AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Notre nouveau Forum Coup de Coeur !!
Changement de design en Cours ~ Nouveau postes vacants en écriture ~ Nouveau contexte en ligne ~ A venir : Un recensement & un recrutement de modérateurs.

First talk at night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Hey, Look ! It's Tetsuya Mori
& || Draw into Oblivion ~

avatar
•• Messages : 31

MessageSujet: First talk at night Sam 8 Mai - 17:44

    Cela faisait à présent trois semaines que j'étais dans ce lycée qui m'apparaissait être de plus en plus étrange, mais personne ne semblait s'en rendre compte, ou alors personne ne voulait en parler. C'était sans doute plus ça qu'autre chose d'ailleurs, car je ne pouvais pas être le seul à voir tout ça, mais au fond, qu'est-ce que ça pouvait bien me faire ? Pour l'instant j'étais tranquille, même les élèves ne me prêtaient pas trop d'attention. Je pouvais continuer simplement ma petite vie et personne ne m'ennuyait. Je ne saurais dire si je me plaisais ou non ici... ce n'était pas mieux ni pire qu'un autre lycée, alors être ici ou ailleurs qu'est-ce que ça changeait ?

    Je soupirai et terminai de recopier le dernier paragraphe de ma dissertation, j'avais encore plusieurs jours devant moi pour la finir mais au moins je n'aurais plus à m'en soucier, et puis je n'avais pas d'autres choses à faire alors bon. Je posai mon stylo et regardai l'heure. Il n'était pas tard, ou en tout cas je n'avais pas spécialement envie de me coucher tout de suite. Je n’avais pas l’habitude de dormir beaucoup, je n’aimais pas dormir trop, et en fait je détestais par-dessus faire la grasse matinée. L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, non ? Je trouvais que dormir était une perte de temps, peut-être parce que mon oncle n’avait cessé de me répéter qu’il n’y avait que ceux qui n’avaient aucune ambition qui s’offrait ce luxe pour rêver leur vie. J’avais beau ne pas être influençable, parmi tout ce avec quoi il m’avait bourré le crâne, il avait bien fallu que je laisse passer certaines choses. Et ce devait en faire partie... la seule chose en fait quand j’y réfléchissais bien, car maintenant que je ne vivais plus avec lui je pouvais cesser de faire semblant d’être comme il le voulait, même si je ne l’avais fait qu’un minimum.
    Je rangeai mes affaires - je n'aimais pas laisser traîner - et me relevai. Je jetai un rapide coup d'œil aux livres que j'avais sur ma table de chevet, ce n’était que des livres que j’avais lu et relu, qui me servaient pour les cours mais je les connaissais et n’avais pas très envie de les relire encore une fois alors qu’il devait y avoir des tas de livres que je n’avais jamais lu à la bibliothèque du lycée. Cette perspective était déjà plus intéressante. Je décidai donc d’y aller. J’attrapai quelques bonbons dans la poche qui était dans le tiroir de mon bureau, fourrai mon portable dans la poche de ma veste et sortis finalement de ma chambre après avoir éteint la lumière.

    Bon, pour moi il n’était pas tard, mais j’étais certain que pas mal d’élèves devaient déjà dormir... Sérieux, il était quand même plus de minuit. S’ils étaient un minimum studieux... quoique, ça ne voulait rien dire, j’étais studieux et pouvais rester éveillé jusqu’à 2h du matin. Cela me laissait cinq heures de sommeil, ce qui était suffisant. Je sortis en silence du dortoir pour ne gêner personne, et filai à l’autre bâtiment où se trouvait la bibliothèque. Le lycée de nuit était tellement plus agréable, il n’y avait aucun bruit c’était presque fantomatique mais tellement plus reposant. Je montai les étages et après quelques minutes j’arrivai devant les portes de la bibliothèque. Je posai la main sur la poignée et la tournai, m’attendant à ce qu’elle bloque vu l’heure qu’il était, mais non. J’entrai donc, les lumières sur les tables étaient allumées ce qui donnait une ambiance tamisée et mystérieuse à la pièce.
    Je fis quelques pas, les yeux levés vers les panneaux qui désignaient la catégorie de livres qui se trouvait dans tel ou tel rayon. J’hésitai une seconde et tournai finalement vers les livres littéraires, je ne savais pas trop ce que je cherchais, et dans la pénombre ce serait sûrement pas le plus simple mais je finirais bien par trouver. Je commençai méthodiquement, par mes auteurs préférés et après plusieurs longues minutes de recherche je tombai sur un ouvrage dont j'avais déjà entendu parler et que je voulais lire. Je le pris donc et repartis vers les tables.
    Autant lire ici, c'était fait pour ça après tout, non ? Et je préférais nettement être ici que dans la chambre qui était la mienne... était-elle un peu trop impersonnelle ? Sans doute pour cela qu'elle me gênait, cela dit je ne voyais pas quoi faire pour changer cette impression... l'habitude était probablement le seul remède.
    Je m'installai donc près de l'une des lampes, remontai mes jambes sur la chaise et me plongeai dans ma lecture.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Aoi Ryutaro
& I Break your Heart Baby

avatar
•• Messages : 30

MessageSujet: Re: First talk at night Dim 9 Mai - 9:38

    Quant à moi, j’étais fortement à classer les dossiers des élèves dans l’ordre alphabétique, pour que Yoshiki soit bien plus facilement pour prendre le dossier de l’élève concerner. Disons que comme on est deux à y travailler, dans l’infirmerie. Autant qu’on s’entraide plutôt qu’on dérange l’autre. Une fois que mon travail fut terminé, je me rendis dans les couloirs, me rendant compte que j’avais oublié de ramener un livre à la bibliothèque. Je me mordillais la lèvre nerveusement, n’espérant en aucun cas, croiser quelqu’un aujourd’hui. Disons que je fais mon possible pour ne pas les approcher. Pourtant, lorsque je me rapprocher prés du sanctuaire des livres, j’apercevais un être de petite taille, surement un étudiant, la tête plonger dans un livre. Je me rapprochais de sa personne avant de poser ma main sur son épaule, et lui accorder un sourire amical.

    - Tu sais, vu l’heure, le meilleur endroit pour lire… C’est dans ton lit, sauf si tes colocataires ronflent… Dans ce cas, je te comprends.

    Sur ces mots, j’allais a la rencontre de l’étagère n ° XII, section médecine pour y remettre le livre en place, et réajuster mes vêtements, tout en revenant au prés du jeune élève. Il avait cet air androgyne, sur un point, on pourrait dire qu’il avait des traits féminins. Sauf que la, c’était un garçon, sans doute charmant, avec toutes les qualités qui vont avec. Cependant, me connaissant, je ne préférais pas juger les gens sur leurs apparences, ainsi donc, je me relevais avant d’aller au fond de la bibliothèque, la ou se trouve pleins d’oreiller pour qu’on puisse s’y assoir, la ou d’ailleurs, je m’étais mis assis. Ce n’est pas que je voulais lui imposer ma compagnie, mais que j’aimais être seul, … seul quand je ne travaillais pas. Je me massais soudainement la nuque, avant d’entendre un miaulement provenir de derrière la fenêtre. Surpris, je me levais, m’avançant vers cette dernière et l’ouvrit de quelques espaces à peine avant de prendre la petite boule de poil dans mes bras, au creux de mes mains. Il était trempé et tremblait de froid, le pauvre. Dehors, il pleuvait, le temps lui – même, menaçait d’être à l’orage. Donc, je ne peux que comprendre cette pauvre bête qui ne demande qu’un peu de chaleur. Je me remis sur les coussins avant de mettre le chaton contre mon torse, sous mon pull, pour qu’il puisse se réchauffer, tout en l’essuyant un peu avec le tissu de mon haut. Dans le silence étonnant de la bibliothèque, on pouvait entendre un fin ronronnement qui ne faisait que prouver que le bébé chat, allait de mieux en mieux.

    - Je t’amène à la maison, demain… puisque tu semble être SDF, pauvre petite bête.

    Avais – je chuchoté a l’encontre de la bestiole à quatre pattes. Je la regardais, une fois que ce petit être, avide de lait et d’autres aliments en tout genre, allait mieux. Posant ma paume contre son dos et l’autre sur ses quatre pattes, avant de remarquer qu’il boitait douloureusement, en faite. D’un geste nerveux, j’attrapais mon mouchoir propre en tissu, avant de le déchirer pour qu’il puisse devenir un bandage et le nouait autour de sa patte. Il était vraiment dans un piteux état. Je me relevais avant de revenir au prés de la table, ayant besoin d’un peu de lumière pour vérifier que le chat n’avait aucune autre blessure. Je sais que le miaulement du chat allait sans doute déranger le garçon, du coup, je relevais la tête pour le regarder.

    - Désolé de te déranger… si tu veux, je te laisse ?

    Demandais – je subtilement avant de reprendre le chaton contre moi, me relevant une énième fois pour finalement me rendre au prés de la porte… comme étant sur le point de partir. En clair, je me demandais si je devais rester ou partir. Parce qu’après tout, je ne suis pas le seul a décidé. Pas vrai ? … C’était a l’étudiant de voir si ma présence le convenait ou non, même si je fais partit du personnel de l’école. Mais en traitre, je ne savais pas du tout pourquoi je voulais rester, alors que j’aurais pu très bien ramener le chat a l’infirmerie pour le soigner plus en profondeur, et non lui faire un bandage subtile, rien qu’avec un morceau de mouchoir…. Aoi, ressaisis – toi, bon sang…
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Tetsuya Mori
& || Draw into Oblivion ~

avatar
•• Messages : 31

MessageSujet: Re: First talk at night Dim 9 Mai - 22:30

    Je laissai ma lecture prendre possession de mon esprit encore une fois, il y avait bien ça qui parvenait à me faire oublier tout ce qui pouvait se passer autour de moi. Certain trouvait que c'était plus gênant qu'autre chose, mais personnellement je ne demandais qu'à m'isoler le plus possible alors quand je pouvais me couper du monde, même seulement quelques heures, je ne m'en privais pas, ce serait stupide. De plus ce n'était pas comme si ce qui se passait autour de moi pouvait m'intéresser, puisque personne ne se souciait de moi il n'y avait pas de raison pour que je me soucie des autres. Quand bien même mon comportement pouvait choquer ceux qui voulait essayer de parler avec moi et lier une amitié, ce n'était pas mon problème, au moins ils pouvaient facilement comprendre que leur gentillesse ne m'intéressait pas.
    Et ce fut à cause de cette prodigieuse capacité, qu'encore une fois un léger tressautement me prit lorsque je sentis une main se poser sur mon épaule. Quelqu'un était entré dans la bibliothèque? Je n'étais pas le seul débile à me balader dans le lycée en pleine nuit alors? Cela dit, que ce soit pour se rendre aussi à la bibliothèque cela m'étonnait, les élèves ne faisaient pas le mur ici ? Décidément, ils me décevaient de plus en plus. Je relevai la tête vers la personne et me figeai alors qu'il m'adressait un doux sourire :

    “Tu sais, vu l’heure, le meilleur endroit pour lire… C’est dans ton lit, sauf si tes colocataires ronflent… Dans ce cas, je te comprends.”

    J'ouvris la bouche pour répondre quelque chose mais il s'était déjà éloigné. Ah non mais... c'était bien la première fois que je me retrouvais à cours de mot devant quelqu'un. Mais je ne m'attendais pas à croiser l'infirmier à cette heure-ci dans la bibliothèque. Pourquoi fallait-il que ce soit lui ? Cela me troublait assez de le voir dans les couloirs et que nos regards se croisent furtivement sans qu'il m'adresse la parole alors qu'il n'y avait personne d'autre autour pour pouvoir me servir de bouclier.
    Je rebaissai les yeux sur mon livre en l'entendant revenir vers moi, cette fois je n'arrivai pas à me concentrer sur mon livre. Tout ce à quoi mon esprit travaillait était une façon de lui parler sans avoir l'air d'une lycéenne devant son premier béguin. Ce genre de comparaison ne m'aidait pas vraiment d'ailleurs, oui cet homme était ténébreusement attirant mais et alors ? C'était pas une raison pour ne pas agir avec lui comme avec n'importe quelle autre personne... c'est à dire en l'ignorant totalement. Oui, c'était une idée comme une autre, pas si mauvaise, et je ne risquais pas d'avoir l'air d'un idiot. Mais je me prenais moi-même pour un idiot alors était-ce réellement moins grave ?

    Avant que je ne m'arrête sur une solution définitive à cette situation, il se releva et partit plus loin dans la bibliothèque. Quand je fus sûr de n'être plus à portée de vue, j'appuyai ma tête sur ma main et soupirai longuement. C'était réglé, il suffirait que je parte avant qu'il ne revienne par là... ou d'espérer qu'il ne m'adresserait pas une nouvelle fois la parole lorsqu'il ressortirait. Quoiqu'il n'aurait sûrement rien d'autre à me dire... penser qu'il voudrait discuter avec moi était prétentieux, je n'étais qu'un élève et puis bien plus jeune que lui, et puis pourquoi est-ce que mon esprit continuait de tourner si rapidement mes pensées ? Je me frappai le front et repris ma lecture où je m'étais arrêté.
    Je ne parvins cependant pas à savoir si les écrits s'imprimaient à nouveau dans ma tête ou si je m'étais trop absorbé dans mes propres pensées, car lorsque je relevai les yeux en entendant du bruit sur la table, je perdis le fil de mes pensées. Un miaulement? Je tournai les yeux et vis à nouveau Ryutaro-sensei, mais cette fois il avait un petit chat avec lui. Je haussai les sourcils quand il reposa son regard sur moi.

    “Désolé de te déranger… si tu veux, je te laisse ?”

    Encore une fois, il ne me laissa pas le temps de répondre qu'il se releva et s'éloigna, mais cette fois vers la porte. Bon, ce n'était pas plus mal, il partait alors j'allais pouvoir recommencer à penser et agir rationnellement.

    “Non, vous ne me dérangez pas...” dis-je finalement, rompant le silence de la bibliothèque.

    Aaaaah ! C'était quoi ça ? Bon d'accord, s'il voulait rester je n'avais rien à dire de toute manière, mais j'étais pas obligé de l'inciter à rester là. Et puis c'était un mensonge, il me dérangeait ! Mais ça n'empêchait que je ne voulais pas qu'il parte ! J'inspirai silencieusement pour essayer de calmer le chaos de mon esprit et reposai mon regard sur le livre. Je ne le voyais pas de toute manière, et si je faisais semblant de lire il le verrait probablement.

    “Hum de toute manière, c'est moi qui ne devrais pas être ici alors...”

    Je n'osais pas relever les yeux, mais c'est ce qu'il m'avait fait comprendre de toute façon. Si ça se trouve, c'est moi qui le dérangeais et non l'inverse. Je me mordis la lèvre et laissai mes doigts pianoter sur la table alors que j'essayais d'accepter que je n'arriverais pas à me remettre à lire tant qu'il serait dans les parages. Ce n'était pas pour rien que j'essayais d'éviter l'infirmerie autant que faire se peut... passer près d'une heure à me remettre les idées en place n'était pas une activité que j'affectionnais. Mais là c'était foutu, je n'y échapperais pas.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Contenu sponsorisé
&



MessageSujet: Re: First talk at night

Revenir en haut Aller en bas

First talk at night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu ♦ オフサイドで :: 2010-