et à lui seul, il avait fait une erreur de jugement, il avait cru mener le jeu, ça ne se reproduirait plus, il l'avait manipuler. Mais il ne pouvait pour l'instant pas lui dire, sa gorge était trop nouée pour qu'il se risque à parler. Lorsque ses yeux croisèrent ceux de son ami, il ne les détourna pas cette fois.

    Si c'était une raison pour le traiter comme il l'avait fait ? Il s'était comporté comme un imbécile, certes, mais il n'avait pas su comment réagir, et à attendre Satsuki répéter sa menace, il se dit qu'il avait eut tord de lui dire. Il ne voulait pas lui créer d'ennuis, et il ne voulait pas qu'il s'en mêle. Maintenant qu'il avait ôter ses chaussures, ils faisaient à peu près la même taille, et Tooru n'avait plus à lever la tête pour l'observer.

    « S'il te plait, ne t'en mêle pas. »

    Il savait qu'il était peut être cruel de lui dire cela. Rester impuissant n'était jamais agréable, mais il préférait le tenir le plus éloigner de tout cela. Il se trouvait déjà égoïste de lui en avoir parlé, mais ce poids était trop lourd pour lui, il avait eut le besoin quasi viscérale d'en parler.

    « S'il te plait. »

    Jamais il n'avait été si sérieux, il voulait s'en occuper seul, c'était important, c'était sa vengeance, son combat. Il avait tout raconter pour s'expliquer, pour se sentir un peu mieux, mais certainement pas pour demander de l'aide pour sa vengeance. Tooru avait envie de le serrer dans ses bras, c'était la première fois qu'il ressentait l'envie d'un élan d'affection, et il le retint. C'était si peu habituel, pourtant il voulait lui montrer qu'il comptait. Depuis qu'il ne connaissait, il avait toujours garder un œil sur Satsuki, de prêt ou de loin, le protégeant à son insu. Il ne voulait pas être protéger. Mais il avait envie de passer la journée avec lui, et d'oublier tout ça. De retrouver le Satsuki joviale et non celui-ci presque effrayant.

    Après une seconde d'hésitation, il fit un geste qu'il n'avait jamais fait, jamais dans ce genre de circonstance en tout cas. D'un geste doux, il attrapa la main de Satsuki, entremêlant leurs doigts, puis il plongea son regard dans le sien.

    « Promet moi que tu ne feras rien. »

    Il voulait une promesse, et il ne serait pas soulager tant qu'il ne l'aurait pas, après ils pourraient passer une fin de journée agréable, se comporter comme avant. Mais avant cela, il fallait mettre les choses au clairs.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Mar 25 Mai - 14:15


« S'il te plait, ne t'en mêle pas. » « S'il te plait. »

Les mots bourdonnaient de manière sourde à mes oreilles. Pourtant je les comprenais. Et je pouvais comprendre ce que Tooru ressentait mais lui ne semblait pas comprendre à quel point je pouvais haïr Sakki de lui avoir fait du mal. Lequel avait le droit de s'imposer à l'autre ? Celui qui avait le plus souffert ?...Parce-que je souffrais aussi de savoir ce dingue en liberté qui pouvait très bien reprendre Tooru par surprise. Mes dents se desserrèrent difficilement mais lentement, incontrôlable, ma lèvre inférieure tombait doucement, ma bouche s'ouvrait timidement, je voulais répliquer, je voulais l'engueuler, lui dire combien je haïssais Sakki, combien je voulais le voir sans souffle. Mais aucun son ne sortit.

Soudain aussi vivement que doucement, Tooru passa sa main dans la mienne. Il n'avait jamais fait ça auparavant. Jamais. C'était le premier vrai geste d'affection qu'il avait envers moi. Il ne voulait vraiment pas que j'intervienne et je refermai les lèvres, les serrant doucement en signe de capitulation. Je ne ferais rien à Sakki. Du moins, je ne le toucherais pas. Mais si je venais à le rencontrer, il sentirait sans aucun doute mon inimitié pour lui. Je relevais les yeux vers mon ami. Ils s'étaient embués, je l'avais bien senti mais je n'en avais pas honte. C'était des larmes de colère, comment supporter le fait que quelqu'un ait osé lui faire du mal, ce visage rond bien que les pommettes soient marquées. Une mâchoire dure, un regard dur et pourtant je trouvais le moyen d'y voir de la tendresse et de la gentillesse. Est-ce que je devenais fou ?

« Promet moi que tu ne feras rien. »


Je ravalai mes larmes avant qu'elles ne se mettent à couler, Tooru détesterait que je me laisse aller comme ça, surtout si ça l'impliquait lui. Sakki...je focalisais ma colère sur lui, ne rien faire, je ne pouvais pas lui promettre, je serais sec et froid avec lui. Bien plus que d'habitude. Vraiment plus. Il le sentirait c'était certain.

« Je...je ne le toucherais pas, je le promets. » Ca c'était la seule chose que je pouvais promettre. Enfin...pour le rassurer, j'ajoutai « et je...promets que je ne ferais rien qui nuira à sa vie... »

Mais c'en était trop je ne pouvais pas non plus rester les bras croisés. Je serai alors doucement la main de Tooru, j'en voulais plus de lui, tellement plus. Je le regardai toujours.

« mais toi...promets moi de m'appeler si tu as besoin d'aide pour lui faire sa fête...il...j'le déteste. Il t'a touché...il t'a fait mal. J'le hais. »

J'étais peut-être un peu froid dans mes paroles mais en parlant de Sakki, je ne pourrais être autrement à partir de maintenant. Je pris une profonde inspiration en me rendant compte que ce devait être dur pour Tooru d'en parler ou même d'y penser. Je lui pardonnais...bien évidemment. Je repris enfin un petit sourire.

« T'as vraiment agi comme un con avec moi...salaud... » Je le frappai doucement à l'épaule sans lâcher son autre main avant de continuer en riant doucement « Comment tu vas t'faire pardonner hein ?... »

Je lui souris paisiblement. J'avais cette faculté de pouvoir penser à des choses sérieuses et pourtant à l'opposé l'une de l'autre en l'espace de quelques secondes. Seul Tooru le savait et il savait que chacune de mes émotions avec lui étaient sincère. Je serai sa main, attrapai mes chaussures de l'autre et l'entrainai dans les jardins à travers les pierres, le sable fin et les plantes japonaises. Il était de penser à autre chose et de s'amuser comme nous avions l'habitude de le faire.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Jeu 27 Mai - 4:00

    Voir Satsuki pleurer était dur. Lui-même s'était refuser à pleurer sur son sort, il n'avait versé aucune larme; se serait une défaite, et ça Tooru ne pouvait l'accepter. Il se senti soulager que Satsuki accepte de ne pas se battre. Il craignait trop qu'il ne lui arrive quelque chose, et puis c'était son combat, il ne voulait pas que son ami s'en mêle. Tooru acquiesça à la demande de Satsuki, elle était légitime. Mais il n'aurait pas besoin d'aide pour cela. Mais il lui téléphonerait, il n'aurait même pas du laisser trainer cette histoire aussi longtemps, ça avait été particulièrement stupide de sa part. Et son ami ne se priva pas de lui faire remarquer. L'ambiance se détendis considérablement. Tooru lui sourit, un air un peu gêné. Il n'avait rien à lui offrir pour se faire pardonner.

    Enfin, il n'y avait plus de tabou entre eux, Tooru était soulagé, mais soudainement un peu mal à l'aise que son ami ne semble pas désirer lui lâcher la main. Arrivé dans au parc, il n'y tint plus, et sans brusquerie, il récupéra sa main qu'il enfourna dans sa poche, il n'avait jamais été très tactile, et c'était toujours senti horriblement mal à l'aise lors des gestes d'affections. Il avait fait de son mieux jusque là, il espérait que Satsuki ne s'en offusque pas.

    Le coin dans lequel il s'était arrêté était plutôt tranquille. Le temps était clément, et il prit la décision de s'y installer, jetant un regard vers son ami pour voir s'il avait son approbation. Mais avant de s'installer, il avait une dernière chose à dire, à faire. Un peu maladroitement, il le prit dans ses bras, le temps de le serrer contre lui, de rester à peine quelques secondes la tête plongé dans son cou.

    « Tu m'as tellement manqué. »

    Puis, comme si de rien n'était, il s'assit à même l'herbe. Il avait eut besoin de le lui montrer, ça allait à l'encontre de ses principes, mais tant pis. Les mains croisés sous sa tête, une jambe relevée, tout ses soucis paraissaient s'arranger. Lorsqu'il était avec Satsuki il avait tendance à ne s'inquiéter de rien. Le temps filait toujours très rapidement. Au bout d'un court moment il se tourna vers lui. Il avait envie, presque besoin de parler, il lui avait tellement manqué, il voulait le retrouver. Et le premier sujet qui lui vint à l'esprit, était certes un peu bâteau, mais ils n'en avaient jamais parlé.

    « Qu'est ce que tu veux faire plus tard ? Tu as des projets ? »

    Ils ne parlaient jamais de leur passé, c'était un accord tacite, mais l'avenir, rien ne l'avait jamais interdit. Et Tooru avait envie de savoir, lui se laissait dériver, sans se soucier de rien. Son avenir était incertains, rien ne lui plaisait vraiment, sa seule passion étant l'écriture, mais il ne la faisait partager à personne, se trouvant très médiocre.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Jeu 27 Mai - 22:59


On arriva rapidement au parc voisin. Là où les familles faisaient une balade non loin des temples. Pas au milieu par respect, mais pas non plus éloigné comme s'ils voulaient qu'une bienveillance veille sur eux pour le promenade. En une fraction de secondes, le temps de s'arrêter complètement, Tooru retira brusquement sa main de la mienne. Surpris, je regardai nos mains avant de le regarder lui. Pourquoi avait-il fait ça ? Je l'avais seulement entrainé et c'était un geste d'affection bien moindre que celui que j'avais eu un peu plus tôt en le prenant dans mes bras. Je ne comprenais pas. J'en fus même légèrement vexé. Mais impossible d'aller plus loin dans mon raisonnement, mon ami semblait réfléchir beaucoup plus vite que je ne le faisais. Il me prit soudain dans ses bras, rapidement avant de me relâcher après avoir prononcé quelques mots. Des mots que je n'aurais jamais cru entendre de lui mais qui me firent plaisir.

J'étais pourtant mitigé. Mitigé et choqué. Et je m'en voulais à moi-même de pardonner aussi facilement à Tooru, je ne savais même pas pourquoi. Son air. Ses yeux ?...Ses gestes...Je le laissais s'allonger alors que je restais immobile après l'étreinte beaucoup trop furtive à mon goût. Une douleur s'immisça dans mon ventre, apparue de nulle part, un manque ? Une envie ? J'avais bien du mal à mettre un mot sur ce que je sentais mais je chassai ces questions en m'allongeant à mon tour dans l'herbe. Sans vraiment calculer, je m'installai à la perpendiculaire de Tooru et posai ma tête un peu plus haut que sa hanche. Il y avait peu de monde à cette heure-ci et en plein milieu de semaine et c'était plutôt agréable. Le jour commençait à décliner, mais moi je m'en fichais. J'étais bien et je fermai les yeux.

La question de Tooru me surprit mais c'était vrai qu'on avait encore jamais parlé de ça alors qu'on se connaissait pourtant mieux que quiconque dans l'université. J'ouvris légèrement la bouche en réfléchissant et posai mains sur les os de mon bassin. Qu'est-ce que je pouvais répondre ? Je ne savais même pas moi-même. Je n'étais pas vraiment sûr que mon type de commerce soit légal alors en faire ma propre affaire serait complètement inutile. Ce que je voulais faire ?...

« Je....en fait je sais pas vraiment. Je m'amuserais...ptet monter ma propre discothèque... » Je m'interrompis, en fait je venais d'avoir une très bonne idée. J'avais l'argent. J'avais le charisme. L'idée était faisable. Je souris légèrement « Et toi ? »

Je me doutais que la question serait peut-être plus difficile pour Tooru. D'autant plus avec ce qui s'était passé peut-être. Mais je voulais vraiment savoir ce qu'il y avait dans sa tête, ce qu'il aimait et qu'il ne me disait pas ? Ce qu'il voulait faire et qu'il ne me disait pas...J'aurais voulu tout savoir de lui pour le soutenir comme il me soutenait officieusement. Notre relation était peut-être vraiment complexe. Elle pouvait même avoir l'air vache de l'extérieur. Mais c'est ceux qui en disent le moins qui en font le plus.

« En fait...j'aimerais peut-être être juste à un endroit où tu es toi... » ajoutais-je à voix basse.

Les mots étaient sortis un peu tout seuls sans que je le veuille vraiment. Je les pensais, certes. Mais de là à les prononcer, le chemin était long. Et de toute façon je ne dépendais de personne contrairement à ce que cette phrase pouvait laisser à penser. Tooru était spécial pour moi après tout, c'était bien normal que je ne veuille pas être séparé de lui ? Je savais déjà qu'il me manquerait si c'était le cas. A quel point ? J'étais incapable de le dire. Peut-être qu'en un an, la blessure de la séparation serait guérie ? Mais j'en doutais un peu.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Sam 29 Mai - 3:04

    Pendant un moment, Tooru avait craint que Satsuki le repousse. Après tout il s'était comporté comme une enflure avec lui, il aurait mérité sa colère. Mais contre toute attendre, il semblait que son ami lui ait déjà pardonné. Il le senti s'installer et n'eut pas envie de faire de remarque, quelque part c'était agréable, le soleil descendait doucement, et il ne faisait ni trop froid, ni trop chaud. Il se sentait plus détendu que jamais. Sa question fut suivis d'un léger blanc, puis d'une réponse qui l'étonna à moitié. Le monde de la nuit était celui de Satsuki, il le voyait très bien gérer une boite, une boite ou lui même irait, de plus son ami avait un remarquable sens des affaires. Tooru sourit légèrement et se mis à jouer machinalement avec les extensions plastiques de son ami.

    Il s'interrompit une seconde à la suite. Être là ou il était lui ? Depuis quand étaient ils devenu si proches ? A bien y réfléchir il ne voyait pas non plus avenir sans Satsuki, mais est ce qu'il voyait son avenir quelque part. La question de Satsuki le mit mal à l'aise, jamais il n'avait réfléchit à son avenir, il n'acceptait aucune autorité. Les cours l'ennuyaient profondément, aucun professeur n'arriverait à le faire sortir de son empathie. Il était vraiment pitoyable. Il n'allait nulle part. Il soupira.

    « Tu me trouveras bien une place de barman dans ta boîte, non ? »

    C'était sans doute le meilleur avenir auquel il pouvait prétendre. Il ne pourrait jamais vivre de sa passion, ce n'était même pas la peine d'y songer. Il garderait son talent pour lui. Il ne l'avait jamais partager avec personne, pourquoi maintenant ? Pourtant, pour une fois, il avait envie de montrer cela à Satsuki, il craignait par dessus tout les critiques, et ses derniers textes n'avaient pas été très joyeux. Il glissa sa main libre dans sa poche, il senti la couverture cartonné du petit carnet qui ne le quittait plus. Sans vraiment s'en rendre compte il se mit à fredonner un air qu'il avait en tête. Puis il extirpa son carnet, qu'il déposa prêt de Satsuki. Peut-être l'avait-il déjà vu écrire, ou noter dans la chambre, même griffonner. Tooru avait ce besoin viscérale d'écrire de dessiner, pour vider son esprit du surplus, et pour une fois il voulait faire partager ça avec quelqu'un. Satsuki avait mérité sa confiance.

    « Tu peux l'ouvrir, mais garde tes critiques. »

    Il n'avait pu s'empêcher d'être un peu sec, c'était la seule preuve d'amitié qu'il pouvait lui offrir, la plus grande sans doute. Tooru était quelqu'un de bien trop secret, ce carnet n'était pas le seul, les autres étaient soigneusement caché dans la chambre. Il lui était impossible de parler, alors si Satsuki voulait en apprendre plus sur lui, il devrait lire, regarder ses illustrations tordus, sorti d'un esprit torturé. Il espérait juste qu'il ne prendrait pas peur, ou ne le regarderait pas différement.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Sam 29 Mai - 19:25


Un barman dans ma boîte ?...Pourquoi pas. Mais si Tooru devait travailler avec moi, ce n'était certainement pas au poste de barman que je le mettrais sauf si c'est ce qu'il tient absolument à faire. Non, il serait plutôt mon associé...et en fait je le laisserais travailler comme il veut. Du moment qu'on pouvait encore avoir des moments comme celui qu'on passait en ce moment même. Je sentais ses doigts sur mes extensions mêlés à mes cheveux et je fermai les yeux. Oui, ce serait vraiment bien si on pouvait travailler tous les deux ensembles.

Au bout d'un moment, je le sentis bouger, il devait farfouiller dans ses poches je supposai. Je restai allongé les yeux fermés, ça faisait longtemps qu'on avait pas eu de moment comme ça. Probablement depuis l'incident. Puisqu'on avait commencé à s'éloigner l'un de l'autre quand il m'avait traité comme n'importe quoi. Au moment où j'ouvris les yeux pour regarder mon ami, il déposait un petit carnet à côté de moi. Un de ces petits carnets dans lequel je le voyais souvent griffonner. Les moments où il avait besoin d'être seul et où j'avais juste besoin de sa présence dans la même pièce. Parfois, du coin de l'œil, je le regardai. Je n'avais aucune idée de ce qu'il écrivait mais j'aimais le regarder faire, le regarder plonger dans ses pensées. Des pensées que personnes ne pouvait pénétrer. Jamais je ne lui avais demandé de les lire. Je savais qu'ils avaient quelque chose de spéciaux, que c'était son jardin secret à lui. Mais aujourd'hui. Ce soir. Il me faisait cet honneur. Il me proposait de lire ce qu'il avait écrit à l'intérieur de ce carnet là. Sans doute les dernières semaines qui ont été difficiles pour lui.

Je pris le carnet dans mes mains, le regardant comme un trésor, comme une pyramide encore inviolée, une forêt encore vierge. Je levai les yeux vers lui, je voulais être sûr que c'était ce qu'il voulait, partager ça avec moi et je me mordis doucement la lèvre, je croisai son regard qui m'assura de sa volonté et je me rallongeai en serrant le carnet dans ma main.

« merci... » murmurai-je doucement.

Je mis un long moment avant de finalement l'ouvrir. Attendre d'être rentré au dortoir ? Non, je ne pouvais pas attendre et de toute façon Tooru serait toujours là. S'il n'avait pas voulu que je le lise en sa présence il me l'aurait précisé. Retenant presque ma respiration, je plongeais les yeux sur les caractères inscrits. Des brouillons de dessins, plus ou moins bien structurés, les aboutis donnant une impression de noirceur et de tristesse. Les mots s'entrechoquaient et je pu y lire toute l'humiliation et la haine qui l'avaient habité quand il les avait écrit. La simple lecture me fit aussi mal que si j'étais à l'intérieur de son âme et je pris soudain conscience que Tooru était encore plus complexe qu'il ne me l'avait montré jusque là. Mon estomac se serra. Les lignes étaient belles, l'écriture ressemblait nettement à mon ami. Quand j'eus finis de parcourir les pages, je refermai le carnet et le posai sur ma poitrine pour le serrer légèrement. Je finis par tourner la tête vers lui.

« Tu devrais continuer d'écrire. C'est beau ce qu'il y a dans ce carnet. »

Je le regardai avant de lui sourire et lui tendre son petit livret pour le lui rendre. J'aurais aimé le garder pour relire souvent ses mots mais beaucoup de pages étaient encore vide et il devait continuer. Je m'installai alors sur le ventre pour le regarder, le menton dans les mains.

« Tu pourrais travailler dans mon club...et je te laisserais écrire autant que tu veux. Tu publieras et tes livres seront aimés par la petite poignée de ceux qui comprennent vraiment la vie et qui sont ouverts d'esprits. Ce sera peu, mais ce sera suffisant....parce-que les imbéciles on s'en fout... »

Mon sourire s'élargit doucement. Je voyais bien notre avenir à tous les deux comme ça en fait. Parce-que c'était évident que la masse des gens n'aimerait pas ses écrits, mais ceux qui sauraient trouver en lui, en ses mots, la beauté pure de la souffrance. J'étais fasciné, il m'avait caché ce talent. Et je ferais tout pour l'aider à ne jamais l'abandonner. Du moins...si c'était ce qu'il voulait.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Dim 30 Mai - 3:00

  • Le temps que mis Satsuki à lire son carnet lui parut durer une éternité. Il craignait qu'il rit, ou qu'il se montre désagréable, ou gêné de ne pas comment savoir dire que tout était mauvais. Ses dessins affreux, ses écrits minables, il se sentait aussi quelque peu vulnérable, c'était la première fois qu'il montrait ce genre de chose à quelqu'un, il se sentait totalement exposé, et il offrait pleinement sa confiance à son ami, jamais il n'aurait cru qu'il en était capable. Et pourtant il était terrifier à l'idée, qu'il le rejette, c'était la fissure dans sa carapace. Tous ses mots cela faisaient si longtemps qu'il les gardait en lui qu'il avait envie de les cracher au monde, tout cela bouillonnait en lui, une énergie qu'il contenait, et dont le surplus apposait parfois de légères marques sur sa peau, ou du besoin viscérale de substance illicites, ou de se perdre dans les affres d'un plaisir dont il avait payé chèrement le prix.

    Il essayait de décrypter les expressions qui passaient sur le visage de son ami, sans vraiment y parvenir. Pas qu'il ne le pouvait pas, il ne le voulait pas, craignant trop ce qu'il aurait pu y percevoir. Pourtant après quelques instants, il le vit serrer le carnet contre lui, à la manière d'un trésor, puis il le lui rendit. Ce qu'il écrivait était beau ? Il n'aurait jamais envisager de mettre ce qualificatif, triste, malsain, mais beau ? Vraiment ? Il voyait de la beauté dans ces textes. Le poids qui pesait agréablement contre lui, disparut. Son ami c'était décalé, reparlant du bar, et il lui en fut gré. Travailler pour Satsuki, et écrire, c'était un bon avenir, plus radieux en tout cas que le brouillard dans lequel il évoluait. Tooru sourit doucement, et rangea son cahier, puis se redressa sur ses coudes. Les imbéciles, ils s'en moquaient, qui comptaient vraiment à part eux deux. Dans leur univers il n'y avait vraiment pas grand monde.

    Il savait qu'il ne pourrait pas se passer de Satsuki, il lui avait tellement manqué pendant ses semaines, il aurait tant aimé se confier, tout lui avouer, nicher sa tête contre son cou pour ne plus penser. Mais son stupide orgueil l'en avait empêché, il avait préférer aller se soigner entre les bras du médecin scolaire plutôt que de parler avec Satsuki. Quel ami il faisait ! Tooru se rallongea, les yeux rivés sur le ciel qui s'obscurcissait. Quelle heure était-il ? Il n'en avait pas la moindre idée, et il s'en moquait éperdument. Ce qui comptait était que tout soit redevenu comme avant.

    « Satsuki, comment tu fais pour me supporter ? »

    Il se savait lunatique, parfois méchant, médisant, il n'aimait personne, il haïssait même la plupart des gens sans raisons particulières, et ne laissait de chances à personnes. Il haïssait ceux qui pleuraient sur leur sort, et se lamentaient sur leur vie minable. Il se haïssait lui même, tout en lui l'écœurait, son passé, son apparence, son présent, et son avenir qui était tellement incertains, avoir un si grand dégout de soi même, comment était-ce possible à un âge si jeune.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Dim 30 Mai - 4:03


Je le regardai se redresser pour ranger son carnet dans sa poche. Son expression était grave, comme si quelque chose pesait sur lui comme un poids énorme tout le temps. Les seules fois où je le voyais bien c'était quand on était bourrés ou shootés. J'aurais eu envie de le voir bien sans tout ça. Mais je n'avais sûrement aucun pouvoir sur ses pensées ou ses émotions. Je lui souriais doucement alors qu'il se rallongeait. Je fis donc de même mais cette fois je m'étendis de côté, un peu recroquevillé, tourné vers lui, la tête toujours posée avec légèreté sur son abdomen. Le silence s'installait doucement mais j'en étais pas gêné. Avec lui je n'étais jamais mal à l'aise quand on ne se parlait. La nuit tombait lourdement à présent mais je n'avais pas la moindre envie de bouger. La sensation était étrange, je voulais juste être là, contre lui et ne plus bouger. Plus jamais.

Sa question tomba furtivement entre deux de mes pensées. Et la première chose qui me vint à l'esprit me fit peur « parce-que je t'aime ». N'importe quoi ?! C'était Tooru...je ne pouvais....pas. Je le regardai fixement. Son visage, ses lèvres, son nez, ses yeux, ses tatouages, sa couleur blonde délavée, sa taille, son style....chez lui, rien ne me dégoutait. Rien n'était une faute de goût, je n'y voyais pas un seul défauts...car ses défauts étaient à mes yeux des qualités. Mon dieu. Plus je pensais, plus je me rendais compte de l'inévitable vérité. Est-ce que j'étais amoureux de Tooru ? La question était tellement stupide en y pensant et je m'en voulu de ne rien avoir vu plus tôt pour anticiper les choses. Maintenant c'était trop tard, je ne pouvais pas concevoir mon avenir sans lui alors...Reprends toi...reprends toi. J'inspirai pour pouvoir répondre car l'attente devait se faire longue pour...mon « ami ».

« T'es mon ami...c'est normal »

Je lui souris, fier de mon improvisation. Je ne pouvais pas lui dire la vérité. Il fallait déjà que je l'accepte moi-même ce qui serait en soi très difficile et je ne voulais surtout pas gâcher notre amitié. Il avait besoin de moi et je ne lui ferais pas faux bond c'était hors de question. Si je lui avais dit ce qui m'était passé par la tête au moment où il m'avait posé la question...il aurait sans aucun doute changé de comportement envers moi et m'aurait peut-être et sûrement fui. J'avais soudain peur qu'il le lise dans mes yeux et je m'allongeais sur le dos pour regarder le ciel noirci. Beaucoup de choses s'expliquaient ainsi et j'avais peur de ne jamais pouvoir me sortir de cet amour à sens unique dans lequel je m'étais engagé sans même le savoir. Je me sentais idiot. Moi qui n'avait jamais aimé personne, voilà que je savais simplement que c'était lui. Tooru. Avec qui j'avais partagé le plus de moment privilégié qu'avec n'importe qui d'autre si on omettait le sexe qui pour moi n'était pas forcément la chose la plus intime en soi.

Je me mordis la lèvre.

« Tu sais...t'es pas si horrible que tu le montres aux gens...tu m'as montré beaucoup de chose de toi...et je pense que c'est pour ça que je te supporte...j'essaye de te comprendre....comme je peux... »


Je soupirai doucement avant de fermer les yeux. Je devais digérer la nouvelle que je venais d'apprendre de moi-même. Je devais la digérer et l'enfouir en plus profond de moi pour agir normalement avec Tooru. Peut-être qu'il faudrait qu'on se prévoit une nouvelle soirée de défonce le plus tôt possible...mais Atsuro ne m'avait pas encore contacté et mes contacts à l'extérieur étaient occupés avec une grosse affaire en ce moment m'avaient-ils prévenus...La soirée de défonce attendrait, et je devrais oublier cette petite chose insignifiante à laquelle j'avais pensé.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Lun 31 Mai - 5:23

  • L'attente fut longue. Lorsqu'il avait posé la question, Tooru l'avait voulu rhétorique, mais plus les secondes s'égrainaient, plus le silence de Satsuki lui faisait mal. C'était curieux, pourquoi cela le blessait ? Bien entendu Satsuki était son meilleur ami, quelqu'un qui comptait plus que tout pour lui. Pendant un court instant leurs regards se croisèrent, son ami semblait le fixer, comme s'il le redécouvrait. Son expression se ferma, à quoi pouvait-il penser ? Il se sentait vraiment mal à l'aise, et lorsque la réponse vint enfin. Elle ne le rassura pas, elle avait été longue, Satsuki lui cachait-il quelque chose ? Tooru dut lutter pour répondre à son sourire, il ne voulait pas paraître déçut.

    La suite eut pour don de le mettre un peu plus mal à l'aise. C'était-il autant dévoiler à son ami. C'était possible, il n'était pas le même avec lui, il se comportait simplement, sans provoquer, sans chercher à l'impressionner. Il était lui même. Satsuki le connaissait vraiment, et il se sentait vraiment proche de lui. Il posa sa main sur sa tête, jouant à nouveau avec des extensions. Il n'était pas si horrible ? Satsuki ne connaissait rien de son passé, il ne savait pas par quoi il était passé, Tooru ne pourrait jamais s'accepter, il le savait, et se serait un calvaire pour toute les personnes dont il serait proche. Il se sentait égoïste de s'imposer à lui. Tooru soupira et chercha son paquet de cigarette, il en avait un besoin viscérale. Il posa le paquet et le briquet à côté de Satsuki une fois la cigarette fumante en bouche.

    « N'essaye pas de me comprendre tu risques la méningites. »

    Tooru sourit, il préférait redonner à leur conversation un ton plus léger. C'était moins embarrassant, et puis plaisanter était toujours plus simple. Ne pas réfléchir, ne pas songer que quelque part les mots de Satsuki l'avait chamboulé. Son ami faisait tant pour lui, est ce Tooru en faisait autant. Il en doutait, il était un bien piètre ami, et pourtant il était attaché à Satsuki, plus qu'à n'importe qui d'autres. Il n'imaginait pas son avenir sans lui, et l'idée de travaillait ensemble lui paraissait génial. Satsuki c'était son rayon de soleil personnel, il se sentait plus léger avec lui, il n'y avait entre eux aucun tabou. Et il se promit de ne plus jamais rien lui cacher, ça avait été stupide, et cela avait bien faillit tout ruiner. Non, il ne supporterait pas de le perdre, c'était sa seule certitude. Et pourtant, c'était bien le seul avec qui il n'avait rien fait. Et à y songer à nouveau, cette pensée le torturait. Et il n'arrivait pas à se résoudre à remettre le sujet sur le tapis, la dernière fois qu'il l'avait fait, il n'avait plus que fuir. Cette fois, c'était hors de question, et puis que penserait-il de lui ?

    Il tira une nouvelle bouffée de nicotine savourant la légère brulure dut à la fumée. Les yeux rivés vers le ciel maintenant sombre. Seul les quelques lampadaires et la lune les éclairait. Assez en tout cas pour qu'ils puissent se voir sans problème. Les bruits de conversations s'étaient amoindris, les gens avaient finis par partir. Pas tous encore, mais la grosse majorité, c'était apaisant, il avait l'impression qu'ils étaient seuls. C'était ce genre de moment qui lui avait manqué, loin de l'école, loin des problèmes, juste eux deux.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Mar 1 Juin - 0:31


Je tournai une nouvelle fois la tête en entendant Tooru farfouiller. Il sortait un paquet de cigarette, j'en pris une également lorsqu'il posa le paquet à côté de moi. Je me mordis la lèvre pour m'empêcher de lui demander d'allumer ma cigarette (ce que faisait tous les mecs qui me voyaient sortir une clope). J'attrapai donc le briquet qu'il avait aussi déposé dans l'herbe et pour la première fois depuis longtemps j'allumai ma cigarette seul. Je tirai quelques fois sur le cylindre pour faire prendre le feu et je reposai à mon tours le tout sur l'herbe. Je ne lui avais pas demandé l'autorisation mais je savais que le fait de le placer à côté de moi était une invitation pour moi... que j'avais accepté immédiatement. A défaut de drogue illégale, ce serait une légale que je consommerais ce soir.

« Et si j'ai envie d'essayer ?...tu vas m'en empêcher ? »

J'eus un petit rire en le taquinant sur sa remarque plus légère. Je savais bien ce qu'il faisait je n'étais pas bête et peut-être que ma prise de conscience n'était pas innocente dans son changement de comportement. Mais il faudrait improviser pour ce soir et refouler mon envie de me blottir contre lui pour m'endormir ici, à la belle étoile. Il faisait presque nuit maintenant et les gens disparaissaient un à un du parc. Je tirai une nouvelle bouffée avant d'expirer doucement la fumée qui venait de brûler avec une agréable douleur mes poumons et ma gorge. Je soupirai légèrement, ma vie risquait d'être difficile si je n'arrivai pas à canaliser ces sentiments. Pendant un moment le silence s'installa, c'était calme et reposant mais je finis par prendre la parole avec nonchalance mais avec une voix simple et douce.

« Tu crois que ça changerait quelque chose entre nous si on couchait ensemble ? »

Je n'étais pas du genre à me laisser bouffer par mes sentiments alors autant les assumer même si je ne pouvais pas le lui dire clairement. Rien ne m'empêchait de coucher avec lui s'il en avait envie et qu'il pensait que ça ne changerait rien, on s'amuserait tout simplement. Et de mon côté, ça m'éviterait peut-être de devenir fou avec des sentiments que je ne connaissais absolument pas. J'avais entendu beaucoup d'horreur en ce qui concernait ce sentiments et j'étais loin d'avoir envie que de telles choses se produisent : mourir d'amour ? Fou d'amour ? Berk !! Décidément ce sentiment n'était pas pour moi, mais mieux valait prévenir que guérir après tout. Et puis j'avais envie de Tooru depuis déjà quelques temps. Est-ce que c'était dû à ce sentiment bizarre ? Peut-être...mais je savais faire la part des chose. Pour moi, le sexe était très loin des sentiments, alors je pourrais faire la différence si jamais Tooru acceptait. Encore fallait-il qu'il accepte même si je n'avais encore essuyé aucun refus dans ma vie...enfin à part ce directeur vaniteux, mais avec Tooru j'avais peur d'un rejet que je respecterais. Et puis de toute façon la question pouvait ne pas être prise comme une proposition.

Peut-être que j'aurais dû plus réfléchir avant de la poser, mais j'étais plutôt du genre à agir avant de réfléchir. Je tirai encore une bouffée sur ma cigarette dont je laissai la fumée envahir une nouvelle fois mes poumons, la nicotine était apaisante et elle m'aidait à garder un rythme cardiaque stable. J'expirai enfin tentant un petit cercle que je ratai comme à chaque fois. Je n'y arriverai donc jamais ! Un petit sourire étira doucement mes lèvres, la réponse ne me plairait pas je le savais déjà mais j'accepterai. Après tout, Tooru n'aimait pas les contacts, c'était rare quand il acceptait les miens et il avait retiré sa main avec une telle vigueur un peu plus tôt que ça m'avait choqué. Certes je l'avais pris dans mes bras et il s'était laissé faire, certes il avait fait la même chose un peu plus tard mais c'était différent.

« J'aurais prendre une bouteille de vodka... » lançais-je tout doucement perdu dans mes pensées.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Mar 1 Juin - 3:45

Un rire léger. Enfin Tooru pouvait rire. Non il n'allait pas empêcher Satsuki d'essayer, c'était si bon de le retrouver. Il se sentait tellement plus léger, allonger dans l'herbe, la cigarette se consumant entre ses lèvres, et la présence rassurante de son ami. Tout était parfait. Mais cela n'aurait pu durer plus longtemps, comme pour faire échos à ses précédentes pensées, Satsuki reparla de sujet qui le mettait mal à l'aise. Est ce que ça changerait quelque chose entre eux ? Tooru se crispa légèrement, il craignait tellement d'être vu comme un parmi tant d'autres. Que cela détruise d'une façon où d'une autre leur amitié. Il ne répondit rien pendant un temps, et plus ce silence durait, plus il lui était intolérable. Ce fut Satsuki qui le rompit à nouveau, essayant sans doute de détendre l'atmosphère. De la vodka ? Il en aurait volontiers pris une grande rasade là.

Il ne parvenait plus à penser à autre chose. Satsuki était indéniablement attirant. Mais lui ? Non, il ne pouvait pas lui plaire, c'était quoi pour son ami. Un nouveau défi, un jeu, un moyen de s'amuser entre amis ? La dernière proposition était la moins effrayante. Si c'était cela, ils ne craignaient pas grand chose. Leur amitié resterait intacte. N'est ce pas. Et puis pourquoi cela l'obsédait autant, il tourna légèrement la tête vers Satsuki, et pourquoi en reparlait-il ? Et surtout pourquoi avait-il la nette impression que sa question, était une proposition ouverte. Tooru ne savait plus quoi penser. Est ce qu'il faisait ça par pitié pour ce qui lui était arrivé. Ce n'était pas son genre. Alors il faisait ça parce qu'il en avait simplement envie... Tooru ne pouvait imaginer cela, c'était si inconcevable.

« Tu en as envie ? »

Sur quelle genre de terrain s'aventurait-il ? Il avait la vague impression d'avancer sur des œufs. Il espérait juste que son ami comprenne qu'il ne parlait aucunement de la vodka. A ce moment précis, il n'avait absolument pas envie de plaisanter. La décision de coucher ou non avec quelqu'un ne lui avait jamais parut aussi grave. C'était son meilleur ami. Il se tourna un peu plus, cherchant à capter son regard. Ça ne devrait rien changer entre eux. Mais se serait un peu bizarre, ils étaient déjà si proche.

Tooru chercha la main de Satsuki, et lia leurs doigts. Il senti un léger frisson remonter le long de sa colonne, les contacts avec lui avait toujours été particulier, comme s'il avait peur de se bruler à chaque fois qu'ils se frôlaient. Est ce que cela était de l'envie contenue ? Il se sentait un peu perdu, tout cela était nouveau, et pourtant il savait qu'il ne pouvait plus reculer. Mais il se refusait à prendre cela trop au sérieux. Ils étaient amis, ils n'étaient en aucun cas un couple. Ils étaient tous deux bien trop libres pour ça. Et puis, il fallait être amoureux, et il ne l'était pas...

N'est ce pas ?

Tooru n'avait jamais été si mal que loin de Satsuki. Ils passaient leur temps libre ensemble, et puis il se comportait si différemment avec lui. Il ne cherchait pas à se jouer, à le manipuler, il ne se montrait ni agressif, ni cynique. Non ce n'était pas possible, il ne pouvait aimer, ce n'était pas inscrit dans son code génétique. Il se pencha inconsciemment vers son ami, ses yeux glissèrent vers ses lèvres, si tentantes, avant de revenir vers ses yeux. Que faisait-il exactement ?
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Mar 1 Juin - 16:45


Si j'en avais envie ? La question ne se posait même pas, mais même si Tooru me connaissait bien, il ne lisait pas dans mes pensées. En aucun cas il ne pouvait savoir ce qui m'avait traversé l'esprit un peu plus tôt, la seule explication qui m'étais venue en tête à ma méthode pour le supporter. Et si je l'aimais vraiment ? Comment est-ce que j'allais faire dans le futur pour ne plus penser à ça ? Parce-que bien évidement Tooru ne risquait pas de tomber amoureux de moi. La situation était vraiment comique en fait. Tooru n'était pas plus du genre à tomber amoureux que moi. Pourtant est-ce que je pouvais nier une telle chose alors que des mots aussi forts m'étaient venus d'eux-même contre les lèvres ? Je n'en revenais pas moi-même.

Si j'en avais envie ? Si je le répondais, je me demandais si je pourrais masquer la véritable envie qui m'animait. Pas une de celles qui m'amenait à jouer, pas une de celles qui m'amenait à échanger contre quelque chose qui m'intéressait, pas une de celles qui ne comptait pas. Si jamais on le faisait, si jamais il acceptait, pour moi ce ne serait pas rien. Je ne lui imposerais rien, ça c'était évident. Mais, je retiendrais cette expérience. Je me mordis la lèvre alors que je le sentais se relever, je tournai les yeux vers lui alors qu'il se penchait doucement. Je ne réfléchis pas plus, le voir ainsi tout près de moi, ses lèvres aussi proches, aussi... Je passai une main sur sa joue glissant vers sa nuque pour le maintenir contre moi.

Pulpeuses, épaisses, vivantes. Les lèvres de Tooru avaient un goût que je n'aurais jamais pu imaginer. Mon cœur c'était mis à battre beaucoup plus rapidement rien que par ce seul contact. Il m'était bien impossible de cacher ça. Et cette sensation me rendait presque ivre sans alcool. Je posai une main sur son épaule pour le repousser dans l'herbe sans ôter mes lèvres de siennes et guider par une main qui se voulait invisible et que je ne contrôlais pas encore, je m'installai à califourchon sur ses hanches. Je n'avais pas osé approfondir le baiser, le seul contact de ses lèvres contre les miennes m'avait rendu fou. Je finis par me rendre compte alors de ma position, de mon rythme cardiaque et de notre étreinte et je me redressai légèrement alors que mes lèvres s'entrouvraient contre les siennes pour le regarder.

J'avais l'air surpris de moi-même, probablement. Mon torse se soulevait rapidement au rythme de mon cœur qui ne semblait pas vouloir s'apaiser encore. Et je le regardai toujours, son regard....je me sentais vraiment bizarre maintenant, est-ce que je serais vraiment capable de faire la part des choses ?

« Envie ?...j'ai...pas envie de sexe...j'ai envie de toi... »
murmurais-je doucement.

Je restai pourtant immobile. J'allais me faire jeter et je n'aurais pas le droit d'être vexé parce-qu'il n'y aurait aucune raison de l'être. C'était Tooru et je respecterais son envie à lui. S'il ne m'avait pas touché jusqu'à présent c'était bien pour une raison. Je n'étais pas à son goût. Trop coloré et excentrique pour lui peut-être. Impossible de bouger par moi-même. S'il voulait partir, il devrait faire l'effort de me repousser et me laisser là, car j'étais incapable de contracter le moindre muscle dans le but de m'éloigner de lui. Jamais je n'avais été aussi près. Jamais je ne m'étais assis comme ça sur lui, même pas pour nous amuser. Il y avait toujours eu cette distance physique entre nous que Tooru avait imposé dès le départ et que j'avais accepté.

Mes lèvres restaient entrouvertes, je le regardai encore, je n'arrivais pas non plus à détourner mon regard de lui. J'étais comme pétrifié, pétrifié de peur et d'incompréhension de ce que je pouvais ressentir. C'était tellement nouveau pour moi. Complètement. Et je me sentais comme si c'était mon premier baiser, comme si c'était la première fois.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Mar 1 Juin - 23:38

  • Pendant un instant, rien. Rien d'autre que le silence, et leur regards qui se croisent. Ce fut Satsuki qui prit l'initiative. La respiration de Tooru se bloqua, il ne songea même pas à protester lorsque celui-ci le fit se rallonger. C'était un baiser somme toute plutôt sage. Doux, une douceur qui lui était peu commune. Sans même s'en rendre compte, ses mains s'étaient glissées contre ses hanches. Il aurait souhaité que ce baiser ne s'arrête pas. Il était tout nouveau pour lui, presque chaste. Lorsqu'il fut rompu, Tooru remarqua qu'il avait fermé les yeux, son rythme cardiaque s'était emballée. L'expression de Satsuki devait-être le reflet de la sienne, parfaitement hagard. Satsuki reprit la parole, et ce qu'il dit le toucha, plus que n'importe quelle déclaration. Il avait envie de lui ?

    Ses mains glissèrent le long de ses hanches, resserrant le tissu du tee shirt ample qu'il avait enfilé autour de son corps, pour en apprécier les formes, elle passèrent sur ses épaules. Il redécouvrait son ami sous un autre jour. Satsuki était si fin. Tooru attira à nouveau son ami à lui, un nouveau baiser, mais cette fois Tooru demanda l'entrée de sa bouche, mêlant leur langue en un ballet sensuel, ils se découvraient, ses mains glissèrent sous son tee shirt, sa peau était si douce, un peu fraiche. Il pouvait sentir ses os. C'était Satsuki, et il avait envie de lui. Pas de sexe brute, non. C'était plus fort que ça. Ses mains caressaient chaque parcelle de son dos, cherchant à mémoriser chaque courbe, dérivant vers les flancs, s'attardant sur les reins. Il n'interrompit le baiser, que pour dire dans un souffle.

    « J'ai envie de toi aussi Satsuki. »

    Sa voix avait prit cette teinte un peu plus rauque, son regard brillait un peu plus, et il voulait goûter à ses lèvres encore et encore. Il ne voulait rien précipiter, cela aurait été gâcher. C'était si surréaliste, qu'il se sentait presque timide, n'osant pas s'infiltrer partout, il n'osait même pas lui ôter son tee-shirt, préférant caresser la peau, comme il l'aurait fait pour la plus douce des soies. Il n'arrivait pas à s'ôter cette impression de faire quelque chose de mal. Pourtant son corps ne semblait attendre que ça depuis longtemps. Il appelait Satsuki, mut par une impulsion, il inversa leurs positions. Il colla son front contre celui de son ami, et chercha son regard. C'était si surréaliste, dire qu'il y a quelques heures encore, il appréhendait leur rencontre. Il se rendait compte maintenant d'à quel point il avait été stupide de ne pas vouloir ruiner leur amitié.

    Au dessus de lui, il ne se lassait pas de le détailler, ses yeux sombres, même son maquillage, dans la semi obscurité. L'ambiance était si intime, il avait l'impression d'être seul au monde avec lui, noyer dans la nuit. Eclairer par la demi lune, jamais ils n'avaient été si proche. Tooru attrapa l'une de ses mains, il lia leurs doigts, et lui offrit un léger sourire.

    « Pourquoi on a pas essayé avant ? »
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Mer 2 Juin - 1:08


Il ne me repoussa pas. Non. Au lieu de ça, ses mains glissèrent sur mes hanches avant qu'elles ne viennent m'attirer à lui. Nos lèvres se rencontrèrent à nouveau et cette fois c'était l'initiative de Tooru. Mes yeux se fermèrent instinctivement, je voulais me laisser aller à ses caresses et ses gestes bien que je lui montrerais également tout le savoir-faire qui me valait ma belle réputation. Un soupir m'échappa lorsqu'il approfondit notre échange, sa langue vint caresser la mienne et je lui accordai avec plaisir les caresses retours. L'intrusion était appétissante, cela suffisait pour déchainer les battements de mon cœur contre ma poitrine et...collé à la sienne, Tooru ne pouvait que s'en apercevoir. Mais je m'en fichai bien. Pas question de m'arrêter maintenant, je n'aimais déjà pas m'arrêter en temps normal, alors avec Tooru je n'y pensai même pas. Notre baiser était presque passionné, pourtant je pouvais sentir la timidité qui émanait de nos deux personnes. Tous les deux savions pertinemment que nous ne n'agissions pas comme ça avec les autres. Je comprenais en ce qui me concernait mais pour Tooru ?...

Lui aussi avait envie de moi alors ?...Alors peut-être que je pouvais espérer ?...Mais où cela nous mènerait-il nous qui ne sommes pas du tout de ce genre là ? On couche avec tant de personnes, est-ce que se mettre en couple signifierait l'arrêt définitif de tout ça ? Je ne sais pas si je le supporterais et Tooru certainement pas. Je chassai rapidement ces pensées sournoises et traitresses de ma tête. Ce n'était pas le moment de penser à l'avenir, il fallait d'abord faire le mal. Et nous verrions après ce que ce mal impliquerait. J'eus un léger hoquet lorsque mon petit blond renversa nos positions. Je me retrouvais sous lui après avoir savouré ses caresses sur mon dos, j'étais à présent dans l'herbe et je lui souriais doucement. Il me regardait, je le regardai aussi, je ne m'en lassai pas...la lumière des réverbères entourant le chemin du parc nous enveloppait d'une lumière douce alors que la nuit noircissait. Mon cœur battait la chamade, le sien aussi. Il prit alors doucement ma main et lia nos doigts, je refermai les miens contre sa main en le regardant toujours.

« On a du temps à rattraper... » répondis-je doucement.

De ma main libre, je glissai contre son torse en douceur découvrant d'abord les formes de son corps à travers le tissu du t-shirt blanc. En arrivant sur le bord, je fis glisser ma main sous le tissu au niveau de sa taille, mes doigts fins parcoururent le ventre, le torse et la poitrine à une vitesse très lente. Je le fixai toujours dans les yeux, mon souffle se réchauffait rien qu'avec le toucher. Le silence nous enveloppait à présent. Il n'y avait plus personne dans le parc, nous étions complétement seuls. Enfin, je récupérai ma main (à regret, parce-que cela signifiait beaucoup pour moi) pour la glisser à son tours le long de son bras, jusqu'à son épaule pour redescendre vers le bas du t-shirt que je lui ôtai alors. J'en profitai pour le regarder, à la clarté lunaire et la faible clarté des réverbères, il était magnifique. Ses tatouages, pleins de sauvagerie ne tenait pas compte de la douceur qu'il faisait preuve avec moi. Jamais je ne lui avais demandé leur signification, mon imagination fertile faisait ce travail tout seul. Tooru. Je levai une nouvelle fois les yeux vers lui, frôlant sa peau du bout des doigts avant de me redresser. Sa peau semblait m'appeler me suppliant de la dévorer, de la gouter...

Mes lèvres se posèrent sur son épaule alors que mes mains glissaient contre ses flancs. J'ouvris la bouche et mordis l'épiderme encore frais. Je n'avais qu'une envie, le réchauffer autant que je le pourrais. Je voulais juste ne pas aller trop vite, prendre mon temps, pour que ce moment dure le plus longtemps possible. Je reculai doucement pour le regarder, avant de plonger avec lenteur vers la base de son cou, léchant le bout de chair vif et fragile avant de remonter lentement sur sa pomme d'adam, son menton, sa mâchoire que je mordis légèrement avant de finir la course entre ses lèvres pour un nouveau baiser intense qui faisait battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Mer 2 Juin - 3:12

  • Du temps à rattraper. Oui. Sans doute. La main de Satsuki se posa sur son torse, et il senti un frisson remonter doucement le long de sa colonne. Et il comprit que la distance qu'il avait volontairement mis entre eux, avait été une protection. Il s'était protégé lui même de l'attirance qu'il ressentait pour son ami. Tooru soupira lorsque la main s'infiltra sous son tee shirt, mais il ne pouvait détacher ses yeux de ceux de Satsuki, ils se caressaient sagement. Tooru l'aida à ôter son tee shirt, et la fraicheur nocturne le fit frémir. Un sourire léger se forma lorsqu'il s'aperçut que son ami le détaillait sans pudeur. Il ferma les yeux en sentant ses lèvres sur son épaule, tracer leur chemin, mordiller sa peau. Il se sentait si bien, il n'avait même pas envie de reprendre les rennes, il aimait avoir le contrôle lors des étreintes. Mais c'était différent, c'était Satsuki. La tête en arrière alors qu'il s'attaquait à son cou, puis il la ramena docilement pour un nouveau baiser.

    Il souhaitait le maintenir contre lui, mais il souhaitait également sentir sa peau contre la sienne. Il le fit se redresser, n'interrompant le baiser que pour lui ôter son tee shirt six fois trop larges, et l'étaler derrière lui pour qu'il ne soit pas à même le sol. C'était à son tour de l'observer. De le détailler pour mémoriser chaque détail. Doucement il ne poussa à se rallonger et glissa une jambe entre les siennes, collant leur torse l'un à l'autre. Il reprit ses lèvres, c'était une gourmandise dont il devenait accroc. Puis il descendit sur sa mâchoire, retraçant l'arrête à l'aide de sa langue. Avant de venir mordiller le lobe tentant. Il avait envie de lui chuchoter à l'oreille, mais il ne savait quoi lui dire, il n'était pas même pas sur de savoir exactement dans quoi il s'embarquait.

    Ses mains s'attardèrent sur ses côtes, sur son ventre plat. Du bout du pouce il massa les extrémités rosées. Il en était presque gêné, Satsuki avait été son meilleur ami, il l'était toujours d'ailleurs. Faisait-on vraiment ce genre de chose à son meilleur ami ? En tout cas, le corps de Tooru n'était pas contre, et il n'avait aucune envie de s'arrêter. Ses lèvres descendirent le long de son cou, s'attardant dans le creux, y enfouissant son visage pour s'enivrer de son odeur. Son meilleur ami. La seule personne qu'il respectait vraiment. Il posa ses lèvres, pour déposer de légers baisers sur sa peau, qui descendaient vers la naissance de son torse. Il releva une fois les yeux vers Satsuki. Allaient-ils aller jusqu'au bout ? Il espérait juste que cela ne mettrait par leur amitié en péril.

    Ses lèvres, légèrement entrouvertes, frôlait sa peau, laissant courir son souffle, embrassant parfois la peau, faisant jouer son piercing la première fois sur l'un de ses bourgeons sensibles. Ses mains faisaient des allées retour sur ses flancs, ses bras, son cou. Il ne se souvenait pas avoir été aussi doux avec quelqu'un. Mais il voulait se démarquer de tous les amants de Satsuki, il ne voulait pas lui apparaître comme l'un de ses clients, il ne lui demandait rien d'autre que de le laisser prendre soin de lui. A nouveau il continua sa progression, embrassant son ventre, jouant avec son nombril. Ses mains caressèrent ses hanches, par dessus son étroit pantalon, il ne voulait pas le presser, et il ne voulait pas se montrer brusque avec lui, alors se contentait pour le moment d'arabesque enflammés sur son bas ventre. Pourquoi se montrait-il si prudent ? Satsuki était loin d'être un ange, et ils étaient assez amis pour qu'ils aient tout deux échangés quelques anecdotes, et pourtant il Tooru avait l'impression qu'il allait se casser. Il ne voulait pas juste du sexe, il voulait autre chose avec lui.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Mer 2 Juin - 19:38


Les gestes de Tooru étaient tellement surprenants. Je souris en le regardant étaler le t-shirt qu'il venait de m'enlever dans l'herbe pour que je puisse m'y installer dessus. Sauf que je ne voulais pas le salir, je le repousserais probablement lorsque les choses plus sérieuses arriveront. Aussi tard que possible pour profiter à fond de cet instant. Il me rallongea avec douceur, me regardant à son tours comme une sorte de trésor...est-ce que c'était vraiment ce que j'étais pour lui ? Ou est-ce qu'il se demandait juste pourquoi la plupart des hommes sont à mes pieds ? Mon physique était certes attrayant mais ça ne faisait pas tout, en tout cas pas pour Tooru...Je me mordis la lèvre alors qu'il se penchait contre moi, mêlant une jambe aux miennes et notre peau se collant doucement l'une à l'autre.

La sensation était grisante, je n'avais encore jamais ressenti ça et instinctivement je me cambrai contre lui comme pour approfondir ce contact simple de notre épiderme l'un contre l'autre. Ses lèvres revinrent à moi, délicieuses, douces et sensuelles. Je glissais une main à sa nuque que je serrais légèrement mes ongles s'enfonçant avec douceur dans la peau déjà marqué par les tatouages. Une nouvelle fois nos langues se trouvèrent, jouèrent et s'enlacèrent. C'était tellement étrange, j'avais l'impression d'être dans les bras d'un homme pour la première fois et lorsque ses lèvres quittèrent les miennes pour découvrir mon corps, la sensation se renforça encore. Je tournais la tête sur le côté, les yeux fermés, le souffle déjà court et les reins cambrés.

Ses caresses devenaient enivrantes, j'avais l'impression d'être vierge et je découvrais un aspect de Tooru que je ne soupçonnais pas. Sa douceur. Une douceur qui me rendait presque humain ? Avec les autres je n'avais toujours été qu'une poupée. Une poupée qui savait particulièrement bien faire une fellation ou rendre fou de frustration son partenaire. Mais ils ne me voyaient tous que comme un jeu, une chose douée, rien de plus. C'était ce que j'avais voulu, alors je ne m'en plaignais pas et ça ne me dérangeait en aucune façon. Ça ne me dérangerait pas plus les prochaines fois. Mais je découvrais pour une fois ce que ça faisait d'être considéré, et peut-être même de compter pour quelqu'un. Quoiqu'il en soit, c'était la première fois que je me donnais à quelqu'un qui comptait vraiment pour moi et c'était comme faire l'amour pour la première fois.

Je retins ma respiration lorsqu'il s'attarda sur mes boutons de chair avant de reprendre mon souffle, jusqu'à son arrivée sur mon bas-ventre. Je soupirai doucement. Une de mes mains s'emmêla doucement dans sa tignasse blonde et je finis par me redresser. Je voulais lui montrer mes talents, je voulais lui offrir ça parce-qu'il le méritait, lui plus que quiconque. Je resserrais doucement ma main dans ses cheveux et contre sa nuque pour le remonter à mes lèvres. Je passai ma langue entre les siennes avant de la glisser vers son oreille que je léchais sans pudeur avant de mordre le lobe assez fort pour lui faire ressentir une pointe de douleur mais pas assez longtemps pour être désagréable.

« Tu vas expérimenter mes talents... » soufflai-je doucement dans le creux de son oreille.

D'un petit mouvement de hanche, je le fis basculer dans l'herbe pour pouvoir m'installer sur lui et pour avoir plus de liberté et profiter un peu plus longtemps peut-être des préliminaires, je glissai mes mains le long de son torse pour arriver à son pantalon que je déboutonnai en regardant Tooru dans les yeux. Je lui enlevai alors frôlant son sous vêtement au passage mais sans aller plus loin. Je me redressai pour enlever le mien, avec sensualité. Je lui aurais bien fait un strip-tease si nous avions eu un peu de musique, mais ce serait pour une prochaine fois. J'arborai maintenant un tout petit boxer ultra-collant et bleu turquoise. Je revins m'installer à califourchon sur lui, un petit sourire en coin et je vins prendre ses mains doucement dans les miennes. Je scellais encore une fois nos lèvres alors que je commençai de lents mouvements contre son bas-ventre descendant tout doucement jusqu'à ce que les mouvements atteignent son sexe encore emprisonné par le tissu du boxer. Je resserrai mes doigts sur ses mains réfrénant une vague de désir qui m'envahissait. Je du relever légèrement la tête pour prendre mon souffle doucement, le plaisir déjà peint sur mon visage par anticipation.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Mer 2 Juin - 20:28

  • La main de Satsuki entremêler dans ses cheveux, l'incitait à continuer, pourtant, il le rappela à lui. Reprenant un nouveau baiser, qui dériva vers son oreille, et un léger gémissement lui échappa, il posa la main contre sa nuque. Mélange d'une légère douleur, et d'un plaisir qui montait très surement. Sans même songer à protester il laissa son ami prendre le dessus, ses mains posées sur son torse faisait naître mille frissons. Il rentra son ventre noué par l'anticipation lorsqu'il senti les mains sur son pantalon, Tooru leva les yeux et mordit sa lèvre. Satsuki était-il comme ça avec chacun de ses amants ? Dans ce cas, il comprenait parfaitement que ses clients reviennent. Lorsqu'il frôla la bosse qui se formait, il senti le sang affluer. Il allait le rendre fou. Il l'observa se déshabiller avec envie, ses jambes si fines, qu'il avait envie de sentir contre ses paumes, contre ses lèvres. Mais il ne lui laissa pas le loisir de l'observer plus longtemps.

    A nouveau sur lui, il lia leurs mains, reprenant un baiser, tandis qu'il sentait les délicieuses ondulations du bassin de son ami contre le sien. Il resserra sa prise sur sa main en même temps que Satsuki. Il avait de plus en plus envie de lui, il mordilla sa lèvre, il aurait voulut ne jamais lâcher ses mains, mais l'envie de le caresser fut plus forte. Il les déposa contre ses omoplates, le bout de ses doigts frôlaient le chemin tracé par sa colonne vertébrale, elles dérivèrent vers ses hanches, puis gagnérent la peau douce de ses cuisses, les caressants, les massant. Son bassin faisait échos à celui de Satsuki, et bien vite il eut envie de plus. Satsuki lui avait montré ses talents, ils les appréciaient à leur juste valeur, mais il ne voulait pas se faire l'effet de ses profiteurs. Il reprit ses lèvres avec envie, et resserra la prise sur ses cuisses pour à nouveau inverser leurs positions. Un sourire aux lèvres, un peu taquin, ses doigts vinrent jouer avec l'élastique de son boxer, caressant sagement l'aine, alors qu'il revint gouter à la peau de son cou. Mordillant son lobe, il murmura.

    « Satsu, à moi de te montrer. »

    Pourquoi avaient-ils tant attendus ? Ils se connaissaient si bien, il n'y avait pas de raison d'avoir de gêne. Tooru pouvait faire tomber son masque, et abandonner l'attitude provocante qu'il servait à ses amants. Il ne pouvait nier son désir, et son envie de le voir entièrement nu. Ses mains remontèrent, pour tirer sur le boxer, il se redressa pour le lui retirer, il conserva l'une de ses chevilles entre ses mains, la posant son son épaule. Il prit quelques secondes pour l'observer, observer ses yeux, puis la globalité de ce qui lui était offert. Tooru se pencha doucement à nouveau, embrassant sa jambe, mordillant la chair convoité de ses cuisses, glissé entre elles, il n'avait pas envie de frustrer inutilement Satsuki. Sa langue, décoré de son piercing s'attaqua d'abord aux testicules, puis à sa verge dressé. Satsuki était son meilleur ami, et c'est pour cette raison qu'il lui ferait la meilleur fellation de sa vie. Il jouait de la pointe de la langue sur le gland, puis appuya de sa langue là ou les veines étaient gonflées, jouant de son piercing sur la peau si sensible. Il retourna aspirer l'extrêmité, puis pris la virilité en bouche, appliquant un rythme doux, se laissant guider par les réactions de son amant.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Mer 2 Juin - 22:38


A ma grande surprise, Tooru renversa à nouveau nos positions. J'étais pourtant loin d'avoir terminé ma démonstration mais la nuit n'était pas encore terminée, j'avais tous le temps de lui montrer ce que je savais faire. Je soupirai doucement à chacune de ses caresses qui m'enveloppaient et me transportaient. Ses mains, fortes, n'en étaient pas moins incroyablement douces. Je le regardai avec un léger sourire malicieux alors que ses caresses faisaient affluer le désir dans ma virilité. A lui de me montrer ?...Je ne disais pas non, je voulais voir aussi de quoi il était capable, il allait probablement me surprendre, déjà il me surprenait depuis notre premier baiser, alors j'étais curieux. Quand il vint embrasser mon cou je soupirai doucement.

« J'ai plus de talents que ça...mais ça attendra...j'veux voir aussi les tiens... » murmurai-je contre son oreille.

Ses mains s'attardèrent sur mon micro-boxer, il semblait le gêner et lui ne se gêna pas pour me l'enlever directement. Je souris à nouveau en le regardant en train de me regarder. Je su à ce moment là que je lui plaisais physiquement. Son regard ne pouvait pas mentir. Je lui plaisais comme un trésor enfoui et redécouvert des milliers d'années après. Je me mordis la lèvre, cette constatation me ravissait et m'excitait d'autant plus. Je me retrouvai ainsi nu sous son regard. Il prit une de mes jambes la caressant lentement pour venir poser ma cheville sur son épaule, je soupirai alors que sa langue traçait un long chemin jusqu'à mon haine. J'étais déjà tendu, je pouvais sentir les spasmes dans mon bas ventre.

Mais il ne s'arrêta pas là, sa langue s'attarda sur le bas de ma verge avant de remonter. La sensation était fabuleuse, je la connaissais bien évidemment mais c'était tellement différent avec Tooru. J'avais l'impression que la moindre pression d'une partie de son corps contre le mien était l'extase absolu et si je n'étais pas habitué j'aurais pu jouir en l'espace de quelques secondes. Seulement voilà, je savais bien me retenir pour donner le plus de plaisir à mon partenaire, je m'étais beaucoup entrainé seul pour ça, et le plaisir avec Tooru n'en durerait que plus longtemps encore. J'attrapai un de ses mains pour la serrer dans la mienne, j'avais envie de plus. Son piercing était un plaisir de plus, j'aimais cette particularité chez mes partenaires mais peu en avait au final et c'était une bénédiction que Tooru en ait un. Je lachai un petit gémissement de bien être. Je pouvais faire beaucoup plus de bruit mais il fallait être dans l'ambiance, maintenant ce n'était que douceur et frustration, soupirs et gémissements.

« Tooru... » soupirai-je doucement « prends-moi un peu...j'en ai envie...je veux te sentir... »

Un nouveau soupir. Je ne ferais sans doute pas les choses dans l'ordre ce soir. Impossible avec Tooru. Pour le moment, je voulais juste le sentir en moi un peu. Mais je voulais lui donner quelque chose aussi avant d'attaquer les choses sérieuses. Une pause serait donc nécessaire, une pause où je devrais être capable de maintenir sa pression sanguine forte. Et je savais le faire. Il en serait témoin. Je soupirai encore et je l'approchai de moi pour l'embrasser avec envie et passion, j'amenai ensuite une de ses mains le long de mon torse lentement et glissai son index entre nos lèvres avant de le lécher lentement puis entièrement. Je levai mes yeux vers les siens. Mes mains glissèrent vers son boxer pour m'emparer de sa virilité. Avant toute pénétration, il devait d'abord être bien dur lui aussi.

Une fois fait je relâchai une main pour attraper mon sac, une petite poche et plusieurs petits carrés de couleur rose que je laissais tomber près de ma tête avant de reprendre ses lèvres. Mon corps était en feu. J'avais envie de tout essayer avec lui, nous devions impérativement nous retenir sinon il faudrait remettre ça et je ne savais pas si Tooru m'en laisserait l'opportunité dans le futur. C'était ma chance. Ma chance de l'avoir pour moi et seulement moi. Mon petit blond.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tooru Maeda
& Child Prey

avatar
•• Messages : 150

MessageSujet: Re: Douce expiation Mer 2 Juin - 23:17

  • Satsuki l'étonnait un peu plus à chaque fois. « Prends moi un peu. ». C'était tentant et frustrant à la fois, il songeait sérieusement qu'il allait parvenir à s'arrêter, alors qu'il ne rêvait que de ça. Mais son ami semblait décidé, il l'interrompit, et l'attira à lui pour un nouveau baiser, dans lequel il mêla son propre doigt. Son ami avait toujours été inventif, il n'avait pas imaginé jusqu'à quel point. Tandis qu'il suçait son doigt, ses mains s'afféraient à lui ôter son boxer, le tout en le regardant droit dans les yeux. Il était si excitant, il rejeta la tête en arrière lorsqu'il se mit à le masturber. Satsuki ne semblait avoir aucun complexe, pas plus que Tooru en fait, mais il n'avait sut ce que cela faisait de coucher avec un amant totalement libéré. Or, là il avait envie de Satsuki à en avoir mal, il l'observa déverser des préservatifs sur le sol. Il était drogué de ses baisers, de son corps, il avait envie de le posséder, encore et encore.

    C'est le souffle court, qu'il attrapa un préservatif, le déballant d'un geste précipité, il se redressa pour le mettre correctement, puis fondit à nouveau contre les lèvres de Satsuki. Leur baiser trahissait leur envie. Tooru n'avait jamais été patient, et il dut se faire violence pour se résoudre à préparer son ami. Au final, il ne savait même pas s'il en avait besoin, mis il introduisit son doigt humide de salive en lui, et poussa un léger grognement dans le baiser. Il ne se souvenait pas avoir déjà été dans un état semblable, et ce sans aucune drogue. Sous drogue... il ne préférait même pas y penser. A bout, il ne parvint à attendre plus longtemps, il échangea un regard avec son ami, il lia leurs mains et posa celle de libre sur la hanche. L'extrémité de son sexe contre son intimité, il poussa tout d'abord doucement. Mais à nouveau l'impatience lié à la sensation exquise qu'il ressentait, l'incita à finir de le pénétrer un peu plus brusquement, il poussa un nouveau gémissement et s'excusa en reprenant ses lèvres. C'était trop bon. Il voulait qu'il le prenne un peu ? Mais comment s'arrêter, il rompit le baiser, resserrant sa prise sur sa main, et enfouissant son visage contre son cou, donnant de profonds coups de bassins. Il se redressa un peu pour pouvoir le regarder, garder ses yeux dans les siens. Il était si beau. Il avait songé qu'il serait gêné de coucher avec Satsuki, qu'il n'arriverait pas en songeant que son ami le comparait peut être à ses autres amants. Mais en voyant son regard il voulait croire qu'il ne pensait qu'à lui à cet instant.

    « Tu veux vraiment que je m'arrête ? »

    Son corps protesta contre sa soudaine immobilité, il s'était arrêté en pleins milieu d'un nouveau coup de bassin, et il n'avait qu'une envie le continuer, le pénétrer encore et encore jusqu'à ce qu'il s'abiment dans le meilleurs orgasme de leur vie. Et puis, sans aucun doute recommencer. Il était ivre de lui, de son corps, de son inventivité, il avait envie pour la première fois de se laisser manipuler par Satsuki, de suivre ses envies, au détriment des siennes.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Satsuki Kimura
& Underground Color

avatar
•• Messages : 98
Localisation : Hell with DarkKitties

MessageSujet: Re: Douce expiation Mer 2 Juin - 23:44


Les baisers et la chaleur de nos corps rendaient le mien plus décadent encore. Tooru semblait aussi désireux et passionné que moi et il avait vite compris à quoi leur servirait les petits carrés roses. Il en enfila un avec facilité et rapidité avant de revenir contre moi, mes mains se perdaient sur sa peau marquée d'encre. Je lâchai un soupir quand je sentis un doigt en moi, ça n'était certes pas très utile pour moi mais j'aimais cette première sensation qui rallongeait un peu plus les préliminaires avant l'essentiel. Tooru le retira pourtant rapidement alors que je soulevai légèrement le bassin pour l'accueillir, j'étais fou. Fou de lui, de le sentir et moi et je poussai un petit cri de satisfaction en le sentant doucement puis plus brusquement en moi. J'eus un léger rire de plaisir, resserrant mes ongles contre la peau de ses épaules. C'était si bon de l'avoir ainsi, rien que pour moi, en moi et j'étais loin d'avoir envie que ça s'arrête maintenant.

De nouveau, nous nous embrassâmes. On aurait dit deux drogués du sexe. Sauf que ce n'était pas vraiment du sexe dont j'étais accros à ce moment là. Et pour Tooru ? Agissait-il comme ça avec tous ses partenaires ? Comment est-ce que je pouvais le savoir. Je préférais ne pas y penser pour le moment. Ce moment là, c'était le notre. Rien que nous deux. Et aucune pensée stupide ne viendrait me gâcher le plaisir que j'éprouvais en cet instant. Je remontai une main dans ses cheveux alors qu'il la redressait pour me regarder. Ses coups de bassins étaient fabuleux. Simplement justes et parfaits. Parfaits avec mon corps. J'ancrai mes yeux dans les siens en gémissant encore.

Si je voulais vraiment qu'il s'arrête ? Bien sur que non ! Mais je voulais l'avoir dans ma bouche aussi et je du faire un effort surhumain pour me redresser et le basculer une nouvelle fois. Je restai encore un peu sur lui donnant à mon tours des coups de bassins vifs me tirant des gémissements et je finis par me relever, tenant son membre en main pour prolonger les mouvements de mon bassin. Je m'allongeai alors contre lui, simplement dans le sens inverse et relevai négligemment une jambe pour un meilleur appui. Je passai alors ma langue sur le bout de sa virilité avant de glisser le long pour atteindre ses testicules que je gobai avec un plaisir non dissimulé. Après avoir joué avec alors que main continuer à maintenir la pression, je le pris enfin entièrement et jouai de ma langue le long du membre avant de commencer des mouvements d'abord lents puis un peu plus vifs.

Tooru avait été particulièrement gâté par la nature et j'eus du mal à le prendre entièrement mais peu à peu j'y parvins. J'étais fier de lui donner autant, je ne faisais pas cet effort pour tout le monde puisque souvent, moins suffisait largement à m'élever comme le meilleur des amants. Mais pour Tooru...j'avais vraiment envie de lui faire plaisir, lui montrer tout ce que je savais faire. Je suçotai doucement le bout du gland avant d'en faire le tour avec ma langue et le reprendre encore pour des mouvements enivrants dans lesquels je resserrai l'étau de mes lèvres pour faire augmenter sa pression sanguine. Je n'avais jamais autant aimé faire ça à quelqu'un. Pourtant j'aimais ça mais encore une fois...il s'agissait de Tooru. Je levai les yeux pour le regarder, j'étais moi-même en érection rien que par ce que je lui faisais. Lui faire plaisir...me faisait plaisir.

« Tu voulais vraiment...manquer ça ? » demandai-je en souriant.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Contenu sponsorisé
&



MessageSujet: Re: Douce expiation

Revenir en haut Aller en bas

Douce expiation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu ♦ オフサイドで :: 2010-