AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Notre nouveau Forum Coup de Coeur !!
Changement de design en Cours ~ Nouveau postes vacants en écriture ~ Nouveau contexte en ligne ~ A venir : Un recensement & un recrutement de modérateurs.

Can you save me ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Can you save me ? Dim 18 Avr - 20:23

    La tête posée sur ses mains, Atsuro avait du mal à suivre ce cours de littérature. Le théâtre étudié de cette façon c’était barbant. Il préférait de loin les cours de pratique plus que théorie. C’était surement pareil pour tout le monde : la moitié des élèves dormaient sur les tables. En plus le prof avait une voix tellement soporifique qu’elle endormait même la pendule, celle-ci refusait d’avancer et la fin du cours était telelemnt loin...Il avait de plus en plus de mal, il luttait vraiment contre le sommeil. Ses paupières se refermaient pour se rouvrir doucement...Il penchait légèrement...encore un peu plus...

    Lorsqu’il tomba de fatigue, dans un bruit sonore, ses poignets tapèrent contre la table. Mais faute de porter un bracelet avec des piques il se blessa involontairement la paume de la main. Une coupure fine mais tout de même assez profonde pour faire saigner. Il grimaça, l’élève à côté de lui poussa un cri à la vue du sang qui alerta le professeur.

    « Vite ! Emmenez le voir le médecin ou un infirmier ! »
    « Hein ? »
    « Atsuro-chan, prenez ce mouchoir et compressez votre blessure ! »
    « Ah ! Ouai. Mais ne paniquez pas, je ne suis pas encore mort! »

    Face à l’absence d’affolement chez Atsuro, le professeur l’observa un moment, bouche ouverte... Surtout a cause de sa dernière réplique qu’il avait dit avec tellement de légèreté alors qu’il était déjà condamné. Plaisanter ainsi sur sa propre mort...
    Mais franchement, il n’y avait vraiment pas de quoi paniquer, ce n’était qu’une coupure même si son sang allait mettre un long moment avant de coaguler, il avait pris l’habitude de faire une compresse ! Il se leva de sa chaise et fut pris d’un léger vertige. Mais il n’y prêta pas attention pour la simple et bonne raison qu’il avait encore du mal a vivre en pensant qu’il était malade et qu’il devait faire attention. Pour lui c’était surement parce qu’il s’était levé trop vite comme une personne tout à fait normale. Le mouchoir contre sa blessure, sous le regard intrigué de ses camarades, il laissa ses affaires sur son bureau en pensant revenir vite. La plupart des élèves n’étaient pas au courant pour son état et se demandaient pourquoi tant d’agitation pour si peu.
    Le jeune homme se mit à sourire, gêné par la situation et il se dirigea vers la sortie sans rien dire. Il évita juste de croiser certains regards interrogateurs, ne voulant pas justifier le comportement excessif du prof.

    Malheureusement il ne passa pas le pas de la porte qu’il s’effondra au sol comme une vulgaire chose. Ainsi provoquant des réactions de peur chez le petit monde dans la salle. Ils accoururent pour l’aider à le relever. Atsuro était encore conscient, son esprit était bien là mais son corps ne réagissait pas. C’était sans doute par un excès de fatigue et une chute de tension qu’il s’était effondré. Le vertige avait été comme une prévention qu’il avait préféré ignorer et voilà où ça l’avait mené ! A cet instant il ne percevait pas très bien les mots. Juste la vive douleur au niveau de son crâne due à sa chute et les sons des voix, les tonalités... Peut être aussi son nom qu’on appelait pour le ramener et puis cette sensation froide sur son visage c’était surement de l’eau ? Tout était dans le doute mais il s’efforçait de réfléchir. Il était assis au sol, les jambes allongées et le buste relevé maintenu par quelqu’un. C’est exactement ce qu’il ne fallait pas faire et malheureusement personne ne semblait s’y connaître dans les gestes de secours.

    Il respirait assez vite, son cœur s’emballait et son visage était d’un blanc maladif accompagné de sueurs froides. Il s’accrochait avec difficulté aux voix qu’il entendait à peine et à toutes les sensations qu’il percevait pour ne pas sombrer totalement. Il se sentait au bord de l’inconscience et la position qu’ils lui avaient fait adopter n’arrangeait pas les choses. Ce n’était pas la première fois mais cela arrivait rarement en plein cours. Dommage ! Si on remonte à loin, il s’était déjà malmené en faisant nuit blanche, à compter avec l’hémorragie, il était prévisible qu’il fasse une crise d’hypotension...

    Au bout de quelques instants, le jeune homme cru sentir quelqu’un passer ses doigts sous ses mèches roses et blondes pour lui toucher le front. Il était froid et comme dépourvu de vie. Les autres devaient paniquer alors que lui essayait de se détendre le plus possible en attendant qu’un médecin vienne le tirer d’ici. Même s’il peinait de plus en plus à respirer... Qu’ils s’écartent tous ! Il avait besoin d’air et pas d’un attroupement massif autour de lui !

    Les voix bourdonnaient de plus en plus dans sa tête et finalement après un son plus grave, un ordre peut être, il sentit qu’on le lâchait doucement. Le sol était vraiment froid mais le principal c’était que les élèves semblaient lui avoir cédé un espace vital. Une grande différence! Il était moins étouffé, le sang remontait dans son cerveau. A moins qu’il partait dans l'inconscient et que son esprit lui jouait des tours ? Mais en tout cas c’était apaisant, il avait l’impression d’être tout seul et de pouvoir reprendre normalement ses esprit.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Yoshiki Usami
& お医者さん no Vanilla*

avatar
•• Messages : 146

MessageSujet: Re: Can you save me ? Dim 18 Avr - 21:54


    La porte du bureau s'ouvrit à la volée dans un vacarme bruyant. Yoshiki releva immédiatement la tête en se demandant ce qu'il pouvait bien se passer. Une urgence ? Certainement, pourquoi une telle réaction en arrivant dans son bureau sinon. L'élève haletait comme un beau diable et ne semblait pas vouloir reprendre sa respiration avant de parler ce qui n'aidait pas vraiment à la compréhensions de la situation qui semblait urgente.

    « saigne...coupé...vertige...bouger...a...a...
    - Reprends toi...qui est-ce ?... »


    Tout en demandant ça, Yoshiki s'était relevé, il avait attrapé son sac de médecine avec désinfectant, et tous les soins de premiers secours utiles. L'infirmerie n'était pas bien loin, si c'était grave, il n'aurait qu'à emmener la personne ici. Sauf que...

    « Atsuro! »

    Atsuro. Il ouvrit rapidement la valisette et ajouta une bouteille d'eau, ainsi que du sucre et des compresses. Atsuro était le jeune leucémique dont il avait prit le traitement en charge. Il avait tous ses scans et résultats d'analyses et ils n'assuraient pas un avenir très prometteur à l'adolescent. Ce dernier le savait mais agissait comme s'il avait la vie devant lui. Yoshiki trouvait ça à la fois désespérant et courageux. Mais y avait-il une bonne réaction face à un tel avenir ?...Certainement pas surtout quand on a 17 ans. Cet enfant était le courage rien que par le fait qu'il ne se laissait pas abattre. La façon de le faire et de gérer la situation...ça importait si peu à ce stade là.

    En quelques secondes, tout ce qui pouvait être utile à une crise d'Atsuro était dans le sac et Yoshiki sortit en trombe de l'infirmerie pour suivre l'élève qui l'amena jusqu'à la salle de classe. Un attroupement massif résidait à l'entrée de celle-ci cachant le blond et l'étouffant certainement comme chat écrasé. Les inconscients.

    « Ecartez vous ! TOUS ! »

    Sa voix avait été claire et autoritaire de sorte que tout le monde recula vers les bureaux. Le professeur lui-même pris peur du médecin et laissa retomber l'enfant doucement sur le sol. Ils ne savaient vraiment pas ce qu'ils faisaient. Il soupira de peur qu'Atsuro ne soit trop mal et il s'agenouilla près de lui, passa une main sur son front marqué par la fièvre. Il attrapa alors doucement son poignet pour prendre son pouls.

    « Atsuro...tu m'entends ? C'est Yoshiki, ça va aller, ne t'endors surtout pas... »

    Le pouls était trop faible, il fallait faire augmenter sa tension rapidement sinon il risquait de s'endormir et de s'évanouir pendant son sommeil. Il glissa une main sur sa joue et la tapota doucement. Le meilleur remède pour une chute de tension, surtout en dehors d'un hôpital, c'était de l'obliger à bouger un peu pour ne pas que le coeur s'arrête et que le sang circule dans son corps. Yoshiki ouvrit alors sa valise et releva le buste du blond pour lui faire boire un peu d'eau sucrée.

    « Il va falloir bouger un peu pour stimuler ta tension, je t'emmène à l'infirmerie »


    Il se redressa, soulevant sans difficultés le faible poids d'Atsuro qu'il maintint contre lui pour lui éviter trop d'effort pour marcher mais suffisamment pour qu'il doive bouger. Il ordonna à un élève de les suivre en prenant son sac et il transporta l'adolescent jusqu'à l'infirmerie, lentement, au rythme du blond. Atsuro allait certainement passer son après-midi avec lui maintenant. Il faudrait surveiller sa tension et sa glycémie. A force de le suivre comme ça, Yoshiki s'était beaucoup attaché au jeune garçon. Peut-être un peu trop attaché pour un médecin d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Re: Can you save me ? Dim 18 Avr - 22:59

    C’était encore trop flou pour qu’il puisse y voir quelque chose mais quelqu’un était près de lui, il en était sûr. Une sensation de réconfort l’avait envahi et puis si tout le monde l’avait lâché c’est donc que les secours étaient arrivés. Qui était son sauveur cette fois ? Il aurait à cet instant voulu tourner la tête, regarder cette personne et lui dire combien il se sentait mal. Mais il n’arrivait même pas à lui demander sa main pour la serrer. S’il avait pu pleurer il l’aurait fait, pour toutes les fois où il était dans cet état pitoyable. Mais comment exprimer son ras-le-bol alors que votre corps ne veut même plus vous obéir ? Il se contentait de se tenir éveillé, toujours accroché aux sensations qu’il pouvait percevoir. C’était encore l’ouïe qu’il utilisait le plus et le maintenait au courant de ce qu’il se passait autour de lui. Il avait encore quelques doutes quand à la fiabilité mais il lui semblait bien avoir entendu Yoshiki lui parler plus ou moins fort. C’est comme ça qu’il avait pu comprendre qu’il lui demandait de ne pas s’endormir.

    Ce serait tellement facile de se laisser emporter par les songes dans un moment aussi dur et de se réveiller au bout d’un moment comme si de rien était. Il était tellement fatigué... Allez Atsuro, encore un effort. Toujours des efforts...Il le devait s’il voulait rester le plus longtemps possible en vie. Peut être que ça ne représentait rien, mais même dans des situations pas trop graves garder le courage était important pour la suite. Ca le fatiguait de devoir tout le temps prendre sur lui alors qu’il n’en avait plus pour très longtemps ! Mais tout de même, il n’avait pas envie de décevoir les autres. A commencer par ce médecin qui mettait tellement d’énergie à s’occuper de son cas. Abandonner si vite ça aurait été lui faire perdre son temps... Il y avait aussi Himiko qui lui avait fait cette promesse utopique de le guérir...Trop de choses à la fois donc ce n’était pas le moment pour décider d’aller sur le seuil de l’éternité. C’est suite à ces pensées qu’il était en train d’obéir à Yoshiki.

    Son travail pour rester éveiller était de s’occuper l’esprit, de penser à n’importe quoi qui ferait travailler sa tête. Comme ce qu’il faisait depuis quelques minutes, mais là il était beaucoup plus motivé.

    Quelque chose lui mouilla les lèvres, il comprit que le médecin essayait de lui faire boire quelque chose de sucré. Il souffla et avala difficilement quelques petites gorgées, aveugle. Atsuro avait vraiment une confiance totale en lui. Il lui obéissait au doigt et à l’œil, s’il voulait le tuer en lui faisant avaler quelque chose il ne réfléchirait même pas et s’exécuterait. Bon n’abusons pas des choses, Usami-san prenait quand même du temps pour lui expliquer sa maladie en détails, les ituations dans lesquelles il pouvait être et tout ce qu’il devait faire lorsqu’il rencontrait des problèmes comme celui-ci. C’était important d’être informé ! C’est grâce à cela s’il parvenait à vivre plus ou moins normalement.

    Peu à peu il reprenait possession de son corps. D’abord dans les doigts il ressentit des engourdissements mais parvenait à bouger légèrement les extrémités. Puis les pieds qu’il pouvait contrôler, tout revenait doucement mais sa tête lui faisait encore atrocement mal. Hormis cela il s’était tout de même vite calmé ! Peut être parce que sentir Yoshiki avec lui le rassurait, il savait qu’il était entre de bonnes mains. Tout se passerait bien, il l’avait dit de lui même. Le jeune homme prenait doublement sur lui pour ne pas le décevoir, donc il s’efforçait à rester conscient jusqu’à ce qu’on l’autorise à s’endormir et pas avant. Un dur combat contre le marchant de sable.

    Mais alors qu’il refaisait timidement surface, il se sentit soulevé. Il ne comprit pas tout de suite car il n’avait pas bien écouté les dernières paroles de Yoshiki. Pourquoi le soulever si vite ? Ses jambes ne lui obéissaient pas encore totalement qu’on le mettait déjà debout ? Il parvenait à tenir avec l’appui, les yeux légèrement ouverts, il suivait simplement le chemin qu’on lui disait de prendre.
    Atsuro reconnu cet endroit qui menait à l’infirmerie au bout de quelques observations. Même avec le peu de chose qu’il arrivait à voir. C’est parce qu’il le connaissait par cœur à force de l’avoir emprunté, jusqu’à l’odeur il la connaissait. Ca ne l’embêtait pas plus que ça de devoir rester à l’infirmerie, au contraire il était sûr maintenant qu’il allait pouvoir bien récupérer tranquillement et surtout éviter les interrogatoires à propos de son malaise. Ca c’était le plus important ! Usami-san était aussi de meilleure compagnie que certains de ses camarades....

    Et comme il avait eu raison de faire confiance en son médecin, il se sentait beaucoup mieux. Un peu plus lorsqu’il franchi le pas de la porte de l’infirmerie. Ce n’était pas encore la grande forme il planait encore un peu mais il avait beaucoup plus d’appui sur ses jambes à mesure qu’il progressait dans la salle. Même sa respiration était redevenue normale. Il avait hâte de pouvoir encore une fois remercier Yoshiki. Mais la parole ne sortait pas encore
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Yoshiki Usami
& お医者さん no Vanilla*

avatar
•• Messages : 146

MessageSujet: Re: Can you save me ? Lun 19 Avr - 0:04


    Atsuro n'était vraiment pas en forme. Et c'était un euphémisme de le dire ou le penser. Sa maladie était une véritable enclume pour un adolescent de son âge. Il aurait voulu vivre normalement mais il ne le pouvait pas vraiment puisqu'il devait sans arrêt faire attention à ne pas se couper pour éviter une hémorragie, ne pas trop faire d'effort pour éviter une chute de tension, manger correctement et équilibré sans faire d'abus. Il devait mener une vie parfaitement saine et sans danger mais impossible. Comment être parfait comme ça ?...C'est pour ça qu'il était là. Le médecin. Usami sensei pour l'aider à vivre mieux et de façon plus agréable. Pour qu'il profite un peu plus des années qui lui restaient à vivre. Il le méritait ce petit blond qui se voulait joyeux et dynamique mais qui cachait un lourd secret à la majorité de ses camarades. En fait, ils n'auraient certainement pas compris. Atsuro avait probablement fait le bon choix plutôt que d'être pris en pitié par tous les regards qui se posaient sur lui.

    Ils étaient finalement arrivés à l'infirmerie. Yoshiki avait rapidement renvoyé l'élève-mulet qui portait son sac et ils furent tranquilles tous les deux. Atsuro aimait le calme quand il faisait ses crises et il n'aimait pas les gens s'arrêtant pour le regarder comme une bête curieuse, il le savait très bien depuis le temps. Yoshiki jeta un léger regard au petit blond, il commençait à reprendre doucement des couleurs signe que son sang circulait de nouveau de façon plus ou moins correcte. Il lui sourit doucement et l'aida à s'asseoir sur le lit de repos qui était proche du lit d'auscultation. Il passa une nouvelle fois sa main sur le front d'Atsuro. Toujours chaud mais moins qu'un peu plus tôt. La situation s'améliorait donc et la crise était passée bien qu'il lui faudrait du repos pendant quelques heures encore.

    « Comment tu as eu cette crise ?...Tu te sens mieux ?... »

    Il lui sourit et sortir son stéthoscope pour écouter son rythme cardiaque avec plus de précision maintenant qu'ils étaient tranquille. Un peu lent mais les battements étaient bien présent et il ne décelait aucun souffle suspect sur les poumons. C'était une bonne chose. Sa tension ? Avait-il vraiment besoin de la lui prendre en sachant déjà qu'elle devait être autours de 7 ou 8 grand maximum ? Non, il lui épargnerait cet examen qu'il subissait déjà trop souvent même si ce n'était rien, à force, la lassitude des même examens tous les jours, voire plusieurs fois par jour, Yoshiki la comprenait tout à fait et pouvait aisément l'imaginer.

    « Il va falloir te reposer maintenant, je vais faire venir nos repas de midi ici comme ça tu me tiendras compagnie »

    Il lui fit un léger clin d'œil entendu. C'était vrai que Yoshiki mangeait souvent seul le midi, le nez perdu dans ses dossiers et Atsuro le savait. Alors cette fois, ce ne serait pas le cas. Ils pourraient discuter des cours du blond, de ses amis et peut-être de ses conquêtes s'il en avait. Dans tous les cas, le médecin l'écouterait. Il aimait discuter avec lui car dans sa bouche rien n'était futile, tout était plus vivant qu'il n'y paraissait et il parlait souvent de lui même également. Sans doute qu'il ne devrait pas, mais une amitié s'était créée entre eux qu'il n'avait pas su contenir.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Re: Can you save me ? Lun 19 Avr - 1:09


    Tout semblait reprendre sa vitesse normale. Il sentait qu’il allait maintenant assez vite se remettre. Malgré qu’il ait encore quelques difficultés à réagir, ses réflexes finiraient de toute façon par revenir. Yoshiki le fit s’asseoir pour faire quelques vérifications. C’était obligatoire et comme d’habitude il le laissait faire, sagement immobile. C’est toujours lorsqu’on écoutait son cœur ou vérifiait sa tension qu’il avait réellement conscience d’être fragile. A la moindre petite chose tout pouvait basculer non ? Il déglutit, la mort lui souriait sournoisement et ça lui faisait vraiment peur. Ses yeux fixaient le vide alors qu’il vérifiait si tout fonctionnait correctement. Mis à part cette blessure à la main et peut être un hématome sur la tempe qui se formait, tout semblait être fonctionnel.

    Il bailla un court instant et extériorisa sa frustration dans un long soupir. Voilà c’était passé. C’était terminé et c’était tant mieux. Maintenant il ne voulait pas passer dans un stade où il se remettait de ses émotions. Pas de temps à perdre à réfléchir sur tout ce qui venait de lui arriver ! Déjà impatient de pouvoir bouger sans contraintes.
    Mais malheureusement on n’échappe pas au bilan médical ! Yoshiki le lui rappela en lui demandant pourquoi il avait eu cette crise. C’était un peu comme une interro ! S’il se souvenait bien de toutes les explications du médecin et s’il était au moins au courant de ce qui pouvait entrainer ses chutes de tension pour qu’il fasse attention. Les causes d’une crise d’hypotension pouvaient être la fatigue, la déshydratation, une hémorragie important, des problèmes artériels ou sanguinaires et le plus courant : lorsqu’on se lève trop vite.

    Il allait se faire réprimander s’il avouait avoir fait nuit blanche avec ses amis. La jeunesse, que voulez-vous ! Déjà tout petit il souffrait de ne pas pouvoir aller courir avec ses copains pour s’amuser alors imaginez au stade d‘adolescent... Il se souvint avoir hésité à la faire cette nuit blanche mais puisqu’il était en forme au moment de le décider il n’avait pas pensé à ce que ça pouvait entrainer et avait prévu de rattraper sa nuit avant les cours. Mais il ne s’était pas bien organisé. Toutefois, en réfléchissant bien ce n’était pas non plus le seul symptôme de sa crise : le saignement y avait aussi sa place ! Il grimaça légèrement, tentant de sortir un son de sa gorge et finalement sa voix revenait doucement pour répondre au médecin.

    « J’étais très fatigué et puis le prof m’a dit d’aller à l’infirmerie pour me faire soigner, je me suis levé trop vite aussi. »

    Il avait une petite mine, l’air un peu coupable comme à chaque fois qu’un truc du genre lui arrivait. Un petit garçon qui devait expliquer ses bêtises. Il souffla un peu et releva les yeux vers lui. C’est là qu’il tira faiblement sur ses joues pour faire apparaître un petit sourire plein d’espoir et de reconnaissance.

    « Oui je me sens mieux, merci ! »

    Même étant recroquevillé sur lui-même, les bras croisés sur son ventre, il parvenait à lui offrir un sourire. D’autant plus qu’il allait pouvoir passer un peu de temps avec lui à midi comme il allait manger avec lui. Cette annonce le fit pouffer mignonnement de rire. Il se voyait déjà à lui raconter tout et n’importe quoi ! Certes Atsuro est un garçon timide mais une fois lancé on ne l’arrête plus ! Il suffisait juste qu’il retrouve son énergie et il pouvait devenir aussi pipelette qu’une fille.
    Cet homme était comme devenu un confident, un journal intime en plus d’être un journal de suivit médical, ou pour faire plus simple un journal sur sa vie dans toutes ses formes. Il n’avait plus de secrets à lui dévoiler. Un peu comme avec Naoki mais c’était plus professionnel et il était plus au courant de sa maladie. Le jeune homme ne regrettait pas d’avoir noué une amitié avec Yoshiki, bien au contraire, il avait besoin de pouvoir le traiter en ami avant de lui dévoiler toutes ses facettes et le moindre petit bobo. Qui sait lorsqu’il sera mort il pourrait raconter aux autres ce qu’il cachait ? Ca ne semblait pas non plus déranger le concerné et puis de toute façon avec un tempérament comme celui d’Atsuro, si on le fréquente régulièrement c’est toujours ainsi que cela se finit.

    « Vous êtes sûr que je ne vous dérange pas ? Vous en faites déjà tant... »

    Il pouvait tout à fait retourner sagement dans sa chambre pour aller dormir, Yoshiki avait surement d’autres occupations et trop de travail pour veiller sur lui.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Yoshiki Usami
& お医者さん no Vanilla*

avatar
•• Messages : 146

MessageSujet: Re: Can you save me ? Lun 19 Avr - 20:44


    La fatigue et la brusquerie. Des choses anodines pour la plupart des gens mais qui, pour certains, devenaient une horreur. Atsuro faisait parti de ces gens là, ces gens qui devaient faire attention minutieusement à leur train de vie, à leur alimentation. Une légère entaille par une feuille de papier devenait pour lui une blessure par arme blanche. Toutes ces petites choses prenaient alors une importance considérable dans sa vie, l'empêchant presque de vivre mais heureusement Yoshiki pouvait l'aider à organiser sa vie, son attention pour que ce ne soit pas un trop lourd fardeau et qu'il puisse vivre un minimum comme les autres. Ce n'était certainement pas assez mais il se donnait du mal pour qu'Atsuro ait des chances d'êtres heureux de temps en temps sans penser à ce qui l'attendait par la suite.

    « Oui je me sens mieux, merci ! »

    En voilà une bonne chose. Yoshiki aimait entendre ces mots de la bouche d'Atsuro, surtout lorsqu'ils étaient accompagnés par un sourire. Il ne le savait peut-être pas, mais ce garçon avait vraiment un sourire à se damner. Le ciel semblait s'illuminait rien qu'en le regardant sourire. Son enthousiasme rendait Yoshiki heureux également. Un peu comme une contamination agréable et c'est pour ça qu'il aimait autant passer du temps avec lui. Bien sûr, il savait que traînait avec un adulte n'était pas très drôle pour Atsuro et il se doutait aussi que ça ne lui reposait pas vraiment l'esprit quant à sa maladie. Mais le médecin faisait de son mieux pour être un véritable ami une fois que ce qui était à faire était fait. Il hocha la tête en souriant pour lui répondre.

    « Tu crois vraiment que si j'en avais pas envie, je te l'aurais proposé ? J'ai l'air d'un hypocrite ? »

    Il se mit à rire doucement avant de reprendre.

    « Tu es au courant de la compétition sportive ? J'ai entendu dire qu'elle était dans quelques mois mais personne n'est capable de me donner d'info...Enfin...pas que j'aime ça mais bon, je vais devoir être présent avec les secours... »

    Évidemment, Yoshiki n'était pas un grand féru de sport mais de part sa fonction, il lui faudrait être présent en cas de blessures ce qui arrivait assez souvent si les sportifs s'échauffaient mal. Il y en avait quelques fois à Seiteki. En général, elles passaient inaperçues, tellement qu'il était impossible de se renseigner. Mais peut-être qu'Atsuro trainait avec des sportifs et il serait au courant. Ce n'était jamais mauvais de tenter en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Re: Can you save me ? Lun 19 Avr - 22:16

    Il serait tellement plus pratique de l’enfermer dans une petite boite afin d’être sûr d’être protégé. Comme un objet fragile que l’on expose en vitrine ou qu’on enroule dans du papier bulle pour le transport. Malheureusement à échelle humaine ce n’est pas possible et Atsuro refusait à contre indication de rester enfermé à l’hôpital pour le restant de ses jours. Regarder l’extérieur à travers une vitre ou ne plus pouvoir ressentir la chaleur du soleil doit être un coup dur. Surtout à dix-sept ans, les sens éveillés et curieux de tout connaître, on ne peut pas le forcer à rester cloitré ! Ce serait injuste. Même s’il se fatigue, s’il perd des minutes de vie de jour en jour, et bien peu importe s’il faut que la mort arrive, elle arrivera mais hors de question de l’attendre les bras croisés.

    Le jeune garçon hocha la tête avec un grand sourire, heureux de pouvoir rester avec son médecin favori qui plus est un véritable ami. Il ne savait jamais comment le remercier. Certes c’est son boulot et il est payé pour prendre soin des autres, mais dans le cas d’Atsuro il y mettait vraiment du cœur à vouloir l’aider. Il le ressentait que Yoshiki avait envie de l’aider et non pas juste parce que c’est son boulot. Il y avait de la chaleur dans sa voix lorsqu’il s’adressait à lui et ses sourires étaient plus que sincères. C’était un sentiment très important aux yeux du jeune garçon de savoir qu’on l’apprécie et qu’on cherche à lui porter secours par tous les moyens. Un peu comme avec Himiko qui le surveillait, son inquiétude envers lui le touchait énormément. Et donc parfois il voudrait tellement les remercier, faire quelque chose pour eux afin qu’ils sachent combien il était content d’être si bien entouré. Il attendait le jour où il pourrait faire part de ses sentiments avec impatience...

    En attendant pour faire comprendre au médecin qu’il lui était énormément reconnaissant, il lui rendait souvent visite et l’aidait même parfois lorsqu’il était noyé par la paperasse en début d’année. Malheureusement pour lui ce n’était pas assez. C’est souvent qu’il se sentait gêné ou refusait des petits services qu’on voulait lui rendre. Pas besoin de s’embarrasser plus, il vivait ses rêves du mieux qu’il pouvait et gardait le courage.

    Yoshki lui demanda alors des informations sur l’évènement sportif qui avait lieu à chaque fin d’année. Comme il avait retrouvé tous ses esprits il pouvait facilement réfléchir à ce propos. Quelques secondes de réflexion, un peu plus long à venir, mais finalement il se souvint de quelque chose qu’il pouvait lui faire part.

    « Ah oui ! J’ai un ami qui est en section sport je l’ai entendu en parler ! Si mes souvenirs sont bons il a dit qu’il y aurait une cérémonie d’ouverture en début de matinée avec toutes les épreuves expliquées. Et ce serait pour fin juin mais c’est étrange qu’on ne vous ait pas averti ! Vous avez une place importante dans l’équipe médicale ! Ils ne devraient pas tarder non ? Mais à mon avis ils ne vous ont rien dit parce qu’ils attendent pour confirmer les dates... »

    Atsuro dans sa manière de parler était toujours très enfantin. En l’écoutant on n’avait pas l’impression qu’il était quelqu’un de très futé. Des phrases légères et un ton un peu naïf - tout pour donner envie de le secouer. Mais c’était exactement le contraire, et surtout grâce au fait de savoir qu’il allait bientôt mourir il avait très vite grandit dans sa tête malgré les apparences. Il suffit juste de l’écouter un peu plus pour s’apercevoir qu’il est loin d’être bête.

    Au bout de quelques instants, il se rendit compte d’un truc...Sa main saignait encore, cachée dans la manche de sa veste qu’il tirait tout le temps par réflexe mais aussi afin de réchauffer ses mains ou éviter de toucher les poignées de portes. La peur constante de tomber malade. Atsuro ne s’en était pas rappelé jusqu’à ce petit picotement qui le fit grimacer. Il remonta alors sa manche et regarda avec dégout le résultat. Sa jolie veste était de même bien salie car son sang n’avait pas coagulé et ça s’était étalé...

    « Ah....Zut... »

    Il releva la tête timidement vers le médecin. Un haussement d’épaule qui témoignait de sa gêne et il tenta de dédramatiser.

    « J’crois que ma veste en avait marre de faire compresse ! »

    En essayant de rire doucement, il manqua de s’étouffer et toussota légèrement honteux de devoir montrer sa blessure comme ça. Tout ça à cause de ses bracelets de punk...
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Yoshiki Usami
& お医者さん no Vanilla*

avatar
•• Messages : 146

MessageSujet: Re: Can you save me ? Mar 20 Avr - 20:08


    La réponse fut un peu longue à venir mais il était vrai que les informations circulaient peu quant à ses évènements sportifs. Peut-être qu'Atsuro ne connaissait pas beaucoup de monde dans la section sport mais finalement il parut se souvenir de quelque chose et il lui exposa ce qu'il savait. A peu près tout ce qu'il semblait savoir d'ailleurs, ce qui fit sourire Yoshiki. Il fallait croire que la section sport avait besoin de prendre un peu de ''charisme'' car pour le moment, elle en manquait grandement. Peut-être était-ce dû aux professeurs de sport qui n'était guère présent depuis quelques temps. Cela changerait certainement sous peu. Du moins, il l'espérait parce-que c'était le genre de section qui faisait toute la réputation d'une université. Seiteki avait beau être ''très'' sectaire, il n'en était pas moins important d'avoir une bonne image dans le pays et auprès des autres universités nationales voire internationales.

    « Ah oui ! J’ai un ami qui est en section sport je l’ai entendu en parler ! Si mes souvenirs sont bons il a dit qu’il y aurait une cérémonie d’ouverture en début de matinée avec toutes les épreuves expliquées. Et ce serait pour fin juin mais c’est étrange qu’on ne vous ait pas averti ! Vous avez une place importante dans l’équipe médicale ! Ils ne devraient pas tarder non ? Mais à mon avis ils ne vous ont rien dit parce qu’ils attendent pour confirmer les dates... »

    Ce que Yoshiki pouvait apprécier leurs conversation. Parler avec Atsuro était à chaque fois un véritable plaisir. Il avait à la fois la voix d'un enfant et la façon si légère de parler qu'un enfant pouvait avoir. A première vue, il pouvait avoir l'air naïf ce qui était certainement un grand avantage pour lui dont il pouvait jouer. Mais lorsqu'on le connaissait mieux, plus intimement, il était impossible de le penser immature. De part sa force pour subir tous les examens médicaux d'une part et d'autre part, sa façon de raisonner était bien plus intelligente qu'il ne le laissait croire. Certes, il montrait la plupart du temps une nature frivole. Yoshiki savait bien que l'enfant n'avait pas pour habitude de dire non à un homme et de par son physique mignon et attachant, il devait sûrement passer plus de temps dans le lit d' « amis » du moment que dans le sien. Il se doutait que c'était, entre autre, pour oublier sa maladie. Yoshiki pouvait-il seulement lui jeter la pierre ? Car il comprenait très bien se comportement et peut-être réagirait-il de la même façon si cela lui arrivait.

    Yoshiki allait donc répondre en souriant et en hochant la tête mais Atsuro releva une main. Sa manche était pleine de sang. Il avait sûrement dû se couper. Pourquoi ne l'avait-il pas remarqué plus tôt ! Cela aurait dû être la première chose à vérifier avant quoi que ce soit. Le médecin se mordit la lèvre de culpabilité et attrapa son sac pour en sortir désinfectant, coton et pansement.

    « Je vais te soigner ça...mais tu enlèveras ton gilet, ça sera pas confortable » il sourit légèrement en prenant sa main blessée dans la sienne « je te prêterais un pull en attendant ».

    Avec soin, Yoshiki passa le coton sur la petite plaie, petite mais suffisante pour empêcher la coagulation déjà faible d'Atsuro. Il la nettoya correctement et passa ensuite le désinfectant en faisant attention à ne pas trop le piquer. Enfin, il emballa l'entaille dans un pansement de couleur transparente. Il sourit en relevant les yeux vers Atsuro.

    « Tes bracelets sont sympas mais un peu meurtriers » ironisa-t-il légèrement. « Portes les, mais fais juste un peu attention. Ce serait dommage de mourir aussi bêtement... »

    Il savait qu'il pouvait parler aussi franchement avec Atsuro. Même si c'était difficile de vivre avec une telle maladie, le blond l'avait accepté et avec son médecin, ils pouvaient se parler simplement et sans tabou. Yoshiki passa une main dans les cheveux d'Atsuro qu'il ébouriffa doucement avant de se lever pour jeter les cotons et les déchets du pansement avant de venir se rasseoir à côté de lui en attendant qu'il enlève son gilet tâché de sang.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Re: Can you save me ? Mar 20 Avr - 21:36


    Atsuro était tout gêné de devoir lui montrer sa blessure ainsi. Yoshiki venait juste de le sauver et il montrait encore des signes de faiblesse... Ses joues se tintèrent et il évita le regard du médecin pendant quelques instants. Heureusement qu’il n’était pas du genre à le juger sévèrement, Yoshiki ne lui fit pas de remarque et sortit son matériel une fois de plus. Il haussa doucement la voix après avoir attentivement écouté ce qu'il allait faire.
    « D’accord ! »

    Délicatement, Yoshiki lui prit la main. Le jeune garçon grimaça légèrement en sentant le désinfectant sur sa blessure mais ne s’en plaignait pas. Il l’observait faire, comme d’habitude il était très sage et coopératif lorsqu’il s’agissait de se faire soigner. Au départ, Atsuro avait eu du mal à se laisser toucher par les médecins et de devoir passer tous ces tests. Il avait beaucoup râlé et parfois pleuré de frustration, pas habitué à ce qu’on l’ausculte et qu’on le regarde sous tous les angles...
    Tous ces gens vêtus de blanc qui l’avaient observé et qui s’étaient agités autour de lui n’avait fait que lui rappeler à quel point il était condamné. Le regard attendrit et plein de pitié des infirmières et les grimacements des médecins à chaque fois qu’il venait de passer un test l’avaient énervé. Tous disaient « mais ne t’en fais pas, tu ne souffriras pas » Alors que ça ne faisait qu’accroitre sa peine. Tout ce qu’il voulait c’était qu’on lui en parle le moins possible. Dans cette école il avait trouvé son bonheur et pouvait parfois oublier qu’il était différent des autres.

    Ah oui, les bracelets...Le jeune garçon contempla ses poignets chargés de babioles et d’accessoires en tout genres. Un petit air amusé sur ses lèvres roses. Yoshiki avait raison, les porter n’était pas très raisonnable mais en même temps ça ne lui était encore jamais arrivé de se blesser avec. Comme on dit « il suffit d’une seule fois » et lorsque l’on s’appelle Atsuro, on n’a pas le droit à l’erreur. Il décida donc de retirer tous ceux qui pouvaient éventuellement le blesser et les posa sur le lit puis hocha la tête.


    Il lâcha un petit rire tout mignon au moment où le médecin lui ébouriffa gentiment les cheveux. Quel bonheur d’avoir un médecin aussi compréhensif que lui. Il ne le dirait jamais assez. Chaque moment qu’il passait avec lui resterait un beau souvenir.
    Malheureusement, dans le fond, il n’avait pas tellement envie qu’il s’attache à lui. Pour ne pas le faire souffrir. Déjà lorsqu’il voyait le regard nostalgique d’Himiko lorsqu’ils étaient ensemble ça lui nouait le cœur. Vivre à côté de quelqu’un qui va mourir ne doit pas être facile. Atsuro a beau être toujours positif et souriant, ça ne changeait en rien son futur et donc la pensée des autres aussi. Il ne voulait pas qu’ils aient de la peine ni avant...ni après.

    Atsuro retira ensuite sa veste comme lui avait conseillé Yoshiki et la déposa en boule à côté de lui. La température de l'infirmerie était juste parfaite, même s'il restait en t-shirt c'était bon. Et puisque Yoshiki était à côté, il l’étreigna quelques secondes. Juste un câlin, plein de reconnaissance et tellement content de pouvoir compter sur quelqu’un d’aussi bon que lui. Ressentait il de cette façon à quel point il le remerciait ? Puisqu’il n’était pas qu’un simple médecin il pouvait se le permettre non ? Comment refuser quelqu’un qui vous serre ainsi avec tant de sentiments? Atsuro le relâcha au bout de quelques secondes, il posa les yeux sur lui avec un grand sourire timide. Il avait eu envie de rassurer son médecin/ami. Il avait un nœud dans le ventre car il se rendait compte que ce qu'il faisait là c'était exactement le contraire de ce qu’il aurait voulu - L’enlacer ne faisait que les rapprocher. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher...

    « Je suis désolé ! La prochaine fois, je ferai plus attention ! »

    C’est ce qu’il disait tout le temps...A chaque fois, il promettait de doubler de prudence mais il arrivait quand même à s’attirer des ennuis. Ces choses là ne venaient jamais sans prévenir et toujours au moment où il s’y attendait le moins. Simplement que dit de cette manière il avait l’impression de pouvoir se contrôler. Comme si tout cela n’arrivait que par malchance ou manque d’inattention.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Yoshiki Usami
& お医者さん no Vanilla*

avatar
•• Messages : 146

MessageSujet: Re: Can you save me ? Mer 21 Avr - 19:05


    Le blondinet ôta ses bracelets les plus susceptibles de le blesser. Yoshiki sourit un peu, il ne lui avait pas dit de le faire mais le garçon avait appris à être prudent et c'était cette maturité que le médecin aimait chez son patient et ami. Un léger bruit métallique résonna lorsqu'il les déposa sur la petite table de chevet. Il penserait à lui rendre s'il les oubliait ici. Yoshiki hocha la tête et se leva pour passer dans une pièce voisine. Il s'agissait en fait de sa chambre attenante à l'infirmerie en cas d'urgence nocturne. Il farfouilla dans sa penderie avant de dénicher un pull en laine à col roulé de couleur grise. Chic mais il n'avait pas mieux à prêter à Atsuro. Il sourit de nouveau, amusé à l'idée de le voir avec un pull de ce genre. Yoshiki était persuadé qu'il devait avoir une certaine classe lorsqu'il mettait un costume avec une coupe de cheveux assez déjantée. Il aurait aimé voir ça mais aucune occasion ne risquait de se produire pour ça. Il rentra dans la pièce et rejoint le blond auquel il tendit le pull en souriant.

    « Je suis sûr que le costume doit bien t'aller...dommage que ce ne soit pas ton genre »

    Il eut un léger rire et se tourna vers son bureau pour commander les repas de midi. Deux bento au poulet avec double portion de riz et des sushis. De quoi se régaler et se remplir le ventre convenablement. Il savait qu'Atsuro aimait ça et il en profitait donc quand ils mangeaient ensembles, ce qui s'était fait rare ces temps-ci.

    « Je suis désolé ! La prochaine fois, je ferai plus attention ! »

    Le blondinet l'avait soudain pris dans ses bras. Un sourire. Touché. Yoshiki aimait les effusions de tendresses dont Atsuro pouvait être capable et c'est en habitué qu'il passa ses bras dans son dos pour le serrer doucement contre lui. Il le caressa doucement jusqu'à ce que ce dernier ne le relâche et il lui adressa un sourire. Il savait que c'était sa façon de le remercier et il en était content. Peu de personne lui témoignait une telle tendresse et il devait bien s'avouer que sous ses aspects d'homme élégant et distant, il aimait tout de même beaucoup ça, surtout lorsque c'était avec autant de sincérité.

    « Pas besoin de t'excuser, c'est surtout pour toi...et puis tant que tu fais attention, tu peux bien vivre comme tout le monde y'a pas de raison...Au contraire, je trouve ça plus sain pour toi. »

    Il se tourna vers l'entrée. S'il y avait d'autres patients, les infirmiers pourraient prendre la relève car maintenant et jusqu'à nouvel ordre pour la journée (jusqu'à ce qu'Atsuro en ai marre en fait), il s'occuperait de lui et surtout, discuterait avec lui. Et puis, ils aimaient ça tout les deux alors pourquoi s'en priver. Il ôta ses chaussures pour s'installer contre le mur, les bras relevés derrière sa tête. Il se sentait bien avec Atsuro. C'était simple, ils avaient confiance et pouvaient parler de tout et n'importe quoi. Il fit une petite moue avant de sourire.

    « Comment ça se passe avec Himiko ? Vous vous entendez toujours aussi bien ? »

    Il savait pertinemment que c'était le meilleur ami d'Atsuro et il savait aussi que ce dernier l'aimait beaucoup mais que sa maladie était parfois une barrière pour être des amis complètement libérés du moindre tabous. Yoshiki espérait sincèrement qu'Atsuro finirait par pouvoir parler vraiment librement de quelqu'un avec sa maladie car il se voyait « malade » dans les yeux des gens et c'était surement le plus difficile à vivre pour lui.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Re: Can you save me ? Ven 23 Avr - 13:57

    Yoshiki alla dans une autre pièce pour aller lui chercher de quoi se tenir au chaud. Il revint avec un pull à col roulé gris. Un sourire aux lèvres, il avait imaginé Atsuro porter un costume classe. Jamais il n’y avait pensé, cela le fit doucement rire et il enfila le pull après l’avoir remercié.

    « Un costume ? Si jamais un jour j’en porte un je vous enverrai une photo, promis ! »

    Il n’en avait jamais mis alors il avait du mal à s’imaginer avec ce genre de fringues. Surtout qu’il ne pourrait pas s’empêcher de le personnaliser s’il devait un jour en mettre un. En revanche c’est Yoshiki qui devait bien porter le costume. Déjà dans sa blouse blanche il était d’une grande classe, comme si c’était un acteur d’une série qui se déroule à l’hôpital. Dans le rôle du héros ! Mais s’il le voyait un jour dans un costume, il le mettrait surement dans un décor de casino ou dans un cabaret chic, entouré de jolies filles.

    Il hocha la tête, en signe de remerciement et enfila le pull. Avec ça il ne risquait pas d’attraper froid ! La laine était douce et agréable contre sa peau, un petit rire passa ses lèvres et il pouvait sentir la douce odeur de la lessive émanant du vêtement.

    Encore une fois les paroles du médecin nouèrent son estomac. Il était tellement sensible aux mots gentils qu’il avait souvent envie de pleurer à chaudes larmes au moment où on lui parlait avec tant de gentillesse. Atsuro baissa la tête, c‘était peut être rien et exagéré de réagir au moindre ce genre de phrase, mais pour lui ça représentait déjà beaucoup lorsqu’in lui disait simplement « courage ! » Imaginez deux secondes lorsqu’il est avec Himiko. En parlant de lui, Yoshiki lui demanda comment se passait sa relation avec lui. Le jeune homme releva la tête et grimaça

    « Himiko ne me lâche pas, on dirait ma mère ! »

    Un petit pouffement de rire et il continua plus sérieusement.

    « Nan en fait...Je lui suis toujours autant redevable. Je me demande encore comment il fait pour ne pas craquer parce que je ne suis pas toujours facile...En fait, je voudrais qu’il s’occupe plus de lui qu’il ne s’occupe de moi. Par exemple, je voudrais qu’il se trouve quelqu’un. »

    Il regarda ses manches, cachant ses mains à l’intérieur par habitude.

    « Vous savez, Himiko c’est un gars assez solitaire, qui n’est pas du genre à s’ouvrir facilement. C’est du moins comme cela que je le perçois. Mais, il pense vraiment que je vais survivre. Ce n’est pas le cas, je ne veux en aucun cas qu’il se fasse des idées et plusieurs fois je le lui ai dit. Et donc, moi...quand je ne serai plus là, je veux qu’on s’occupe de lui, je ne veux pas qu’il reste seul. Il mérite tellement d’amour, d’affection et d’ondes positives ! »

    Atsuro faisait de son mieux pour lui donner ce genre de sentiments à son ami. C’était de toute façon trop tard pour penser à prendre ses distances avec lui étant donné qu’il le connaît depuis tout petit. Mais le jeune homme pensait de plus en plus à « qui prendra soin de lui comme je le faisais ? » Parfois il se sentait coupable. Parfois il se disait que c’était le destin.
    Quelqu’un frappa à la porte et interrompit la conversation. Une voix s’éleva de dehors en annonçant que les repas étaient arrivés. Le jeune garçon n’avait pas très faim, mais juste de pouvoir manger avec son médecin le rendait heureux et puis s’il ne mangeait pas il allait se faire sermonner. Les repas devenaient une épreuve, il avait perdu l’appétit mais se forçait la plupart du temps. Il lui fit signe de rester assis, comme Yoshiki n’avait pas arrêté de bouger, il était temps qu’Atsuro fasse aussi quelque chose !

    Il se leva alors du lit, posant les pieds au sol en cherchant un bon équilibre, tituba légèrement et finalement sautilla jusque vers la porte. Il l’ouvrit, remercia le responsable des repas et referma la porte après l’avoir poliment salué. Le blondinet porta ensuite tout ça vers l’endroit où ils s’étaient installés et tendit le bento à Yoshiki. Un grand sourire aux lèvres et le remercia encore.

    « Merci pour le repas ! »

    Il était un peu gêné de dire qu’il y en avait beaucoup (dans un référenciel Atsuro XD) et qu’il n’allait pas tout manger. Il allait devoir en manger une partie et aviser après.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Yoshiki Usami
& お医者さん no Vanilla*

avatar
•• Messages : 146

MessageSujet: Re: Can you save me ? Ven 23 Avr - 20:36


    Yoshiki eut un petit rire. Si Atsuro promettait, il pouvait être sûr que le médecin s'en souviendrait. Il ne laisserait pas passer l'occasion de voir le blond en costume. Pour sûr qu'il serait vraiment agréable à regarder avec ça, il n'en doutait pas et ce serait vraiment amusant de le voir avec un style complétement différent de son look habituel. Mais ils étaient encore loin d'une occasion pareille et Yoshiki regarde le plus jeune enfiler le pull qu'il lui avait rapporté. Le col lui allait bien et rendait son visage encore plus rond qu'il ne l'était en temps normal. Ça le rendait adorable. Peut-être que Yoshiki devrait le prévenir de ne pas porter ce genre de vêtements trop souvent, sous peine d'être harcelé par les garçons et les professeurs de l'université.

    « Himiko ne me lâche pas, on dirait ma mère ! »

    Le médecin ne put se retenir à cette réplique, et il rigola de bon cœur. Les expressions d'Atsuro étaient vraiment rafraichissantes de part leur naturel et leur spontanéité naïve. Et puis, il faisait bien la paire tous les deux avec Himiko. Mais au moins, Yoshiki savait qu'il était entre de bonnes mains lorsqu'il n'était pas à l'infirmerie et c'était rassurant. Par procuration et l'intermédiaire d'Atsuro, le médecin avait fini par beaucoup apprécier Himiko qu'il avait rarement croisé et lui était reconnaissant de tout ce qu'il pouvait faire pour son meilleur ami. Bien que d'après les dire du concerné, il en fasse un peu trop. Ils avaient l'air de prendre la maladie d'Atsuro très au sérieux lorsqu'ils en parlaient tout les deux et les paroles du blondinet confirmèrent ce que Yoshiki pensait.

    Le jeune garçon s'était beaucoup attaché à son ami et il s'inquiétait de ce qui pouvait lui arriver une fois qu'il ne serait plus là. C'était sans aucun doute des choses dont aucun enfant n'aurait dû se préoccuper pourtant c'était bien ce que faisait Atsuro jours après jours. Yoshiki comprenait et c'est pour ça qu'il essayait de le soulager de ce poids un peu plus à chaque fois.

    « Il ne sera pas seul ne t'inquiètes pas...il pourra venir me voir et on parlera de toi et des fous rires qu'on a eu ensemble. Mais tu sais...t'es encore loin d'être mort Atsuro. Tu devrais penser à l'avenir et ne pas penser à ça de façon aussi catégorique...je sais que ça t'aide mais Himiko peut penser que tu ne battra pas contre la maladie à ce moment là... »

    Il lui sourit et lui ébouriffa une nouvelle fois les cheveux. Il avait vraiment une bouille adorable lorsque ses cheveux étaient complètement en bataille. Quelqu'un frappa à la porte. Le repas était arrivé et c'est Atsuro qui se dévoua pour aller chercher le plateau de bento et de sushi. Mh...rien qu'à l'odeur, Yoshiki savait qu'ils allaient se régaler. Il se redressa dans le lit pour s'installer en tailleurs laissant Atsuro faire de même et il ouvrit les bentô dont l'odeur alléchante vint titiller leur narine.

    « Ahhh...ça a l'air vraiment bon ! » il goûta une petite portion de riz et hocha la tête pour signifier que ça n'avait pas seulement l'air. « Dis-moi, tu ne m'as pas dit comment ça s'est passé ? Tu m'avais pas dit qu'un élève t'embêtait ?...Tu lui as mis une raclée ? » il sourit en mangeant. Des repas comme ça, il aimerait en avoir tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Re: Can you save me ? Ven 23 Avr - 22:32

    Atsuro se mordilla les lèvres, sentant les larmes monter aux phrases de son médecin. Il disait des choses tellement réconfortantes à chaque fois et le moindre de ses mots le rassurait. S’il ne se retenait pas, il lui aurait encore fait un câlin afin de desserrer complètement ce nœud dans son ventre. Mais peut être qu’il n’en avait pas envie ? Il aurait l’air encore plus gamin en réclamant ses bras et ne voulait surtout pas paraître pathétique. Atsuro culpabilisait d’avoir osé dire ça de façon si déprimante alors qu’il faisait tout pour lui redonner le sourire. Parfois vraiment il ne s’entendait plus parler. Alors il respira doucement trop anxieux à ses heures. Un vif hochement de tête et l’âme tout de même rassurée, il ouvrit à son tour son bento.

    Pendant un moment il regarda la nourriture, perplexe. Ca avait l’air bon, bien cuisiné et tout à fait à son gout. Certes, mais son ventre ne semblait rien réclamer. Sa perte d’appétit avait évolué au fil des années et il était rare qu’il mange quelque chose par envie autre que les sucreries. Avant il était toujours impatient d’ouvrir ses bento pour y découvrir ce que sa mère avait préparé. Nostalgique, il se demandait quand est ce qu’il dirait « j’ai faim » avant même qu’on ne lui apporte la nourriture. Cette sensation lui manquait.

    Vint le moment où, ayant déjà entamé son repas, Yoshiki aborda un sujet qu’il ne pensait pas réentendre. Il voulait surement parler de ce grand décoloré du cours de théâtre qui lui avait causé quelques ennuis en demandant qui l’embêtait. C’était tout récent mais il fut surpris qu’il lui en parle.

    « heu... »

    Il mangea un sushi pour marquer un temps de pause et prit bien la peine de le mâcher. Yoshiki avait surement eu écho de ce qu’il s’était passé dans les toilettes à la sortie du cours. A l’écouter il n’avait pas l’air de savoir qu’il s’était fait taper. Parce que si Yoshiki demandait s’il lui avait mis une raclée, il ne devait pas être au courant des détails non ? Il évita de faire des allusions sur les violences physiques et l’état dans lequel on l’avait retrouvé pour ne pas en parler d’avantage. Il répondit simplement

    « Ben...Non pas vraiment, vous savez je ne suis pas très costaud et il a toujours sa bande avec lui. »

    Le blondinet avait sur les lèvres un sourire plein de gêne : faute de ne pas l’avoir mis au courant avant qu’il ne lui en parle. Il continua en évitant son regard, les yeux dans son assiette en se forçant à entamer le riz.

    « Mais ce n’est pas méchant alors je n’ai pas voulu vous inquiéter! »

    Ces idiots avaient plutôt été gentils avec lui. Ce n’est pas le mot approprié pour décrire la façon dont ils s’étaient comportés, mais y’avait pas à dire, il avait eu de la chance qu’ils ne cherchent pas plus. Ils avaient eu pitié de ce petit corps. Atsuro était tout de même curieux sur la façon dont Yoshiki avait été informé, tout s’était déroulé tellement vite et dans un endroit où il n’y avait personne. Il n’attendit pas pour le lui demander.

    « Qui vous a mis au courant ? »
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Yoshiki Usami
& お医者さん no Vanilla*

avatar
•• Messages : 146

MessageSujet: Re: Can you save me ? Sam 24 Avr - 12:57


    Yoshiki attrapa une boulette de riz qu'il enfourna dans sa bouche. Il leva les yeux vers Atsuro et c'est à ce moment qu'il s'aperçut que l'adolescent avait encore à peine touché à son bentô. Il ne devait pas avoir beaucoup d'appétit et le médecin s'en voulut d'avoir autant commander. Il aurait dû y penser. Le traitement régulier et les cures de chimio avait coupé l'appétit du blondinet. Il retira ses baguettes de sa bouche et mâchonna honteusement le riz avant d'avaler. Il lui adressa un léger sourire et finit par piquer un sushi dans le bentô du plus jeune pour lui apporter directement à sa bouche. Un léger rire passa ses lèvres.

    « Il faut que tu manges un minimum pour avoir des forces ! »

    Son sourire était franc et sincère. Il n'y avait aucune pitié dedans. Il voulait seulement qu'Atsuro se sente bien et pour ça, le mieux était de donner à son organisme ce qu'il fallait pour être en forme. Pour lutter contre la maladie et aussi contre ceux qui l'ennuyait. Il avait entendu deux élèves en parler dans la salle d'attente et il s'était immédiatement inquiété pour son ami. Voilà pourquoi il lui avait posé la question. En temps normal, le blond lui racontait tout...ça l'avait surpris de l'apprendre de la bouche d'autre personne mais Yoshiki devait prendre conscience qu'aussi amis étaient-ils, ils n'en restaient pas moins médecin/patient et même adulte/adolescent. Mine de rien, c'était là des fossés assez énormes que les plus jeunes avaient pour habitude de rendre encore plus grand. Et c'était bien le cas ici. Atsuro ne pouvait pas tout raconter à Yoshiki, après tout...c'était son médecin seulement. Il hocha donc la tête en souriant ne voulant pas inquiéter l'adolescent alors qu'il lui racontait succinctement l'histoire.

    « Oh...j'ai juste entendu deux élèves en parler dans l'infirmerie l'autre fois. Ne t'inquiètes pas je ne te surveilles pas comme le FBI. » Il se mit à rire doucement.

    « Tes amis pourront t'aider en cas de problèmes, je pense que tu peux compter sur eux si tu recroises sa bande. Himiko volera pour t'aider j'en suis sûr ! »
    Un nouveau sourire.

    Si le blond avait vraiment de gros problèmes, il savait qu'il pouvait téléphoner à Yoshiki s'il le voulait. Alors d'un côté, il ne se faisait pas trop de soucis. Même s'il aimerait être là pour lui plus souvent. Il y avait des règles à respecter. Il n'était ni son père, ni son grand-frère, ni son amant. Il n'avait absolument aucun droit sur lui et il n'avait aucun droit de courir après lui. Etre là lorsque le blond le voulait et en avait besoin était certainement suffisant. Après tout, Himiko s'occupait bien de lui et les autres aussi. Il continua à manger avant de relever les yeux vers lui pour l'inciter à tenter de faire pareil mais il se sentit obligé de rajouter...

    « Ne te forces pas non plus, je te ferais une perfusion si tu n'arrives pas à manger »


    La solution c'était ça. Quand le blond n'arrivait pas à manger et lorsqu'il était en carence c'était une perfusion pour donner à son organisme ce qu'il fallait. Bien sûr, c'était loin de remplacer tout ce que pouvait apporter un repas mais physiquement ça lui permettait de tenir un peu plus les journées de cours qu'il avait, le boulot et sa vie sociale avec ses amis. Il sourit un peu avant de se remettre à manger.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Re: Can you save me ? Sam 24 Avr - 16:41

    Ce qu’il aimait le plus chez Yoshiki c’est que contrairement à beaucoup d’infirmiers il n’y avait jamais de la pitié dans ses paroles, ses gestes et ses sourires. Il l’encourageait même à faire certaines choses dont il avait envie et qui n’étaient pas forcément bonnes pour lui. Contrairement à beaucoup de malades dans son cas, Atsuro ne se sentait pas privé de tout. Yoshiki ne se contentait pas de faire que son boulot de médecin, il aurait même pu être psy, il avait vraiment tout pour rendre les gens heureux. Dommage qu’il était encore seul... Atsuro était presque jaloux de la personne qui allait partager sa vie.
    Il faut aussi dire qu’Aturo avait tendance à vite idéaliser les gens qui lui viennent en aide, sans forcément penser qu’ils ne sont pas comme ça avec tout le monde. Mais on ne peut pas nier que Yoshiki a un beau métier et une belle personnalité, il a du mérite ! A travers ses yeux de gamin, c’est un super-héros.

    Le jeune garçon secoua la tête négativement puis lui lança un joli sourire, hors de question de laisser ça de côté s’il avait pris la peine de le faire venir jusqu’ici. Il saisissa ses baguettes et montra sa détermination.

    « Non non ça ira je vais manger ! Et puis ce serait dommage de gâcher un si bon repas ! »

    Sur ces mots, il entama son bento avec de la bonne volonté. Pour lui, la nourriture est plus un médicament maintenant. Perfusion ou manger c’était pareil. Sauf qu’il trouvait beaucoup plus agréable de sentir quelque chose dans sa bouche, avec des gouts différents plutôt que de ne rien sentir du tout. Et puis, il était là pour l’accompagner non ? Autant le faire jusqu’au bout !

    C’était sûr que son entourage, à commencer par Himiko n’hésiteraient pas à l’aider s’il en avait besoin. Mais il s’agit là d’Atsuro, qui veut à tout prix montrer qu’il est fort en plus d’être têtu. A ajouter qu’il se soucie des autres avant lui-même, sa trop bonne conscience allait un jour le perde.

    « Himiko, il en fait déjà bien assez je ne veux pas non plus être dépendant de lui ! »

    Quoi de plus ridicule que d’aller pleurer dans les jupes d’un autre au moindre problème ? Il ne voulait pas non plus l’impliquer dans chacune de ses histoires pour ne pas lui en attirer par la suite. Il se contentait de les lui raconter, et de lui expliquer par quels moyens il arrivait à s’en sortir à chaque fois - abîmé ou pas. Mettre son ami au courant l’évitait également d’aller penser qu’Atsuro ne lui faisait pas confiance en lui cachant ces agressions.
    Il était évident que Yoshiki ne le suivait pas comme le FBI ! Mais quand même ! Il était concerné par son état et quelque part était responsable de lui puisqu’il avait tous ses scans et résultats de tests, c’était la moindre des choses de se confier auprès de quelqu’un de si proche.

    Ainsi il regrettait de ne pas en avoir parlé plus tôt à son médecin qui est en plus un ami. Il culpabilisait énormément, ayant même peur que ce dernier pense qu’Atsuro doutait de lui. Ce n’était pas du tout le cas. Le jeune homme se décida, comme pour rattraper sa bêtise, de tout lui raconter.

    « En fait, c’est parce que j’ai obtenu un bon rôle et le plus populaire...j’ai oublié son nom... » Un petit sourire confus. « Et ben il convoitait ce rôle et je suppose que ça ne lui a pas plu que je sois choisi ! Donc à la sortie du cours il me suivait avec ses copains, j’ai tout de suite su que j’allais passer un mauvais moment alors j’ai essayé de me cacher dans les toilettes. Et puis manque de chance il m’a retrouvé... M’a donné quelques coups et a fait en sorte que je sois trempé... » Il s’interrompit, hésitant pour la suite. « ...Et il m’a laissé enfermé. »

    Il souffla longuement de soulagement. Se confier est une bonne thérapie pour extérioriser toute frustration, dommage qu’on s’en rende compte trop tard. Il avait tout de même passé les détails dans le fait que ce grand décoloré s’était demandé pourquoi les profs agissaient si gentiment avec lui et pas eux -

    « Mais quelqu’un m’a retrouvé et il a été très gentil avec moi ! Je n’avais que des rougeurs, aucun saignement ni rien de grave alors je n’ai voulu embêter personne pour si peu ! »

    Il avait connu pire. Mais dans ces cas là il n’hésitait pas à faire un tour à l’infirmerie, auprès de Naoki ou de Yoshiki s’il ne trouvait pas Himiko. Le médecin n’allait pas le juger de toute manière, puisque rien de grave n’était arrivé. On voyait qu’à présent le plus jeune se sentait mieux d’avoir tout dit. Une vague d’apaisement pouvait se voir sur son visage, les joues remplies de riz
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Yoshiki Usami
& お医者さん no Vanilla*

avatar
•• Messages : 146

MessageSujet: Re: Can you save me ? Sam 24 Avr - 22:59


    « Non non ça ira je vais manger ! Et puis ce serait dommage de gâcher un si bon repas ! »

    Yoshiki se mit à rire doucement. L'adolescent était vif et sûr et c'est avec volonté qu'il entama son bentô pour ne pas avoir à subir une perfusion de plus. C'est vrai qu'il devait avoir sa dose concernant tout ce qui était piqûres et autres suivi médical guère agréable. Il le regarda manger avec un peu plus d'entrain et l'accompagna également. Yoshiki savait bien que le blond se forçait un peu mais au final ce n'était pas plus mal car l'acte de manger comportait bien d'autre chose necessaire à être bien qu'une simple perfusion de nutriments. Il finit par relever le nez de son plateau, il se souciait encore du bien-être d'Himiko et cela touchait beaucoup le médecin de voir à quel point il pouvait tenir à ce garçon. Un jour il lui faudrait le remerciait cet Himiko de donnait tellement à Atsuro et d'accepter tout ce qu'il lui donnait en échange. C'était une véritable amitié et il était heureux qu'Atsuro connaisse ça.

    Mais le visage du blond parut légèrement contrarié. Yoshiki se demanda un instant ce qu'il se passait avant qu'il ne comprenne qu'il pensait à ce groupe qui lui cherchait des ennuis. L'adolescent se mit à lui expliquer, plus ou moins en détails, ce qu'il s'était produit ce jour-là et le médecin l'écouta avec attention, le regardant aussi car intérieurement il bouillonnait de n'avoir pas été là pour mettre une bonne raclée à ces jeunes. D'ailleurs, s'il venait à les choper, les gosses pouvaient être certains qu'ils ne repartiraient pas les mains dans les poches. Yoshiki pouvait les torturer autant qu'il le voulait, il avait tout ce qu'il fallait sous la main pour ça, même les choses les plus atroces. Il n'avait pas un fond violent mais il n'hésitait pas à répondre lorsqu'on le provoquait. Et s'attaquer à Atsuro, c'était un peu le provoquer indirectement.

    Il se contenta donc de hocher la tête pour ponctuer les paroles du blond. Pour ne pas qu'il s'inquiète quant à la réaction qu'il pourrait adopter. Yoshiki se mit à sourire à l'annonce d'un « sauveur ». Atsuro ne disait pas son nom, peut-être parce-qu'il voulait seulement cacher son identité mais Yoshiki ressenti une légère pointe de jalousie qu'il balaya rapidement.

    « A croire que tu as pleins d'admirateurs » il rit doucement « Si tu n'as pas été blessé, ça va...mais surveille si tu n'as pas d'hémorragie interne la prochaine, ce serait encore pire qu'une externe tu sais ».

    Il regarda le visage d'Atsuro qui semblait cette fois soulagé et il en fut amusé. Raconter cette histoire le soulageait-il autant ? Il était content que ce soit avec lui et il termina son bentô avant de se redresser pour taper amicalement l'épaule du garçon.

    « Tu sais que si je vois ces garçons par contre...je ferais en sorte qu'ils ne t'ennuient plus »

    Il se mit à rire doucement, menace en l'air ? ...ou pas. En tout cas, il ne ferait de grave qui puisse nuire à sa fonction, mais après tout, une peau de banane ou un sceau d'eau sur la tête n'avait jamais fait virer personne...Encore moins un médecin scolaire.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Re: Can you save me ? Mar 27 Avr - 22:19

    Yoshiki écoutait attentivement les paroles d’Atsuro. Il montrait de l’intérêt par un regard très attentif et cru même l’avoir vu froncer légèrement les sourcils lorsqu’il lui raconta la partie la moins glorieuse de son altercation. C’était assez prévisible, ce genre de récit n’allait certainement pas le faire rire. Heureusement le meilleur restait à venir. Ainsi il le laissa finir, et lorsqu’il lui laissa comprendre qu’il n’était pas resté seul il devait être content que cette histoire se soit bien terminée. S’il avait finit seul, Atsuro serait parti à l’infirmerie pour se faire examiner et au cas où la bande aurait voulu en rajouter une couche. Il avait beau vouloir jouer les héros il y avait des limites. Le blondinet lui lança un sourire et continuait de manger doucement mais surement.

    Ce médecin était quand même inquiet, c’était normal et il avait tout à fait raison de toujours le prévenir. Car il avait certes bonne mémoire mais quelques fois, sur le coup, il n’y pensait pas forcément à tous ces détails concernant les blessures à risques ou non. Quelques fois la panique l’empêchait de réfléchir et il faisait n’importe quoi. Et puis c’est un jeune garçon, il a autre chose dans la tête que des gestes de premiers secours.
    Il avait quand même surveillé ses bleus durant une semaine, afin de suivre leur évolution. Ils s’étaient assez vite estompés car il avait eu le bon réflexe de soulager les hématomes avec de la glace assez rapidement. Son camarade avait beau l’avoir frappé plusieurs fois il n’avait pas tapé aussi fort qu’il l’avait pensé. C’est probablement qu’il avait eu pitié de sa faible apparence....Penser ainsi n’est peut être pas honorable mais il va de soi que c’était plus prudent pour lui.

    Atsuro ne put s’empêcher d’éclater de rire lorsque le médecin sous-entendit qu’il allait le venger. Il failli d’ailleurs s’étouffer avec le riz et tapait sur son sternum pour pouvoir respirer correctement. Il l’imaginait tout à fait attendre à un virage dans un couloir en ayant tendu un fil transparent en attendant ce grand décoloré pour lui tendre un piège. Drôle de vision, il voyait plus Yoshiki faire des petits coups fourbes et indirects, c’était plus classe, ça lui allait mieux. Son rire étouffé passa assez rapidement et il se mit à sourire de bon cœur, touché par ce qu’il venait de lui dire.

    « Merci c’est gentil ! Je vous le dirai s’ils recommencent et on ira poser des pièges un peu partout. En attendant je pense que Kaizuke leur a bien fait peur ! »

    En classe, il n’avait eu droit qu’à des regards noirs depuis cet incident. Pas de menaces, aucun échange, même pas un petit coup sournois. Il s’était juste fait dans son froc en voyant qu’il avait à présent Kaizuke de son côté et c’était certain qu’il ne valait mieux pas se mettre cette armoire à dos avec la carrure imposante qu’il a. Et contrairement à ce grand dadet, Atsuro était sûr que Kaizuke était aussi fort qu’il le paraissait. Un élève dans la section sport, c’est évident qu’il avait de quoi faire peur puisqu’il entretenait sa force et son corps tous les jours tandis qu’un maigrichon habillé façon mode de rue ne faisait pas le poids.

    N’empêche qu’il avait eu beaucoup de chance sur ce coup-ci. A croire qu’il avait une bonne étoile qui lui envoyait les bonnes personnes à la rescousse. Yoshiki aujourd’hui pour sa crise d’hypotension et Kaizuke pour faire peur à ces jeunes afin qu’il ne l’embête plus. Et il y avait l’éternel Himiko qui malheureusement ne pouvait pas être toujours à ses côtés mais qui dès qu’il le voyait se sentait tellement plus fort. Atsuro poussa un petit soupir d’aise, il était un peu fatigué mais heureux.

    Il s’arrêta de manger un instant en respirant doucement. Il avait entamé un peu plus de la moitié du bento et commençait à saturer. La main posée sur son ventre, celui-ci n’en voulait plus. Mais il était quand même fier de lui, parler avec le médecin en même temps que le repas l’avait fait manger inconsciemment et il avait pu avaler plus que d’habitude.

    « Je suis désolé mais là je pense que je n’y arriverai plus... »

    Il grimaça légèrement, gêné de devoir laisser ça.
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Yoshiki Usami
& お医者さん no Vanilla*

avatar
•• Messages : 146

MessageSujet: Re: Can you save me ? Ven 30 Avr - 21:12


    La petite allusion au chantage fit rire Atsuro et Yoshiki en fut content car c'était bien là le but recherché même si, en effet, il le vengerait si ça devait se reproduire. Il avait assez d'idées dans son sac pour ça. L'adolescent continuait à manger tout en parlant. C'était vraiment un moment agréable que le médecin passait là et il ne l'aurait échangé contre rien au monde. Il appréciait tout dans la personnalité de ce garçon et il aimait vraiment passer des moments comme ceux-ci avec lui.

    « Merci c’est gentil ! Je vous le dirai s’ils recommencent et on ira poser des pièges un peu partout. En attendant je pense que Kaizuke leur a bien fait peur ! »

    Il sourit, alors voilà qui était son mystérieux sauveur. C'était Kaizuke Ogawa. Un jeune de la section sport qu'il avait déjà eu à soigner quelques fois. Il était assez introverti, mais il avait l'air loyal lorsqu'il se prenait d'affection pour quelqu'un. Et il semblait bien que ce fut le cas avec Atsuro. En même temps, comment ne pas apprécier cet adolescent aux cheveux décolorés, il se le demandait bien car dès la première fois où il l'avait vu, il s'était attaché à lui en tant que personne bien plus que comme un patient.

    Atsuro finit par s'arrêter de manger, il avait bien entamé son bento et en avait mangé presque la moitié. Yoshiki était plutôt content et il avait comme l'impression que le garçon avait plus mangé que d'habitude. En parlant c'était plus facile notamment lorsque l'on discutait avec quelqu'un que l'on appréciait et le médecin voyait bien son plaisir de parler avec lui était réciproque.

    « Je suis désolé mais là je pense que je n’y arriverai plus... »

    Yoshiki sourit et hocha la tête pour lui indiquer que ce n'était rien. C'était déjà bien qu'il ai réussi à manger ce qu'il a mangé. Il se redressa pour prendre le bento d'Atsuro et le plaça sur le sien vide avant de se lever pour les poser sur son bureau. Il devait reprendre le travail à présent et surement que des élèves attendaient déjà dans la salle d'attente. Il se tourna légèrement vers lui et sourit une nouvelle fois.

    « Tu veux te reposer encore un peu ici ? Je dois reprendre mon travail mais tu peux tirer le rideau pour avoir un peu de calme... »

    En effet, ils n'avaient qu'une salle d'attente et une salle d'examen accompagné d'une salle de bain et de sa chambre adjacente. C'était déjà plus qu'il n'en fallait pour une infirmerie d'université alors une pièce de plus aurait été beaucoup trop demandé. Mais cela ne manquait pas vraiment puisqu'un rideau était installé pour séparé la table d'examen et le lit de repos. Cela permettait de laisser tranquille ceux qui le voulait et Yoshiki pouvait tout à la fois les surveiller si quelque chose n'allait pas subitement.

    Atsuro pouvait donc rester tranquillement ici mais le médecin ne pourrait pas continuer à lui tenir compagnie. Après tout, il avait été engagé pour soigner les élèves et s'il ne le faisait pas, cela lui retomberait dessus tôt ou tard...Et aussi agréable qu'était la compagnie d'Atsuro, il ne pouvait se permettre de rester là à parler avec lui puisque tout danger était à présent écarté et qu'il l'avait soigné. Mais il comprendrait également que le blond préfère se reposer dans sa chambre, il sera certainement plus tranquille aussi.

    « Mais si tu veux te reposer dans ta chambre, je te fais un mot pour la journée... »
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Atsuro Shinose
&

avatar
•• Messages : 56

MessageSujet: Re: Can you save me ? Jeu 13 Mai - 14:43


    Atsuro hocha la tête après avoir jeté un coup d’œil sur sa montre. Il était resté longtemps ici et il pensait à ces gens qui devaient attendre de se faire soigner. C’était passé vite, il n’avait même pas eu la notion de l’heure si Yoshiki ne l’avait pas rappelé. Le jeune homme serait bien resté un peu plus pour bavarder avec lui, le repas était très sympathique mais il était temps pour lui de le laisser travailler et d’aller reprendre des forces. Il se sentait beaucoup mieux grâce à lui, comme d’habitude !

    Et puis rester ici serait un peu égoïste de sa part car il n’était pas mal en point et quelqu’un dans un cas plus grave que lui aurait surement besoin du lit de repos. On ne sait jamais ! Alors qu’il a sa propre chambre pour dormir et ses amis qui ne tarderaient surement pas à venir le voir. Car les rumeurs ici couraient vite, ils devaient déjà tous savoir ce qu’il lui était arrivé. Mais à présent il allait beaucoup mieux ! La mine fraiche et l’estomac rempli, il était temps de s’en aller !

    « Non, ça ira, je vais aller dormir dans ma chambre, je vais envoyer un message à Himiko pour qu’il ne s’inquiète pas, il viendra surement me voir plus tard ! »

    Il prit appui sur ses bras et se leva du lit pour s’incliner devant le médecin en guise de remerciement. Ce geste n’était pas suffisant pour le remercier de toutes les fois où il l’avait sorti de désastreuses situations. Mais que pouvait-il faire de plus ? Dans tous les cas, le jour ou Yoshiki aurait besoin de parler à quelqu’un ou de l’aide pour n’importe quoi, il pouvait être sûr de compter sur l’aide d’Atsuro. Il viendrait l’aider sans la moindre hésitation.

    « Encore une fois, merci beaucoup sensei de prendre soin de moi ! »

    Après quelques secondes il se redressa et lui adressa un dernier sourire, content de pouvoir lui confier sa vie sans avoir peur. Puis il se rendit compte qu’il allait devoir lui rendre le pull. Mais il allait d’abord le laver pour le lui rendre propre, c’était la moindre des choses. Le jeune homme lui lança un sourire amusé.

    « Je viendrai vous rendre le pull ! »

    Il gardait ses lèvres étirées, témoignant de sa bonne humeur même s’il était légèrement fatigué. Puis il quitta l’infirmerie après avoir prit le mot d’excuse de Yoshiki pour qu’il puisse dormir le restant de la journée. Il referma la porte et lança un petit sourire gêné aux patients qui attendaient. Même s’il y avait d’autres infirmiers Yoshiki était peut être le plus demandé, sans compter les visites médicales qui avaient lieu en cette période. Heureusement que la plupart savaient qu’Atsuro est fragile et que s’il était à l’infirmerie à cette heure là c’est qu’il avait eu un souci. Il lui arrivait d’aller voir Yoshiki mais jamais au moment où il travaillait.

    A pas de chats, il s’éclipsa et regagna sa chambre, rassurant quelques un de ses camarades lorsqu’il les croisait sur le chemin. Un bon sommeil réparateur l’attendait a présent!


FIN !
Revenir en haut Aller en bas


Hey, Look ! It's Contenu sponsorisé
&



MessageSujet: Re: Can you save me ?

Revenir en haut Aller en bas

Can you save me ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors Jeu ♦ オフサイドで :: 2010-